Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘Congo Kinshasa’

RDCongo: les familles des prisonniers politiques font pression sur les évêques / LA LIBRE AFRIQUE – Marie-France Cros

logo

RDCongo: les familles des prisonniers politiques font pression sur les évêques

RDCongo: les familles des prisonniers politiques font pression sur les évêques

Quarante-huit familles de prisonniers politiques en RDCongo ont déposé mercredi au siège de la Conférence épiscopale congolaise (Cenco), à Kinshasa, un mémorandum à l’attention des évêques pour leur rappeler le sort des prisonniers politiques, une semaine avant la réunion au cours de laquelle les éminences devraient, notamment, faire le point sur le processus électoral.

 
C’est dans huit jours, le 22 novembre, que s’ouvre officiellement la campagne électorale pour les scrutins présidentiel et législatifs du 23 décembre – même si le candidat kabiliste, Emmanuel Ramazani Shadary, a déjà commencé à faire campagne, en contravention avec la loi. Les 20, 21 et 22, la conférence épiscopale congolaise doit se réunir et, notamment, faire le point sur la campagne électorale. C’est, en effet, grâce à l’action des évêques qu’une explosion populaire avait été évitée, à la fin 2016, lorsque le président Joseph Kabila s’était maintenu au pouvoir malgré la fin officielle de son second et dernier mandat autorisé, sans avoir organisé les élections dues.
L’Accord de la Saint-Sylvestre non respecté par le pouvoir
Une « facilitation » de l’Eglise avait permis la conclusion, entre la Majorité présidentielle et l’opposition, de l’Accord de la Saint-Sylvestre, qui balisait le chemin vers des élections retardées, à organiser conjointement par le pouvoir déficient et l’opposition. Le premier n’a cependant pas rempli ses obligations.
Le régime a, en effet, préféré acheter des consciences pour faire semblant de confier à l’opposition le contrôle sur l’organisation de celles-ci, faisant de ces organes « de contrôle » des coquilles vides.

Il n’a pas non plus libéré les « cas emblématiques » de prisonniers politiques cités dans l’Accord, afin, comme convenu, de « décrisper » la tension politique: Eugène Diomi, président de la Démocratie chrétienne; Me Jean-Claude Muyambo, président de la Scode. Tandis que Moïse Katumbi, principal rival politique de Joseph Kabila, est toujours en exil après une condamnation politiquement motivée et empêché de se présenter à la présidentielle, et que Anzuluni et Mbusa Nyamwisi connaissent le même sort. Sans compter les civils officiellement amnistiés qui sont restés en prison, tels Eric Kikunda et Firmin Yangambi, rappelle le mémorandum.

Embastillés dans des « mouroirs »

Car depuis la signature du texte, les prisonniers politiques « demeurent embastillés dans les mouroirs congolais » que sont les prisons, soulignent les familles. Elles rappellent que la Cenco « avait pris l’initiative de se porter garante de la libération des prisonniers politiques et du retour des exilés politiques » et demandé à l’opposition et à la société civile d’accepter que cette libération intervienne après la signature de l’accord « et pas avant, comme ces composantes l’exigeaient préalablement ».

Et les signataires d’interpeller les évêques: « Où sont vos frères? ». Les familles notent que deux prisonniers politiques, Gecoco Mulumba et Franck Diongo, se sont encore ajoutés, depuis lors, à la liste, ainsi que des activistes de mouvements citoyens comme Carbone Beni et des militants de Lucha.
« Qu’avez-vous fait de votre engagement à vous porter garants de la libération des prisonniers politiques », interrogent les familles, soulignant que plusieurs d’entre eux ont dû être hospitalisés en raison des conditions de leur détention. Et de demander à la Cenco de mettre sur pied, en son sein, « une structure permanente » pour « le suivi soutenu » de la décrispation politique.
https://afrique.lalibre.be/27402/rdcongo-les-familles-des-prisonniers-politiques-font-pression-sur-les-eveques/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :