Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘CONGO’

LA RDC NE DOIT PAS DEVENIR UNE PRISON A CIEL OUVERT: DECLARATION POLITIQUE DE LA JEUNESSE DES ASSOCIATIONS ET DES FORMATIONS POLITIQUES DE L’OPPOSITION EN R.D.C., EXIGEANT LA LIBERATION DES TOUS PRISONNIERS POLITIQUES

10427364_757775550971948_4415021984022303819_n

DECLARATION POLITIQUE DE LA JEUNESSE DES ASSOCIATIONS ET DES FORMATIONS POLITIQUES DE L’OPPOSITION EN R.D.C.,

Nous,  jeunes des associations et formations politiques de l’opposition congolaise, conscients de l’importance des valeurs démocratiques et républicaines pour l’établissement d’un Etat de Droit en RDC, tout en réaffirmant  notre attachement au respect des prérogatives du souverain primaire qui est le peuple congolais,

Déclarons ce qui suit :

  • Nous saluons la bravoure, le courage, la détermination des vaillants combattantes et combattants étudiants et de tous ceux qui ont lutté pour le respect de la Constitution congolaise pendant les trois glorieuses du 19-20-21 janvier 2015, qui ont vu des jeunes tomber sous les balles de la police et de la Garde Républicaine, des jeunes que nous considérons comme des martyrs de la liberté et de la démocratie ;
  • Nous soutenons la démarche du représentant de l’Envoyé Spécial du Président Barack Obama pour la Région des Grands Lacs, le Sénateur Russ Feingold, visant à interpeller la Ceni et l’exécutif congolais en place, afin que l’élection présidentielle se tienne dans le délai constitutionnel en RDC et surtout dans un contexte de remise et reprise pacifique entre le président qui sera élu et le sortant qui est fin mandat : un rendez vous avec l’Histoire qui malheureusement n’a pas de précédents en RDC.
  • Nous exigeons un calendrier global « réaliste » et « effectivement applicable »  des élections mais surtout que l’élection présidentielle se tienne dans le délai Constitutionnel, en septembre 2016, cela étant un gage incontournable d’alternance politique au Congo-Kinshasa.
  • Notre revendication s’inscrit dans la nécessité de jeter les fondations d’une véritable démocratie qui ne soit pas continuellement torpillée par des prises de pouvoir par la force et des crises de légitimité à répétition, comme il a été le cas ses dernières décennies en RDC.
  • Nous demandons la libération de tous les manifestants arrêtés lors des manifestations politiques et populaires du 19 -20- 21 janvier 2015, car leur seule faute était l’exercice de leurs droits à la libre expression politique, au droit de manifester et surtout leur droit à ne pas cautionner une violation subreptice de la Constitution par le pouvoir en place, et cela sous l’houlette de l’article 64 de la Loi Fondamentale en vigueur en RDC.
  • Nous qualifions les arrestations, les intimidations et la violence d’Etat contre les manifestants pacifiques comme une tentative de museler le peuple congolais qui a droit à un avenir meilleur. La jeunesse congolaise défendra ce droit jusqu’au sacrifice suprême et elle s’insurge contre les tentatives du régime Kabila d’empêcher la liberté de communication coupant Internet, les SMS et les réseaux sociaux. Cette censure doit immédiatement cesser.
  • Nous dénonçons l’instrumentalisation de la Justice à des fins politiques et nous revendiquons la libération de tous les prisonniers politiques et d’opinions afin de garantir la tenue d’un processus électoral inclusif, garantissant une paix sociale durable, gage de cohésion nationale ; nous exigeons plus particulièrement la libération des prisonniers politiques suivants :
  • HON. EUGENE DIOMI NDONGALA, HON. JEAN BERTAND EWANGA, M. BRUNO KABATSHI, M. JEAN CLAUDE MUYAMBO, M.FIRMIN YANGAMBI, M. ERICK KIKUNDA, M.MIKE MUKEBAYI et M. CHRISTOPHER NGOYI.
  • Nous sensibilisons la jeunesse congolaise en général et kinoise en particulier à rester vigilante, à braver la peur et surtout à ne pas céder à tout acte d’intimidation visant à déstabiliser et hypothéquer nos droits civils et politiques acquis au prix du sang de nos martyrs dont ceux qui sont tombé pour la liberté et la démocratie
  • En nous rappelant de l’exemple de nos ainés, qui ont marché pacifiquement pour la liberté le 16 février 1992,

Nous, jeunes membres des  associations et formations politiques de l’opposition,

refusons que République Démocratique du Congo devienne une immense prison à ciel ouvert.

 

Fait à Kinshasa, le 14/02/2016

***********

  •  

 

Des jeunes pour l’application du calendrier global, la libération des manifestants des « Trois Glorieuses », Diomi, Muyambo…..

Des jeunes pour l’application du calendrier global, la libération des manifestants des « Trois Glorieuses », Diomi, Muyambo…..

 Des jeunes membres des associations et formations politiques proches de l’opposition ont fait une déclaration politique le samedi 14 février 2015 dans la quelle ils reviennent sur le calendrier global, les personnes arrêtées et tuées en janvier 2015 tout en comparant ces martyrs à ceux du 16 février 1992.Tout en réaffirmant leur attachement au respect des prérogatives du souverain primaire, ces jeunes, saluent la bravoure et la détermination des combattantes et combattants étudiants et d’autres congolais qui ont bravé les forces de l’ordre et de la Garde Républicaine en janvier 2015. C’est dans ce sens qu’ils exigent la libération de tous les manifestants arrêtés lors de ces journées folles. La seule faute de ces manifestants, précisent ces jeunes, est qu’ils ont usé de leur droit à la libre expression pour s’opposer à la violation subtile de la Constitution par le pouvoir en place.Ils qualifient ces arrestations et la violence d’Etat contre les manifestants pacifiques d’arbitraires. Ils soulignent que la jeunesse congolaise défendra ses droits jusqu’au sacrifice suprême de sa vie.
Dans la foulée, ces jeunes de l’opposition exigent la libération de Diomi Ndongala, Ewanga, Jean Claude Muyambo, de Christopher Ngoy, Mike Kalambay, Firmin Yangambi…..

«Sensibilisons la jeunesse à rester vigilante, à braver la peur et à ne pas céder à tout acte d’intimidation visant à déstabiliser et hypothéquer les droits civils et politiques acquis au prix du sang de nos martyrs dont ceux qui ont marché pour la liberté et la démocratie le 16 février 1992 », lit-on dans cette déclaration politique transmise au Phare hier lundi 16 février 2015.

Sur un autre volet, ces jeunes soutiennent la démarche du représentant de l’Envoyé Spécial d’Obama dans les Grands Lacs, qui ne cesse d’interpeller la CENI et le gouvernement congolais pour que l’élection présidentielle soit organisée dans le délai dans un contexte de remise et reprise pacifique entre les présidents élu et sortant.

En définitive, les jeunes de l’opposition ont décidé de mettre en place une structure de sensibilisation, de médiation et de plaidoyer portant la dénomination « Dynamique des jeunes pour les élections transparentes ».
Jean- Pierre Nkutu

*********************

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 11 751 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :