Aller au contenu principal

LA DC DIT NON AU REFERENDUM CONSTITUTIONNEL / TEMPETE DES TROPIQUES

 

 

TEMPETE DU 300915 001DIOMI

*

Dans un communiqué de presse : La DC dit  » non  » au referendum constitutionnel

Pour cette formation politique chère à Eugène Diomi Ndongala, dans un climat de forte tension politique due aux manœuvres politiciennes multiples adoptées depuis une année pour contourner les dispositions constitutionnelles relatives à la limitation de mandats présidentiels, la loi sur le Referendum constitutionnel est provocatrice et irresponsable

Dans un communiqué de presse du mardi 29 septembre 2015 signé par son secrétaire général Freddy Kita, la Démocratie Chrétienne (DC) condamne la démarche de certains députés de la Majorité présidentielle (MP) visant l’adoption d’une loi sur l’organisation du referendum constitutionnel.

Selon des correspondances officielles publiées dans la presse, poursuit le communiqué, cette démarche irrespectueuse, entre autre, du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, a été immédiatement soutenue et promue par le gouvernement central.

 » Dans un climat de forte tension politique due aux manœuvres politiciennes multiples adoptées depuis une année par le régime en place pour contourner les dispositions constitutionnelles relatives à la limitation de mandats présidentiels, la seule présentation d’une loi sur le Referendum constitutionnel nous apparait provocatrice et irresponsable « , peut-on lire dans ce document.

Le SG Freddy Kita rappelle que la Démocratie Chrétienne a déjà dénoncé et mis en garde le peuple congolais sur la gravité de la situation politique actuelle caractérisée par l’absence de consensus politique sur le processus électoral ainsi que la volonté qui en découle, de la part du régime en place, de ne pas organiser l’élection présidentielle dans le délai constitutionnel.

Cette situation de  » vide  » plonge la RDC dans une crise politique de grande envergure dans le but de conserver  » de facto  » le pourvoir après l’échéance de décembre 2016, sombrant le pays dans l’inaction politique, pense la DC.

La volonté d’adopter, à la fin de la législature, un projet de loi non prévu par le calendrier parlementaire et dont l’existence à été dénoncée grâce à la vigilance des formations politiques de l’Opposition et de la société civile, cache mal le projet macabre de plonger la RDC dans l’aventure du changement de Constitution afin de permettre à l’actuel président de briguer d’autres mandats, poursuit-il.

La Démocratie Chrétienne dénonce l’attitude passive du président de la République qui viole ses devoirs constitutionnels lui imposant de lancer un véritable processus électoral en RDC et de se plier au devoir de l’alternance politique inscrit dans la loi fondamental de la RDC.

 » L’organisation d’un referendum constitutionnel est malvenue, provocatrice et elle risque d’obliger le peuple congolais de faire appelle à l’art 64 de la Constitution afin de sauvegarder son droit à l’alternance politique « , insiste-t-il.

Egalement, la DC tient à alerter l’opinion nationale et internationale sur la menace pour la paix représentée par les manœuvres militaires actuellement en cours en RDC et apparemment consécutive à l’Accord militaire souscrit à Kigali le 20 septembre 2015 entre les Ministres de la Défense du Rwanda et de la RDC.

Par Stone

TEMPETE DES TROPIQUES

******************************************

SUR LE MEME SUJET:

COMMUNIQUE DE LA DC DU 29/09/2015
COMMUNIQUE DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE, DC  DU 29/09/2015:
NON AU REFERENDUM CONSTITUTIONNEL
LA RDC DOIT ASSURER LA SECURITE DE SA POPULATION
La Démocratie Chrétienne, DC, condamne la démarche de certains députés de la majorité factice au pouvoir visant l’adoption d’une loi sur l’organisation du referendum constitutionnel.
Selon des correspondances officielles qui ont été publiées par la presse, cette démarche irrespectueuses, entre autre, du Règlement d’Ordre Intérieur de l’Assemblée Nationale, a été immédiatement soutenue et promue par le gouvernement de M. Kabila.
Dans un climat de forte tension politiques due aux manœuvres politiciennes multiples adoptées depuis une année par M. Kabila pour contourner les dispositions constitutionnelles relatives à la limitation de mandats présidentiels l’empêchant de représenter sa candidature, la seule présentation d’une loi sur le Referendum Constitutionnel nous apparait provocatrice et irresponsable.
La Démocratie Chrétienne a déjà dénoncé et mis en garde le peuple congolais sur la gravité de la situation politique actuelle caractérisée par l’absence de consensus politique sur le processus électoral ainsi que la volonté qui en découle, de la part du régime Kabila, de ne pas organiser l’élection présidentielle dans le délai Constitutionnel.

Cette situation de « vide » plonge la RDC dans une Crise Politique de grande envergure dont le principal responsable est M. Joseph Kabila, qui poursuit des visées de conservation « de facto » du pourvoir après l’échéance de décembre 2016, sombrant le pays dans l’inaction politique.

La volonté d’adopter, à la fin de la législature, un projet de loi non prévu par le calendrier parlementaire et dont l’existence à été dénoncée grâce à la vigilance des formations politiques de l’opposition et de la société civile, cache mal le projet macabre de plonger la RDC dans l’aventure du changement de Constitution afin de permettre à M. Kabila de briguer d’autres mandats.
La Démocratie Chrétienne dénonce l’attitude passive de M. Kabila qui viole ses devoirs Constitutionnels lui imposant de lancer un véritable processus électoral en RDC et de se plier au devoir de l’alternance politique inscrit dans la loi fondamental de notre pays.

L’organisation d’un referendum constitutionnel est malvenue, provocatrice et elle risque d’obliger le peuple congolais de faire appelle à l’art 64 de la Constitution afin de sauvegarder son droit à l’alternance politique.

Egalement, la DC tient- elle à alerter l’opinion nationale et internationale sur la menace pour la paix représentée par les manœuvres militaires actuellement en cours en RDC et apparemment consécutives à l’Accord militaire souscrit à Kigali le 20/09/2015 entre les Ministres de la Défense du Rwanda et de la RDC.
Il est, en effet, inacceptable que l’exécutif Kabila refuse l’assistance de la Brigade Internationale et de la Monsuco pour traquer les groupes armées qui sévissent encore nombreux à l’Est de la RDC, pour accepter, à la place, la coopération active militaire du Rwanda, sur le territoire congolais, pour la traque des FDLR, après les échecs des opérations Kimia I et kimia II ainsi que l’échec de l’opération Umoja Wetu, qui ont provoqué des massacres de populations civiles, déplacements massifs de la population congolaise et, encore une fois, l’instauration de réseaux politico-militaires d’exploitation illégale des ressources naturelles sur le territoire congolais.
Cela étant, il nous apparait inconcevable que les troupes congolaises en place dans des zones d’insécurité comme Nyrangongo ou bien Rutshuru, soient abandonnées, avec retrait même des armes lourdes, par les FARDC, alors que le principal poste de défense de la RDC à l’Est de la RDC, La base militaire de Rumangabo, a déjà fait l’objet d’un attaque meurtrier et de vol d’armes lourdes il y a seulement quelques jours.
Les intérêts supérieurs de la République Démocratique du Congo au respect de sa Constitution ainsi qu’ à la garantie de la sécurité de sa population doivent toujours primer sur les intérêts égoïstes des individus.
NON AU REFERENDUM CONSTITUTIONNEL
LA SECURITE DES POPULATIONS A L’EST DE LA RDC DOIT ETRE ASSUREE.
Vérité et Justice pour le Congo,
Kinshasa, le 29/09/2015,
Freddy Kita,
Secrétaire General de la Démocratie Chrétienne, DC
Publicités
2 Commentaires Poster un commentaire
  1. Jules Nkinzo Irenge #

    FLASH! FLASH! FLASH!

    LES FARDC SE RETIRENT DE LEURS POSITIONS SUR L’AXE NYIRAGONGO-RUMANGABO

    Selon radio okapi, les fardc se retirent de leurs positions sur l’axe territoire de Nyiragongo-Rutchuru depuis que le camp militaire de Rumangabo ait été attaqué par des hommes armés non autrement identifiés.

    Cette information est confirmée par la 34 ème région militaire du Nord-Kivu. Selon le commandant région, ce retrait est un plan stratégique. Quant au porte-parole de la 34ème région, c’est sur ordre venu de Kinshasa que les Fardc se retirent de ces positions.

    Déjà, les militaires et leurs dépendants ainsi que l’armement lourd de l’armée basés sur cet axe arrivent à Goma…

    Le 30/09/2015, Jules Nkinzo Irenge a écrit : > La DC Sud Kivu dit  » NON  » au referendum constitutionnel, OUI aux > élections dans le délais constitutionnel? > > Le 30/09/2015, « Démocratie Chrétienne,

    J'aime

    30 septembre 2015
  2. Jules Nkinzo Irenge #

    La DC Sud Kivu dit  » NON  » au referendum constitutionnel, OUI aux élections dans le délais constitutionnel?

    Le 30/09/2015, « Démocratie Chrétienne,

    J'aime

    30 septembre 2015

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :