Aller au contenu principal

RDCongo: la libération des détenus politiques: « une mesure inachevée » LA LIBRE AFRIQUE -Marie-France Cros

RDCongo: la libération des détenus politiques: « une mesure inachevée »

logo

RDCongo: la libération des détenus politiques: « une mesure inachevée »

Marie-France Cros.

« La libération des prisonniers politiques est la mesure-phare du président Félix Tshisekedi. Mais elle est inachevée », a déclaré à La Libre Afrique.be Patrizia Diomi, épouse du plus symbolique de ces détenus, Eugène Diomi Ndongala. Ce dernier souffre toujours des conséquences de sa détention illégale et injuste par le régime Kabila.

https://afrique.lalibre.be/15249/rdc-eugene-diomi-saisit-la-cour-constitutionnelle/

Selon Mme Diomi, si les détenus politiques ont bien été libérés, la mesure de libération est « inachevée ». Aussi le ministre congolais des Droits de l’Homme a-t-il été interpellé il y a quelques semaines, à Genève, parce que Kinshasa n’a toujours pas produit le rapport exigé par le Comité des droits de l’Homme de l’Onu sur le cas Diomi. Ce comité avait exigé trois mesures de Kinshasa: la libération de ce détenu politique; l’annulation de sa condamnation, jugée irrégulière; son indemnisation pour l’injustice subie (jugement CDH/ONU N° 2465/14).

Ses droits n’ont pas été rétablis

Or, on est loin du compte. « Mon mari ne peut toujours pas quitter le pays, alors que sa santé demeure précaire » après les années d’incarcération et les refus de soins qu’il a subis, énumère Patrizia Diomi. « Il ne peut pas mener d’activités politiques » alors qu’il devait être rétabli dans tous ses droits. « Des biens importants nous appartenant ont été saisis et il est, dans les faits, impossible de lancer les procédures judiciaires pour les récupérer. Nous sommes dans une insécurité juridique totale alors que nous attendions une réhabilitation ».

Eugène Diomi a été victime de persécutions sous le régime Kabila pour avoir été le fer de lance des manifestations contre la manipulation des élections de novembre 2011, jugées « non crédibles » par les observateurs nationaux et internationaux, à l’issue desquelles Joseph Kabila s’était maintenu au pouvoir. Un seul de ses homologues avait accepté l’invitation de ce dernier à sa prestation de serment, le Zimbabwéen Robert Mugabe.

https://afrique.lalibre.be/43519/rdcongo-la-liberation-des-detenus-politiques-une-mesure-inachevee/

%d blogueurs aiment cette page :