Aller au contenu principal

Articles tagués ‘dc’

FLASH: TIRS A LUBUMBASHI PARTOUT DANS LA VILLE – LA POPULATION PANIQUE

RDC : la mystérieuse "reddition" des "Kata Katanga" à  Lubumbashi

 
Sur la place Moïse Tshombe, à Lubumbashi.
Sur la place Moïse Tshombe, à  Lubumbashi.© Trésor Kibangula/J.A.

Le 23 mars, un groupe de miliciens "Kata Katanga" est entré à   Lubumbashi, occasionnant des accrochages avec les forces de l’ordre au   centre-ville, avant de se réfugier au camp de la Mission onusienne sur  place.  Les autorités de la province du Katanga les ont transférés, le 25  mars, à  Kinshasa. L’incident laisse néanmoins plusieurs zones d’ombre.

Comment près de 250 miliciens indépendantistes dénommés « Kata Katanga » [coupez le Katanga, en swahili, NDRL] se sont-ils retrouvés, le 23 mars, au cœur  de Lubumbashi ? Tout le monde semble avoir été pris de court, ne sachant pas  comment réagir face à cette colonne des gens – vieux, jeunes, hommes, femmes et  enfants – armés de flèches, de couteaux mais également d’AK 47 et de  lance-roquettes, marchant droit dans la ville en provenance de la commune de  Ruashi, située à 7 km de la capitale katangaise.

S’agissait-il vraiment d’une simple « reddition » qui a dérapé ? Moïse Katumbi, le gouverneur de la province, n’a pas trouvé  d’autre explication. « Ils [les miliciens] sont venus se rendre et il y a eu  quelques débordements », a déclaré le numéro un de la province. Une allusion à  l’accrochage avec les forces de l’ordre, après que les « Kata Katanga » ont  descendu le drapeau de la RDC et hissé le leur aux couleurs de l’ancien Katanga  indépendant, sur la place Moïse Tshombe, du nom de celui-là même qui avait  proclamé la sécession de la plus riche province congolaise, le 11 juillet  1960.

"Ils ont forcé la porte"

Bilan : environ 35 morts et 54 blessés dont 15 « gravement atteints » parmi  les assaillants, selon les ONG locales. Pourchassés par les éléments de la Garde  républicaine, les miliciens s’étaient réfugiés au quartier général de la Monusco  à Lubumbashi. « Ils ont forcé la porte », explique un témoin sur place. « Nous  ne sommes pas venus pour nous rendre mais nous sommes ici pour demander à l’ONU  de nous rendre notre indépendance. Nous voulons que le Katanga soit un État et  que notre président soit reconnu », avait alors lancé un des miliciens au siège  de la mission onusienne.

Finalement désarmés, les 245 combattants « Kata Katanga » ont été rendus le  lendemain aux autorités provinciales qui les ont transférés, le 25 mars, à  Kinshasa. Une décision des « autorités du pays », se contente d’avancer Dikanga  Kazadi, le ministre de l’Intérieur du Katanga. Pas suffisant pour lever tout le  mystère autour de l’entrée dans la ville de Lubumbashi de ces miliciens qui ne  se reconnaissent pas comme des Congolais, mais simplement comme des  Katangais.

L’Unafec montré du doigt

Leur chef se nomme Ferdinand Ntanda Imena Mutumbo. Une figure quasi-inconnue  de la vie politique locale. « Il est l’oncle de Gédéon, le chef de la milice  maï-maï du Nord-Katanga, aujourd’hui mort ou en cavale », soutient une source.  Mais, à Lubumbashi, beaucoup pointent du doigt Kyungu wa Kumwanza, le président  de l’Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec) et  président de l’assemblée provinciale. Il serait, pour eux, le tireur de ficelles  dans l’ « affaire Kata Katanga ».

Un « complot pour salir le parti, se défend Jean-Noël Ngoy Kikungula, un des  conseillers de l’Unafec. Il ne faut pas confondre fédéralisme et sécession : les  miliciens réclament l’indépendance du Katanga, mais nous nous battons depuis des  années pour l’instauration du fédéralisme dans notre pays », nuance-t-il.

Pour couper court à ces rumeurs de plus en plus insistantes, Kyungu wa  Kumwanza avait prévu de tenir, le 25 mars, un meeting à la place de la Gare, à  Lubumbashi. Mais, Kinshasa a ordonné l’annulation de ce rassemblement. Le  fédéraliste n’aura donc pas, pour l’instant, l’occasion de s’expliquer…

________

Par Trésor Kibangula, envoyé spécial à Lubumbashi

Jeune Afrique du 25/03/2013

***********************************************************************************

DEFILE DES MAI MAI DANS LA CAPITALE DU KATANGA, 2* VILLE DE LA RDC

RDC: l’attaque des Maï-Maï à Lubumbashi a fait "environ 35" morts

MONDE | Mis à jour le dimanche 24 mars 2013 à 11h18

MAI MAI A LUBUMBASHI LE 23/03/2013

  • Près de 250 combattants d’un groupe armé local Maï-Maï qui avaient trouvé samedi refuge dans les locaux des Nations Unies à Lubumbashi, le chef-lieu de la province du Katanga (sud-est de la République démocratique du Congo) se sont rendus, a annoncé dimanche la Mission de l’ONU en RDC (Monusco), qui a chiffré à "environ 35" le nombre de morts enregistrés lors de l’attaque de la ville.
  • "La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco) se félicite de la reddition pacifique des 245 combattants Maï-Maï (du groupe) Kata Katanga qui s’étaient réfugiés à l’intérieur du camp de la Monusco (…) après avoir marché sur la ville plus tôt dans la journée", a annoncé l’ONU dans un communiqué reçu à Bruxelles.

    Les rebelles devraient bientôt être remis au gouvernement, à l’issue de négociations menées sous l’égide de la Monusco, entre le gouverneur du Katanga Moïse Katumbi, les autorités militaires et provinciales et les Maï-Maï, ajoute le texte.

    Selon la Monusco, 54 blessés ont été recensés, dont quinze "gravement atteints" parmi les rebelles qui s’étaient réfugiés dans ses installations. Tous les combattants blessés ont été transférés à l’hôpital de la ville pour recevoir des soins médicaux, ajoute la Mission onusienne, assurant qu’aucun membre du personnel des Nations Unies n’a été blessé.

    Selon des ONG citées par la Monusco, environ 35 personnes ont perdu la vie dans l’attaque de la ville.

    Belga

****************************************************************************************

LUBUMBASHI, 23/03/2013

LES REPRESENTANTS DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE A LUBUMBASHI NOUS SIGNALENT UNE SITUATION DE GRAVE ALERTE SECURITAIRE.

A PARTIR DE DIFFERENTS ENDROITS DE LA CAPITALE DU KATANGA, DES TIRS A BALLES REELLES SONT SIGNALES UN PEU PARTOUT, EN PLEIN CENTRE VILLE.

LA POPULATION EST ENFERMEE DANS LES MAISONS. LES DEPUTES PROVINCIAUX ONT FUI VERS LEURS RESIDENCES INTERROMPANT AINSI  LEUR SEANCE DE TRAVAIL A L’ASSEMBLEE PROVINCIALE. AUCUNE AUTORITES NE SAIT INFORMER LA POPULATION SUR LES COMBATS EN COURS ENTRE DES ASSAILLANT NON IDENTIFIES ET LA GARDE REPUBLICAINE.

LES BRUITS QUI COURENT EN VILLE PARLENT D UN ATTAQUE DES MAI MAI MAIS CELA RESTE A VERIFIER. LES ATTAQUANTS SONT EN TRAIN DE SE BATTRE AVEC LES FARDC – GR EN PARTICULIER - EN CE MOMENT

LES TIRS ONT COMMENCE DEPUIS ENVIRON UNE HEURE.

CEUX QUI PEUVENT QUITTENT LA VILLE.

DEMOCRATIE CHRETIENNE/ LUBUMBASHI,

HERVE KALONDJI

23/03/2013 A 13H30

*********************************************************

MISE A JOUR A 14H30

DES TEMOINS OCULAIRE ONT VU LES ASSAILLANTS PLACER UN DRAPEU VERT/ROUGE/BLANC ET SE DIRIGER VERS LE GOUVERNATORAT. ILS SONT MAINTENANT AU NIVEAU DI SIEGE DE LA MONUSCO A LUBUMBASHI.

D AUTRES TEMOINS NOUS ONT FAIT ETAT DE CIVILS AGGRESSES A L ARME BLANCHE.

http://democratiechretienne.org

********************************************************

#Lubumbashi : l’ambassade de France évoque "troubles violents" en ville et recommande à ses ressortissants d’éviter tout déplacement #RDC

**********************************************************

16h30 MOISE KATUMBI RENCONTRE LES Bakata Katanga (MAI MAI) – UNE NEGOCIATION EN COURS

VOICI L IMAGE DE LA RENCONTRE ENTRE LE GOUVERNEUR DU KATANGA ET LES MILICIENS MAI MAI

Permalien de l'image intégrée

******************************************************************

16h40 A LUBUMBASHI

LE BILAN PROVISOIRE DES MORTS A LUBUMBASHI EST DE 2 PERSONNES TUEES AU CENTRE VILLE – PRESU DU TUNNEL – ET ENCORE 10 NON LOIN DE L USINE DE SAVON

******************************************************************

17H00

LES ASSAILLANTS MAI MAI QUI DEFILENT  LUBUMBASHI

No cmt Lubumbashi

……………………………………………………………………………………………………

17H25 MISE A JOUR – LUBUMBASHI

 #obs maï maï killed downtown at #lubumbashi post office place's

UN "ASSAILLANT" MAI MAI TUE DANS LES RUES DE LUBUMBASHI

UN POLICIER TUE

************************************************************

MISE A JOUR A 17H35  – LUBUMBASHI

LE MAI MAI TUE ET PHOTOGRAPHIE MORT PRES DE LA POSTE AVAIT ESSAYE D HISSER LE DRAPEAU INDEPENDENTISTE PRES DE LA STATUE DE TSHOMBE A LA PLACE DE LA POSTE, SELON DES TEMOINS OCULAIRES PRESENTS SUR PLACE

**************************************************************

MISE A JOUR DE 17H45 – LUBUMBASHI

UNE FEMME MAI MAI TUEE PRES DU TUNNEL A LUBUMBASHI

**************************************

ENCORE DES IMAGES DES MAI MAI DANS LA RUE

******************************************************************************

MISEA JOUR A 18H30 – LUBUMBASHI

UN GROUPE DE MAI MAI S ‘EMPARE DUN COMPLEXE DES NATIONS UNIES

ARTICLE TRADUIT PAR GOOGLE TRANSLATOR

Un groupe de miliciens non identifiés ont attaqué Lubumbashi, capitale de la République démocratique du Congo riche en cuivre province du Katanga, s’emparant d’un complexe des Nations Unies et faisant un nombre indéterminé de victimes.

Environ 100 combattantsont  maîtrisé la police nationale et a pris le complexe de l’ONU aux alentours de midi, Carlos Araujo, un porte-parole de la mission de l’ONU au Congo, a déclaré par téléphone depuis Kinshasa, la capitale nationale. Les soldats congolais et des membres de la Garde républicaine du président ont encerclé l’enceinte et sont en négociation pour le désarmement des combattants, at-il dit.

«Nous avons certains membres du personnel à l’intérieur du composé, mais ils ne sont pas lésés», a déclaré Araujo. Quelques-uns des membres de la milice ont été blessés, at-il dit.

Lubumbashi est une plaque tournante pour de nombreuses sociétés minières du Congo grands. La nation d’Afrique centrale produit plus de 3 pour cent de cuivre du monde et la moitié de son cobalt, dont la plupart provient du Katanga.

 Radio Okapi a dit que  450 miliciens et membres de la famille du Katanga groupe Kata sont entré dans la ville le matin et ont commencé à tirer.

Ni Araujo, ni porte-parole du gouvernement congolais pourrait confirmer l’identité du groupe.

Un certain nombre de miliciens ont été arrêtés, ministre des Médias , Lambert Mende, a déclaré par téléphone depuis Kinshasa.

«Nous allons découvrir qui ils sont dans les prochaines heures", at-il dit.

Couper Katanga, KATA KATANGA

Avant de prendre l’enceinte de l’ONU, la milice s’est battue dans les rues avec l’armée nationale, Araujo a déclaré.

«Les gens couraient partout, puis il ya eu des coups de feu dans certaines zones de la ville», François Kashinda, porte-parole du Katanga Moise Katumbi gouverneur, a déclaré par téléphone.

Plusieurs groupes de milices locales, souvent appelés milices Maï Maï, ont fait plus de plus de 300.000 personnes à fuir leurs maisons dans le centre du Katanga, au nord de Lubumbashi, selon l’ONU. Certains de ces groupes, y compris Kata Katanga soutiennent que le  Katanga devrait se séparer du Congo. Kata Katanga signifie «couper Katanga» dans la langue swahili  qui est parlé là-bas.

Pour contacter le journaliste sur cette histoire: Michael J. Kavanagh à Kinshasa

http://www.bloomberg.com/news/2013-03-23/congolese-militia-seizes-un-compound-in-katanga-s-lubumbashi.html

LA CROIX ROUGE RAMASSE DES CORPS DEVANT LA GRANDE POSTE / VIDEO

https://www.facebook.com/photo.php?v=353535364750718&utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

**************************************************

Lubumbashi: le calme est revenu après la reddition des miliciens «Bakata Katanga» à la Monusco

publié il y a 26 minutes, |  Denière mise à jour le 23 mars, 2013 à19:00|   sous Actualité, Katanga, La Une, Politique, Sécurité, Société. Mots clés:

 
Les Maï-Maï Bakata Katanga, ce samedi 23 mars, aux installations de la Monusco à Lubumbashi/Ph. radio Okapi.Les Maï-Maï Bakata Katanga, ce samedi 23 mars, aux installations de la Monusco à Lubumbashi/Ph. radio Okapi.

Les Maï-Maï Bakata Katanga, ce samedi 23 mars, aux installations de la Monusco à Lubumbashi/Ph. radio Okapi.

La situation est redevenue calme, ce samedi 23 mars à Lubumbashi, chef-lieu du Katanga, après une matinée agitée notamment par des tirs qui retentissaient à travers le centre-ville. A la base, les Maï-Maï dénommés Bakata Katanga qui y ont fait leur entrée par la commune de la Rwashi. Selon les témoins, ces miliciens qui cherchaient à rejoindre le siège de l’Assemblée provinciale du Katanga ont été dispersés par les Forces armées de la RDC (FARDC). Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 8  385 followers

%d bloggers like this: