Aller au contenu principal

LA TRAQUE DES DISSIDENTS POLITIQUES CONGOLAIS EST INCOMPATIBLE AVEC TOUTE RECHERCHE DE COHESION NATIONALE : LES CAS DE LA LEVEE DE L’IMMUNITE PARLEMENTAIRE DU DEPUTE NATIONAL EUGENE DIOMI NDONGALA, PRESIDENT DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE, D.C. ET PORTE-PAROLE DE LA MAJORITE PRESIDENTIELLE POPULAIRE, MPP.

LOGO DC

 

LOGO DCLA TRAQUE DES DISSIDENTS POLITIQUES CONGOLAIS EST INCOMPATIBLE AVEC TOUTE RECHERCHE DE COHESION NATIONALE : LES CAS DE LA LEVEE DE L’IMMUNITE PARLEMENTAIRE DU DEPUTE NATIONAL EUGENE DIOMI NDONGALA, PRESIDENT DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE, D.C. ET PORTE-PAROLE DE LA MAJORITE PRESIDENTIELLE POPULAIRE, MPP.

Le Directoire politique de la Démocratie Chrétienne, DC en sigle, a pris connaissance de la décision adoptée le  08/01/2012 par la majorité issue des dernière élections contestées  de novembre 2011 de lever l’immunité parlementaire de l’Honorable Eugène Diomi Ndongala, élu de la ville province de Kinshasa dans les rangs de l’opposition politique. Cette décision ne surprend pas les membres de la DC car il est de notorieté publique qu’un sentiment d’hostilité envers le Président National de la DC anime le bureau de l’Assemblée nationale ainsi que les militants de la  majorité factice de la dite Assemblée et cela  à cause du boycott de ses travaux  par l’honorable Diomi Ndongala, en conformité avec le mot d’ordre dans ce sens donné par le Président Elu, S.E. Etienne Tshisekedi wa Mulumba.

Cette position de refus des résultats artificiels des dernières élections ainsi que le lancement de la plateforme politique nommée Majorité Présidentielle Populaire, dont le président Diomi Ndongala a été l’initiateur, est à la base du montage politico-judiciaire imaginé  de toute pièce par des personnalités politiques de la Majorite kabiliste en complicité avec des éléments des forces de l’ordre, des services de sécurité ainsi que de responsables  de premier plan de l’appareil judiciaire. Ce montage  est à la base de la volonté liberticide du régime Kabila de tuer politiquement Eugène Diomi Ndongala en salissant sa réputation avec des accusations infamantes et infondées et en le jetant en prison, après l’avoir détenu au secret pendant 100 jours sans être arrivé à plier sa détermination à animer  le  front du refus de la fraude électorale en RDC.

Libéré la veille du sommet de la francophonie en signe de décrispation politique face aux remarques des participants audit sommet concernant les gravissimes violations des droits de l’homme en RDCongo, Eugène Diomi Ndongala est encore dans le collimateur kabiliste à cause de sa critique ferme des dérives totalitaires du régime en place a Kinshasa, dont l’échec total de la gouvernance constitue aussi une menace pour la paix au Congo Démocratique, à cause de l’ incapacité des actuels détenteurs de l’imperium à assurer la sécurité aux  citoyens congolais ainsi que  le rétablissement de l’ autorité de l’ état sur  ensemble du territoire national depuis plus de 10 ans de contrôle absolu de la sécurité et de la diplomatie par Joseph Kabila.

La Démocratie Chrétienne ne peut que constater qu’à ce jour les trois responsables des trois plateformes électorales ayant soutenu l’élection du Président Etienne Tshisekedi aux dernières élections présidentielles sont tous les trois visés par le régime Kabila afin qu’ils soient éliminés politiquement et emprisonnés :

1.       M. Eugène Diomi Ndongala, coordonnateur de la plateforme électorale USA, Union Sacrée pour l’Alternance politique en RDC ;

2.       M. Roger Lumbala, coordonnateur de la plateforme électorale SET, Soutien à Eienne Tshisekedi ;

3.       M. Chalupa, membre de la coordination de la DTP, Dynamique Tshisekedi Président (emprisonné depuis février 2012).

Ce constat amer témoigne le manque de crédibilité du discours de M. Joseph Kabila qui appelle au rétablissement de la cohésion nationale entre « congolais » alors qu’il continue, en toute impunité, à traquer les dissidents politiques.

De plus, la Démocratie Chrétienne ne peut que condamner avec la dernière énergie la violation systématique, par l’Assemblée Nationale, des dispositions de la Constitution garantissant l’inviolabilité des droits d’expression, de mouvement et d’opinion politique des parlementaires issus des forces politiques dissidentes.

En particulier, la Démocratie Chrétienne ne peut que déplorer l’assujettissement de la Justice congolaise, à tous les niveaux, aux dictat de l’exécutif actuel  qui cherche par tous les moyens à colmater les brèches béantes de son manque de légitimité privilégiant, malheureusement, la répression politique.

Voilà pourquoi la Démocratie Chrétienne réaffirme sa volonté de se prévaloir de  ses prérogatives civiles et politiques afin de faire échec à la volonté du régime Kabila d’ anéantir toute forme de contradiction interne au Congo Kinshasa à travers l’élimination politique et l’emprisonnement des dissidents politiques les plus actifs, en les piégeant, en les menaçant et en les poussant à s’exiler.

En effet, il sied de rappeler à l’opinion que le siège national de la DC a été occupé sans mandat pendant deux mois et ses installations pillées sans que cela n’émeuve les autorités politiques et judicaires congolaises, malgré les nombreuses plaintes déposées.

Dans le contexte politique actuel où le régime Kabila annonce une « concertation politique » visant à renforcer la cohésion nationale – sans nous préciser qui a affaibli cette cohésion et pourquoi elle doit être rétablie – le Directoire de la Démocratie Chrétienne ne peut que mettre en exergue la duplicité du langage de M. Kabila qui semble se contenter des effets d’annonce sans vouloir effectivement résoudre les problèmes qui empoisonnent l’espace  politique congolais.

Cette attitude très contradictoire ne peut qu’annoncer l’échec du « Dialogue » programmé par le pouvoir en place entre les forces vives de la nation et les animateurs des actuelles institutions politiques en quête de légitimité.

Afin d’apprécier la sincérité de la démarche de M. Kabila, la Démocratie Chrétienne exige l’arrêt immédiat  de la traque aux dissidents politiques de la RDC ainsi que la libération sans délai des prisonniers politiques qui croupissent dans les prisons-mouroirs congolaises.

Vérité et Justice pour le Congo,

Marc Mawete,

Porte-parole de la Démocratie Chrétienne, DC

About these ads
5 Commentaires Poster un commentaire
  1. srg abraham #

    cette traque des dissidents que le gouvernement illegitime de kabila organise finiras un jour et tous serrons juger, je suis entreint de peiner loin de ma famille a cause de cette gournement crimenelle, j’en souffrent je ne sais comment subvenir aux besoin de mes enfants qui souffrent parceque j’avais choisie de servire l’opposition qui etait mon choix le choix du changement, arreter par les agents de l’ANR puis les agents de mura les jours des elections parceque j’avais fait appel a la monusco, pour constater le chariot et la jeep de bulletin que mr francis kalombo amener aux centre de bokolo pour bourrer les urnes a leur faveur,j’ai vecus un calvaire dans le prison en commencant par le sous sol du camp tshatshi puis l’anr a gombe, Dieu etant grand ma epargner a la mort pour m’amener a l’abris quelque part

    30 janvier 2013
  2. Kitadi Baudouin #

    Il n’y a pas de cohésion nationale quand on continue à traquer les fils et filles du pays qui ont une vision de la chose publique contraire à celle du régime autoritaire en place en R.D.C. Car pour avoir la cohésion nationale, il faut avoir la réconciliation nationale. Et pour avoir la réconciliation nationale, il faut se mettre tous autour d’une table et ne plus considérer les autres comme des ennemis, et ce, pour l’intérêt supérieur de la Nation.

    9 janvier 2013
  3. patricio yanga #

    avec kanambe,eloko ya bien eza te ,biso nionso oyo tozali nasima nabino,tozali kozela kakamaloba oyyo president elue alobaki na discour na yye ya fin del,annee ekokisama,soki mandoki mpona congo toza pret.sans les arme kanambe ako continue koniokola biso na mabele na biso moko.ns attandons votre mot d,ordre

    9 janvier 2013

Rétroliens & Pings

  1. LA TRAQUE DES DISSIDENTS POLITIQUES CONGOLAIS EST INCOMPATIBLE AVEC TOUTE RECHERCHE DE COH ESION NATIONALE : LES CAS DE LA LEVEE DE L’IMMUNITE PARLEMENTAIRE DU DEPUTE NATIONAL EUG ENE DIOMI NDONGALA, PRESIDENT DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE, D.C. ET PORTE-
  2. LA TRAQUE DES DISSIDENTS POLITIQUES CONGOLAIS EST INCOMPATIBLE AVEC TOUTE RECHERCHE DE COH ESION NATIONALE : LES CAS DE LA LEVEE DE L’IMMUNITE PARLEMENTAIRE DU DEPUTE NATIONAL EUG ENE DIOMI NDONGALA, PRESIDENT DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE, D.C. ET PORTE-

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 8  346 followers

%d bloggers like this: