Aller au contenu principal

HISTOIRE D’ORDINAIRE TORTURE D’UNE JOURNALISTE CONGOLAISE DANS UN CAMP MILITAIRE: LE CAS DE LA PRESENTATRICE DE CANALKIN, THYTHY BOLUMBU

JOURNALISTE DISPARUELa journaliste Thythy Bolumbu a été libéré ce matin, 22/08/2014,  après une mobilisation de RFI, des défenseurs des droits de l’homme et la cellule des Droits de l’Homme de la Monusco qui lui ont sauvé la vie.

Voici son récit de ce qu’ on lui a infligé en 48 heures de détention au secret près de la GR au camp Tshatshi, le siège du Ministère congolais de la Défense.

Alors que Thythy Bolumbu rentrait paisiblement à la maison après une journée de travail, une voiture avec 3 femmes  et un  chauffeur s’est arrêtée devant  l’arrêt de bus où elle se trouvait pour lui proposer de l’amener à sa destination. Sans trop se poser de questions, la Journaliste de Canalkin a pris place à bord du véhicule. Arrivée pas loin de l’entrée de Kinsuka, non loin du camp Tshatshi, un véhicule avec des bérets rouges à bord coupe la route à la voiture dans laquelle  se trouvait Thythy Bolumbu.

Les militaires ignorent les autres passagers et  la prennent comme un poids mort  l’obligeant à s’allonger,  avec sa bouche contre le fond de leur jeep.

Au cours du parcours très pénible, la tète de la journaliste de la présentatrice de Canalkin a été écrasée sous les bottes des trois militaires qui l’ont kidnappée.

Arrivée au camp Tshatshi, les militaires prennent possession de tous ce qu’elle a sur elle: argent, téléphone, sac, carte de presse, mais le pire est ce qu’il va suivre.

Après l’avoir amenée dans une cellule, ces tortionnaires   ont exigé qu’elle se déshabille devant eux…Impossible de savoir ce qui s’est passé par la suite, car Thythy est tellement traumatisée qu’elle n’arrive pas en parler. Elle en pleure….

Ses bourreaux lui donneront un tissu sale et troué et avec ce tissu comme seule couverture elle passera la nuit sans savoir les raisons des tortures et de la privation de liberté qu’elle était en train de subir.

Une personne de bonne volonté qui avait assisté à toute la scène   à l’intérieur des locaux du camp militaire a eu pitié d’elle et après lui avoir dit qu’il l’avait reconnue,  lui a donné un téléphone qui lui a permis de signaler à sa famille où elle se trouvait: dans le lieu le plus dangereux de la ville de Kinshasa, un cachot de la Garde Républicaine dans le principal et plus sinistre camp militaire de la capitale à partir d’où beaucoup de citoyens congolais disparaissent.

Ses membres de famille se sont rendus le 21/08 matin au Camp Militaire pour exiger sa libération mais les gardes apostées à l’entrée du Camp leur ont empêché aussi bien d’entrer que de  parler avec leurs supérieurs.

Le lendemain matin, alors que M.me Bolumbu était resté presqu’évanoui toute la nuit, le militaires lui ont donne un boisson sucré déjà ouverte et un morceau de pain, insistant pour qu’elle en mange malgré son refus.

Le matin du 22/08/2014, Thythy sera embarquée encore une fois sur la jeep avec laquelle elle avait était kidnappée, toujours allongée avec les bottes des militaires sur sa tête, et elle sera abandonnée près de Binza Pigeon à la périphérie ouest de Kinshasa.

La seule chose que lui a été remise est  curieusement sa carte de presse, qui a été lancée sur elle le moment où M.me Bolumbu a été jeté sur la macadam.

La journaliste Thythy Bolumbu, présentatrice et reporter  à Canalkin TV,  est dans un état de choc.

Elle n’a pas eu la force d’aller voir un médecin et elle est encore fortement secouée par le traumatisme des tortures et violences subies, dont elle n’arrive pas  à en parler dans les détails, ni avec ses collègues ni avec les membres de sa famille.

Thythy est une victime de plus de la répression violente des libertés fondamentales des congolais et particulièrement de la liberté d’expression. Jusqu’ à quand cette impunité honteuse?

Courage Thythy, vos souffrances et tortures subies  nous les dénonçons avec la dernière énergie. Les tortures infligées aux  journalistes, opposants et défenseurs des droits de l’homme doivent s’arrêter.

Vérité et Justice pour le Congo,

Marc Mawete,

Porte Parole Adj

DC

.

Publicités
5 Commentaires Poster un commentaire
  1. mieux vaut mourrir avec raison que de vivre sans raison, courage thythy c’est un signe d’une grande personnalité.la RDC nous appartient et personne ne nous empechera de dire sur notre propre pays.

    J'aime

    20 mars 2015
  2. imama lydie #

    ah vraiment notre cher pays la liberte des journaliste il n’ya pas ?

    J'aime

    25 août 2014
  3. JE SUIS VRAIMENT CHOQUER PR CE QUI EST ARRIVER A LA JOURNALISTE THYTHY DE CANAL KIN!!!ON VOIS BIEN QUE CE GOUVERNEMENT FORME DS BANDITS,DS BARBARES

    J'aime

    24 août 2014
  4. je suis de coeur ma soeur thythy seul DIEU soit leurs recompance dans tout ce qu’ils t’ont fait tôt ou tard ils seront payer.car se choquant on est pas libre chez nous!

    J'aime

    23 août 2014

Rétroliens & Pings

  1. HISTOIRE D’ORDINAIRE TORTURE D’UNE JOURNALISTE CONGOLAISE DANS UN CAMP MILITAIRE: LE CAS DE LA PRESENTATRICE DE CANALKIN, THYTHY BOLUMBU

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :