Aller au contenu principal

Archives de

500 millions de dollars de la Banque mondiale partis en fumée

500 millions de dollars de la Banque mondiale partis en fumée

Le Congo-Kinshasa empêtré dans un scandale de corruption On en parlait déjà à Kinshasa à propos de la restauration des routes de la capitale. La qualité du travail, en plus de la lenteur pour l’exécution des travaux suscitait plusieurs interrogations. Pas plus tard qu’il y a de cela un mois, les responsables de la Banque mondiale à Kinshasa se sont entretenus avec le hauts cadres de la presse sur le fonctionnement des structures de la Banque mondiale. C’est ainsi qu’à une question de la presse de savoir pourquoi des personnalités qui ont travaillé au sein du Bureau central de coordination, Bceco, sous la direction de Matata Ponyo se sont retrouvés au sein de l’Ucop, une autre structure qui exécute quasiment les mêmes fonctions que le Bceco. Il était question de savoir si par là, la Banque mondiale n’entretenait pas la « corruption » comme dénoncée depuis un certain temps.

La réponse, très étendue, justifiait amplement que la question était pertinente. Comme pour dire qu’il n’y avait pas de fumée sans feu.

Voilà que le journal Le Figaro, paraissant en France, revient sur le dossier. Un véritable scandale. A l’image du Potentiel qui s’interrogeait sur le silence des instances internationales, Le Figaro se pose la même question sur ce silence alors que le Bceco, le Programme national multisectoriel de lutte contre le Sida… sont pointés du doigt. Au-delà, certains membres du gouvernement. Le Figaro en parle en long et en large. La Communauté internationale ferme les yeux Les vieux démons de la corruption sont-ils de retour en République démocratique du Congo ?

Plus de 500 millions de dollars, émanant des caisses de la Banque mondiale, se sont envolés en fumée au cours des cinq dernières années. «Du déjà-vu…», disent les plus blasés. «Un scandale !», assurent ceux qui croyaient au discours de bonne gouvernance du régime Kabila et au sérieux de la Banque mondiale. La communauté internationale, qui finance les deux tiers du budget de l’ex-Zaïre, ferme les yeux avec complaisance… «Si l’on avait jeté les billets par les fenêtres d’un avion, on aurait eu plus de chances d’atteindre les plus pauvres…» La réflexion vient d’un ex- responsable de la Banque mondiale (BM). Avec certains de ses collègues, il a prévenu le département de Déontologie institutionnelle de Washington. Des dizaines de plaintes d’opérateurs économiques sont venues grossir le dossier. La direction de la BM a ordonné une enquête. La mission d’experts, qui s’est déroulée en RDC du 17 février au 23 mars, n’a toujours pas rendu ses conclusions… Conflits d’intérêts, délits d’initiés, fraude L’affaire est de taille. Quand, en 2001, la communauté internationale décide de reprendre sa coopération avec l’ex-Zaïre, elle met en place des agences d’exécution chargées de coordonner les fonds. Avec le Bureau central de coordination (Bceco) sont ainsi créés le Programme national multisectoriel de lutte contre le Sida (PNMLS), la Commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion (Conader)… Ce sont ces agences qui sont aujourd’hui sur la sellette pour conflits d’intérêts, délits d’initiés, fausses déclarations, corruption, fraude. «C’est parce qu’il n’y avait plus d’administration publique digne de ce nom que ces agences ont été créées. Elles auraient dû, en principe, avoir des garde-fous. Mais leurs responsables congolais ont refusé les contrôles, ou les ont contournés. Et la communauté internationale a fermé les yeux…», explique un responsable, qui tient à garder l’anonymat. Les dispositifs de contrôle ayant été rapidement neutralisés, la voie a été ouverte à tous les abus. Dans l’attribution des marchés de construction de routes, par exemple, on a assisté à toutes sortes d’irrégularités. Un marché de 18 millions de dollars a ainsi été attribué à une société ivoirienne, TPZC, dont la principale activité de cette société était… la boulangerie ! Ses bilans portaient de faux tampons de l’administration fiscale ivoirienne, ses renseignements bancaires étaient erronés et le chèque de garantie qui lui a été demandé est revenu impayé… Les exemples sont identiques dans les autres agences d’exécution. Des centaines de milliers de dollars ont été attribués à un chanteur pour un refrain sur le Sida, des fonds destinés aux soldats se sont évaporés. A qui la faute ? Comme le soulignent les initiateurs de l’opération mains propres de la Banque mondiale, «Nos propres agents ont été trop complaisants». Quand un appel d’offres de quatre lots de 20 millions de dollars est lancé un vendredi pour être attribué le lundi suivant, sans que le moindre contrôle soit effectué, on se demande si le responsable local de la Banque mondiale a pris le temps de vérifier quoi que ce soit. «D’habitude, on nous reproche d’être trop lents. Cette fois, on a été trop rapides…», explique un responsable, Xavier de Victor. À ce jour, vingt-deux mois après l’attribution des marchés et alors que le délai d’exécution est expiré, moins de 20% des travaux sont réalisés. Le chef de projet à la Banque mondiale «assume toutes les décisions prises» et attend «avec impatience» les résultats de l’enquête interne du département de Déontologie institutionnelle. Il vient d’être discrètement dessaisi de ses dossiers. Parfaitement informés de la situation, les bailleurs de fonds n’ont pas tenu à réagir. Ils affirment avoir été les premiers surpris. «Comme le gouvernement est composé de toutes les tendances – président, anciens rebelles, opposition intérieure –, on pensait qu’ils se surveilleraient les uns les autres. En fait, tout le monde s’est très bien entendu sur le partage du gâteau…», confie un responsable européen.

LE GRAND SCANDALE Les Congolais, eux, ne se font plus d’illusions. Le mémorial que le président Kabila avait promis en face du Parlement n’est qu’un immense terrain vague, qui a quand même coûté un demi-million de dollars. Quant aux étudiants, ils ne cessent d’ironiser sur l’état de la route qui mène à l’université. Sa réhabilitation a déjà coûté près de 9 millions de dollars à la communauté internationale pour 9 km, soit un million de dollars par kilomètre.

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 968 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :