Aller au contenu principal

Dialogue : les préalables de la Démocratie Chrétienne / LE PHARE

le-phare25012016

 le phare 1 250116

le phare 2 2501160011

Dialogue : les préalables de la Démocratie Chrétienne

Pour sortir la RD Congo de sa situation de blocage actuel et favoriser l’instauration d’une démocratie apaisée, au sein de laquelle tous les acteurs puissent jouer chacun sa partition, la Démocratie Chrétienne (DC) a présenté à l’opinion ses pistes, le 22 janvier 2016, au cours d’une conférence de presse animée à Paris par son Secrétaire général, Freddy Kita.  Pour ce parti d’Opposition, la libération des prisonniers politiques avant le lancement du Dialogue est la condition sine qua non pour sa tenue.  Dans le lot des personnalités à libérer, la DC a nommément cité les cas de son leader, Eugène Diomi Ndongala, des défenseurs des droits de l’homme Firmin Yangambi et Christopher Ngoy, des jeunes des mouvements citoyens arrêtés à Kinshasa et à Goma ; etc.
Autres conditions présentées par la DC, il s’agit de la présence d’un facilitateur international; de la mise en place dans le meilleur délai, par le facilitateur, d’un comité préparatoire devant organiser techniquement le dialogue ; du lancement dans le meilleur délai de la phase technique de la préparation des élections par la CENI, en parallèle avec la recherche d’un consensus national sur le processus électoral par la classe politique au sein du Dialogue (devant se pencher essentiellement sur la révision de la Loi électorale ; la préparation d’un calendrier électoral consensuel ; la libération des médias et le respect du droit d’expression, de réunion et manifestation pendant la phase pré-électorale ; la sécurisation des populations à risque).
Tirant sa sonnette d’alarme, la DC indique qu’il serait irresponsable, de sa part, de ne pas évoquer les conséquences néfastes qui découleraient de la persistance de l’impasse politique actuelle, aussi bien sur les plans politique que social, car l’absence de processus électoral en RDC risque d’exposer le pays à l’instabilité politique, économique et sécuritaire, de plus dans un moment de récession économique internationale. En d’autres termes, fait-on noter, la banalisation de la crise politique actuelle pourrait faire reculer dangereusement le processus de démocratisation, ramenant la RDC à une situation comparable à celle du Zaïre de 1996.
D’ores et déjà, les compagnons de Diomi ont tenu à fixer l’opinion sur la mauvaise interprétation du Dialogue que la Majorité Présidentielle propose aussi bien aux citoyens congolais qu’à l’opposition politique dans son ensemble. « Le Dialogue, officiellement annoncé depuis novembre 2015 et toujours pas lancé, semble présenté comme un simple ‘‘slogan de campagne’’, au contenu flou et qui est lancé depuis plus de 6 mois sans approche politique sérieuse, au point de provoquer dans la population congolaise une forme de désaffection, car les citoyens congolais sont conscients de la gravité des problèmes qui vont se poser, à notre pays, au cours de l’année 2016 », a appuyé Freddy Kita.
Tshieke Bukasa
Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :