Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘congo, rdc, diomi ndongala, opposition politique rdc, congo kinshasa, republique democratique du congo, drc, democratie chretienne,’

RAPPORT 2014 DU GOUVERNEMENT ANGLAIS SUR LA SITUATION DES DROITS DE L HOMME: RDC: LES CAS DES DEPUTES DIOMI NDONGALA ET NZAGHI AU CENTRE DES PREOCCUPATIONS DU GOUVERNEMENT BRITANNIQUE

 

Democratic Republic of the Congo

(DRC) – Country of Concern: latest

update, 31 March 2014

Capture2004014

Published 10 April 2014

Contents

Human rights issues in the Democratic Republic of Congo (DRC) continue to give cause for concern, with no marked improvement seen during the period January to March 2014.

Fighting in eastern DRC between the DRC armed forces and armed groups continues to cause the displacement of many people as civilians move to avoid the violence and shelling. The UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) estimates that there are around 2.9 million internally displaced people in DRC, representing an increase of 700,000 on the same period last year.

The Department for International Development (DFID) is working locally with a range of NGOs to provide programmes which respond quickly to the humanitarian impact of conflict such as displacement, epidemics and spikes in malnutrition. However, the best way to improve the human rights situation in the DRC is through continued work to stabilise the region, reduce conflict, and ensure that there is no culture of impunity in the aftermath of conflict – these, after all, are the conditions that lead to many of the human rights abuses and violations in the first place.

On 28 March, the UN Security Council extended the mandate of the United Nations Organisation Stabilisation Mission in the DRC (MONUSCO) for a further year. The overarching objective of the mission is to ensure the protection of civilians. With the adoption of resolution 2147 (2014), the UN Security Council condemned the operations of armed groups and their violations of international humanitarian law and other principles of international law. It demanded that they cease immediately all abuses of human rights, violence, and other destabilising activities by permanently disbanding, laying down their arms, and demobilising children from their ranks. It urged accountability for the perpetrators of war crimes and crimes against humanity.

Despite the defeat of M23 in early November, other armed groups continue to commit human rights abuses, with the provinces of North and South Kivu and Katanga being among those most seriously affected. FARDC (Congolese armed forces) operations, supported by MONUSCO, are ongoing against the Allied Democratic Forces (ADF), and other groups. Abuses carried out by these armed groups include the murder and rape of civilians, and the recruitment of children.

During his visit to the DRC in February, Minister for Africa, Mark Simmonds, expressed our concern to the government of the DRC of the risks to civilians, if state authority and rule of law is not extended effectively and quickly when areas are vacated by armed groups. The UK continues to support projects aimed at helping to stabilise the eastern part of the DRC. We are also working with others in the international community to encourage DRC and its neighbours to find a political solution which will lead to long-term, sustainable peace, stability and prosperity for its citizens. This includes supporting the efforts of the UN Special Envoy to the Great Lakes, Mary Robinson, to ensure implementation of the Peace, Security and Cooperation Framework (PSCF) agreement for the region. During calls on President Kabila and others, Mr Simmonds also lobbied the government of the DRC to adopt a comprehensive Disarmament, Demobilisation and Reintegration programme. More than a year has passed since hundreds of M23 combatants fled the DRC for neighbouring countries, and it is important that the Congolese government ensures the permanent demobilisation of those fighters and comes up with a credible plan for reintegrating them into society, paying particular attention to the needs of the children and women among them.

State actors also continue to be responsible for the majority of human rights violations, with DRC armed forces predominantly responsible, alongside the police and intelligence agencies. We continue to lobby the Congolese authorities to bring perpetrators to justice.

On 7 March, the International Criminal Court (ICC) convicted Germain Katanga, a former rebel leader transferred to the ICC by the government of the DRC in 2007, of one crime against humanity (murder) and four war crimes (murder, attacking a civilian population, destruction of property and pillaging) committed on 24 February 2003, during an attack on the village of Bogoro, in Ituri, DRC. Katanga was acquitted of other charges, including of sexual violence, as personal culpability could not be proved. The judgment is subject to appeal.

We are working closely with the Congolese authorities to support the implementation of their national strategy on addressing sexual and gender-based violence (SGBV) in the DRC. We continue to fund the deployment of a police expert in the east of the country to build capacity, in collection and storage, of forensic evidence. This supports DFID’s wider programme on security sector accountability and police reform, which includes a focus on SGBV. DFID are also providing humanitarian support to survivors of SGBV. During his visit to eastern DRC, Mr Simmonds accompanied the Archbishop of Canterbury on a visit to the HEAL Africa hospital in Goma to launch the UK-funded project “Silent No More”, which will train local faith leaders to support efforts to tackle sexual violence and promote gender equality, particularly using the voices of men.

Support for human rights defenders remains a priority, and we continue to work with and support them. We also continue to engage closely those working on human rights, including NGOs and local civil society.

Together with EU partners, we made clear our objection to the arbitrary travel ban imposed upon opposition leader, Vital Kamerhe, and acknowledged that this ban was eventually lifted by the authorities.

However, we remain concerned about the allegations of violations against human rights defenders, journalists and political opponents, including irregular judicial processes. This includes jailed MP Diomi Ndongala and North Kivu MP Mohindo Nzangi. We continue to encourage progress on delivering the election cycle, including the implementation of recommendations made following the EU’s mission to monitor the 2011 élections.

 

**************************************

traduction Google en FR.

 

Rapport Global

République démocratique du Congo

(RDC) – Pays de préoccupation:

dernière mise à jour le 31 Mars 2014

Publié 10 Avril 2014

Contenu

Questions relatives aux droits de l’homme en République démocratique du Congo (RDC) continuent de susciter des inquiétudes, sans amélioration notable vu au cours de la période Janvier to Mars 2014.

Combats dans l’est de la RDC entre les forces armées de la RDC et des groupes armés continue de causer le déplacement de nombreuses personnes comme des civils se déplacent à éviter la violence et les bombardements. Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) estime qu’il ya environ 2,9 millions de personnes déplacées à l’intérieur de la RDC, soit une augmentation de 700 000 sur la même période l’an dernier.

Le Département pour le développement international (DFID) travaille localement avec un éventail d’ONG à offrir des programmes qui répondent rapidement à l’impact humanitaire des conflits tels que déplacements, des épidémies et des pics de malnutrition. Cependant, la meilleure façon d’améliorer la situation des droits de l’homme en RDC à travers la poursuite des travaux pour stabiliser la région, de réduire les conflits, et s’assurer qu’il n’y a pas de culture de l’impunité à la suite d’un conflit – ce, après tout, sont les conditions qui conduire à de nombreux abus et de violations des droits humains en premier lieu.

Le 28 Mars, le Conseil de sécurité a prorogé le mandat de la Mission des Nations Unies Organisation de stabilisation en RDC (MONUSCO) pour une année supplémentaire. L’objectif principal de la mission est d’assurer la protection des civils. Avec l’adoption de la résolution 2147 (2014), le Conseil de sécurité des Nations unies a condamné les opérations des groupes armés et leurs violations du droit international humanitaire et d’autres principes du droit international. Il a exigé que cessent immédiatement toutes les violations des droits humains, la violence et autres activités de déstabilisation par la dissolution permanente, déposer les armes et la démobilisation des enfants issus de leurs rangs. Il a exhorté la responsabilité des auteurs de crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Malgré la défaite de M23 au début de Novembre, d’autres groupes armés continuent de commettre des violations des droits de l’homme, avec les provinces du Nord et Sud-Kivu et le Katanga étant parmi les plus gravement touchés. FARDC (forces armées congolaises) les opérations, soutenues par la MONUSCO, sont en cours contre les Forces démocratiques alliées (ADF), et d’autres groupes. Exactions commises par ces groupes armés comprennent l’assassiner et le viol de civils, et le recrutement d’enfants.

Au cours de sa visite en RDC en Février, ministre pour l’Afrique, Mark Simmonds, exprimé notre préoccupation pour le gouvernement de la RDC des risques pour les civils, si l’autorité de l’Etat et l’Etat de droit n’est pas étendu rapidement et efficacement lorsque les zones sont libérées par les conflits armés groupes. Le Royaume-Uni continue de soutenir des projets visant à aider à stabiliser la partie orientale de la RDC. Nous travaillons également avec d’autres dans la communauté internationale pour encourager la RDC et ses voisins de trouver une solution politique qui conduira à long terme, la paix durable, la stabilité et la prospérité de ses citoyens. Cela inclut le soutien aux efforts de l’Envoyé spécial des Nations Unies dans les Grands Lacs, Mary Robinson, pour assurer la mise en œuvre de la paix, la sécurité et la coopération-cadre (ACFP) accord pour la région. Pendant un appel au président Kabila et d’autres, M. Simmonds a également fait pression sur le gouvernement de la RDC à adopter un programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration complète. Plus d’un an s’est écoulé depuis que des centaines de combattants M23 ont fui la RDC pour les pays voisins, et il est important que le gouvernement congolais assure la démobilisation permanent de ces combattants et arrive avec un plan crédible pour les réintégrer dans la société, en accordant une attention particulière à les besoins des enfants et des femmes parmi eux.

acteurs étatiques continuent également à être responsable de la majorité des violations des droits de l’homme, avec les forces armées de la RDC principalement responsables, aux côtés des services de police et de renseignement. Nous continuons à faire pression sur les autorités congolaises à traduire les auteurs en justice.

Le 7 Mars, la Cour pénale internationale (CPI) a condamné Germain Katanga, un ancien chef rebelle transféré à la CPI par le gouvernement de la RDC en 2007, d’un crime contre l’humanité (assassiner) et quatre crimes de guerre (meurtre, attaque un civil population, la destruction de biens et pillage) commis le 24 Février 2003, au cours d’une attaque contre le village de Bogoro, en Ituri, RDC. Katanga a été acquitté des autres chefs d’accusation, y compris la violence sexuelle, comme la culpabilité personnelle ne pouvait être prouvée. Le jugement est susceptible d’appel.

Nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités congolaises de soutenir la mise en œuvre de leur stratégie nationale de lutte contre la violence sexuelle et sexiste (SGBV) en RDC. Nous continuons de financer le déploiement d’un expert de la police dans l’est du pays pour renforcer les capacités, en matière de collecte et de stockage, de preuves médico-légales. Ce programme prend en charge plus large du DFID sur la responsabilisation du secteur de la sécurité et de la réforme de la police, qui met l’accent sur la SGBV. DFID apporte également un soutien humanitaire aux victimes de violence sexuelle et sexiste. Lors de sa visite est de la RDC, M. Simmonds accompagné de l’archevêque de Canterbury sur une visite à l’hôpital de HEAL Africa à Goma pour lancer le projet UK-financé "Silent No More", qui permettra de former les chefs religieux locaux afin de soutenir les efforts visant à lutter contre la violence sexuelle et de promouvoir l’égalité des sexes, en particulier en utilisant des voix d’hommes.

Soutien aux défenseurs des droits de l’homme demeure une priorité, et nous continuons de travailler avec et de les soutenir. Nous continuons également à travailler en étroite coopération ceux qui travaillent sur ​​les droits de l’homme, y compris les ONG et la société civile locale. Ensemble avec les partenaires de l’UE, nous avons clairement notre opposition à l’interdiction de Voyage arbitraire imposée chef de l’opposition, Vital Kamerhe, et reconnu que cette interdiction a finalement été levée par les autorités.

Cependant, nous restons préoccupés par les allégations de violations des droits des défenseurs des droits humains, des journalistes et des opposants politiques, y compris les procédures judiciaires irrégulières. Cela inclut emprisonné député Diomi Ndongala et Nord-Kivu MP Mohindo Nzangi.

 

Nous continuons à encourager les progrès sur l’exécution du cycle électoral, y compris la mise en œuvre des recommandations formulées à la suite de la mission de l’UE pour surveiller les élections de 2011. # # # # Cette publication fait partie de la Rapport 2013 droits de l’homme et de la démocratie .

 

https://www.gov.uk/government/publications/democratic-republic-of-the-congo-drc-country-of-concern/democratic-republic-of-the-congo-drc-country-of-concern-latest-update-31-march-2014

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 8  361 followers

%d bloggers like this: