Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘dc’

L’opposition hausse le ton : Non à la monarchisation de la RDC!/ LE PALMARES

L’opposition hausse le ton : Non à la monarchisation de la RDC!

 


Plainte contre Malumalu aujourd’hui chez le PGR.  Entre Malumalu et les forces politiques de l’Opposition, c’est du «je t’aime, moi non plus ». La déclaration du président de la CENI faite le vendredi 20 juin 2014 à l’issue de sa rencontre au Palais du peuple avec les délégués des partis politiques a provoqué une nouvelle levée de boucliers.

« Le calendrier électoral adopté par la plénière de la CENI ne connaîtra aucune modification, nous résisterons à toutes les intimidations », a martelé Apollinaire Malumalu. Une manière pour le prêtre catholique de répliquer aux envoyés spéciaux de la Communauté internationale et aux forces politiques de l’Opposition qui ne cessent d’exiger la publication d’un calendrier électoral global.

Face à la résistance du président de la CENI qui fait la sourde d’oreille à leurs propositions, les forces politiques de l’Opposition avec l’UDPS , UNC, FAC, DC, ont résolu de déposer une plainte contre lieu auprès du Procureur Général de la République aujourd’hui jeudi 26juin 2014.
Dans leur déclaration lue le mercredi 25 juin 2014 à Notre Dame de Fatima par le secrétaire général de l’UDPS, Bruno Mavungu, ces acteurs de l’Opposition politique congolaise ont également décidé de mener des actions communes pour barrer la route à toute tentative de monarchisation présidentielle en ROC, notamment traduire Malumalu en justice pour atteinte aux droits garantis aux particuliers et violation des lois de la République;
-Retirer des délégués des forces politiques et sociales de l’Opposition siégeant à la CENI
- Organiser des meetings populaires, des marches pacifiques et toute autre action jugée salutaire pour mobiliser le peuple conformément à l’article 64 de la Constitution.
ERIC WEMBA

Déclaration des forces politiques et sociales

Nous, Forces Politiques et Sociales, signataires de la présente déclaration
Convaincues que la démocratie est le meilleur système de gestion et d’alternance au pouvoir, gages de stabilité des institutions de la République, de paix et de développement durables;
Considérant l’histoire politique de notre pays, caractérisée par une succession de crises politiques et institutionnelles depuis son indépendance; la dernière étant les élections opaques, irrégulières et frauduleuses du 28 novembre 2011, à l’origine d’une crise de légitimité sans précédent qui a replongé notre pays une fois de trop dans les pages sombres de son histoire
Convaincues que l’ordre politique du pays doit être basé sur une Constitution démocratique que tous les citoyens doivent scrupuleusement respecter;
Nous appuyant sur les 7 préoccupations majeures posées dans la Constitution du 18 février 2006 et qui ont présidé à l’organisation et l’exercice du pouvoir dans notre pays, à savoir:
1. Assurer le fonctionnement harmonieux des institutions de l’Etat;
2. Eviter les conflits;
3. Instaurer un Etat de droit;
4. Contrer toute tentative de dérive dictatoriale;
5. Garantir la bonne gouvernance;
6. Lutter contre l’impunité;
7. Assurer l’alternance démocratique.
Considérant que l’article 220 de la Constitution de la République a expressément consacré l’intangibilité de certaines dispositions, essentiellement le nombre et la durée des mandats du Président de la République ainsi que le mode de scrutin qui sont, de droit, verrouillées et ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle;
Constatant que le syndrome de personnalisation du pouvoir et de privatisation de l’Etat hante dangereusement la classe politique au pouvoir:
Refusant catégoriquement la monarchisation présidentielle dans notre pays;
Toujours fidèles aux valeurs que nous défendons et au combat que nous menons au sein de nos structures respectives:
Conscientes de nos responsabilités devant Dieu, l’Histoire et la Nation
Avons décidé d’unir nos forces pour mener des actions communes en vue d’atteindre les objectifs ci- après:
I. Lutter pour la résolution de la crise de légitimité née des élections chaotiques du 28 novembre 2011
2. Contrer tout changement ou révision de la constitution avant les élections de 2016;
3. Obtenir la convocation d’un dialogue inclusif conformément à l’Accord- cadre d’Addis-Abeba ainsi que la Résolution 2098 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies
4. Restructurer la CENI et arrêter par consensus un calendrier électoral
5. Obtenir le départ de Monsieur Joseph Kabila;
6. Arracher la libération sans conditions de tous les détenus politiques et d’opinions;
A l’appui de ces objectifs, les signataires de la présente déclaration ont adhéré aux principes ci-dessous:
1. Proclamation de leur profession de foi à l’engagement de ne pas trahir l’unité et les objectifs poursuivis;
2. Engagement à ne céder à aucune forme de corruption, chantage, débauchage, et menaces venant de quelque origine que ce soit;
3. Ne jamais utiliser le rassemblement à des fins personnelles.
En vue d’atteindre les objectifs ci-dessus et sauvegarder la démocratie, ‘les signataires ont décidé de mener les actions ci-après notamment:
1. Traduire Monsieur l’Abbé MaluMalu en justice pour atteinte aux droits garantis aux particuliers et violation des lois de la République;
2. Retirer les délégués des Forces Politiques et Sociales de l’opposition siégeant à la CENI;
3. Organiser des meetings populaires, des marches pacifiques et toute autre action jugée salutaire pour mobiliser notre peuple conformément à l’article 64 de la Constitution.
Fait à Kinshasa, le 25juin 2014

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 9 694 autres abonnés

%d bloggers like this: