Aller au contenu principal

Archives de

BENI DECLARE SA »VILLE MORTE » POUR PROTESTER CONTRE L’INSECURITE TOTALE DE SON TERRITOIRE

Beni: le territoire paralysé ce vendredi par l’appel à une journée «ville morte»

Rédigé par Rédacteur 2 le 4 mar 2011 sous Actualité, La Une, Nord Kivu, Sécurité. Vous pouvez suivre les réponses à cet article grâce au RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback à cet article

–>mars 4, 2011, sous Actualité, La Une, Nord Kivu, Sécurité.

 – Carte de Beni, Nord-Kivu (RDC) – Carte de Beni, Nord-Kivu (RDC) – Carte de Beni, Nord-Kivu (RDC)

Commerces et écoles fermées, la ville de Beni et ses environs ont été paralysés, ce vendredi 4 mars, par l’appel de la société civile locale à une journée «ville morte» pour protester contre le regain de l’insécurité dans ce territoire. Les organisateurs de l’opération s’en félicitent et promettent d’aller plus loin si rien n’est fait pour sécuriser la population et ses biens.Le mot d’ordre a été bien suivi, selon la coordination de cette société civile initiatrice de l’opération.

Aucun magasin n’a ouvert ni aucune école.

Et selon Omar Kavota, président de la coordination, ils sont prêts à récidiver et même à initier des actions plus contraignantes pour pousser les autorités à remplir leur devoir, celui d’assurer la protection et la sécurité des personnes et de leurs biens dans le territoire de Beni.

La société civile de Beni a réagi ainsi à la recrudescence des assassinats, des pillages et des cambriolages perpétrés ces derniers jours sur place.

Dernier cas en date, le triple assassinat commis dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, à Beniville.

L’opération journée «ville morte» de ce jour avait aussi pour but de compatîr au malheur qui a frappé les familles des victimes de ces assassinats.

Jeudi, à l’issue d’une rencontre avec des responsables militaires locaux, la même société civile a rendu publique une déclaration dans laquelle elle exige le cantonnement ainsi que la prise en charge des troupes déployées en ville et dans d’autres coins du territoire de Beni.

Elle exige aussi que des enquêtes crédibles soient diligentées pour identifier les responsables des tracasseries sur les populations civiles

Tout en promettant de redoubler d’efforts pour mettre hors d’état de nuire « tous les ennemis de la paix », le colonel Célestin Ngeleka, porte – parole des opérations Rwenzori, invite de son côté cette même population à s’impliquer dans le processus de recherche de la paix.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 183 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :