Aller au contenu principal

Archives de

L’Union sacrée pour l’alternance appelle les autres confessions religieuses à emboîter le pas à l’église catholique

 

L’Union sacrée pour l’alternance appelle les autres confessions religieuses à emboîter le pas à l’église catholique

Mercredi, 18 Janvier 2012 14:58
LE PHARE

 

Cette plate-forme de l’opposition politique congolaise réagissait à la dernière déclaration des évêques sur le processus électoral en RDC au cours d’un point de presse au restaurant Green Garden le samedi 14 janvier par la bouche de son président, Eugène Diomi Ndongala. Devant le chevalier de la plume, Diomi a réaffirmé son indéfectible attachement  et de sa famille politique à l’église catholique et du cardinal Monsengwo pour faire triompher par des moyens démocratiques et pacifiques la vérité des urnes.
Prenant acte de la prise de position de la CENCO qui a dénoncé la tricherie planifiée aux élections du 28 novembre dans le but de voler la victoire du peuple congolais, Diomi estimé au nom de ses camarades de l’Union sacrée pour l’alternance que la vérité des urnes passe inéluctablement par la proclamation de Tshisekedi président élu de la RDC. Il a joint sa voix à celle des évêques qui ont jugé la fraude dans la compilation des résultats des scrutins inacceptables et honteux pour le pays. Le président de la Démocratie Chrétienne a invité la population congolaise à méditer jour et nuit ce message pour ne pas tomber dans le désespoir.

 

 Diomi a également lancé un appel patriotique aux fidèles de toutes les confessions religieuses sans exception à se ranger derrière le cardinal Monsengwo dans sa démarche de restaurer la légitimité et la légalité en RDC.

 

Cet acteur politique de l’opposition s’est dit convaincu que toute église ou religion digne doit avant tout défendre la vérité et la justice. Le précité a invité les militants de son parti ainsi que ceux de toutes les forces acquis au changement à participer à la formation civique dans les paroisses de Kinshasa tel qu’annoncer à Saint joseph. Diomi a demandé aux acteurs politiques de la majorité présidentielle à respecter la volonté populaire pour une véritable réconciliation nationale qui exige préalablement la justice et la vérité. Il a sollicité l’implication ferme de la communauté internationale pour la vérité des urnes et soutenir le peuple congolais qui aspire au changement après 5 ans d’une gestion calamiteuse du pays par la majorité présidentielle. Le président de l’Union pour l’alternance plaide pour que la cour pénale internationale diligente les enquêtes sur les crimes commis en RDC avant, pendant et après les élections afin de sanctionner tous les coupables.                                                                                             Eric WEMBAKUNGU

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 743 autres abonnés

%d bloggers like this: