Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘LE PHARE’

LE PHARE: DIOMI: 20 ONG FUSTIGENT LA DETENTION PROLONGEE

LE PHARE01

Diomi Ndongala : 20 ONG fustigent la détention prolongée

Vingt  organisations non gouvernementales de défense des droits humains, réunies lundi  2 novembre au n°12 de l’avenue Kasongo au quartier Socimat à Gombe, ont donné  de la voix à propos de la détention prolongée de l’honorable Eugène Diomi  Ndongala. C’était au cours de la conférence de presse que les leaders de ces  organisations de la société civile ont animée.

Dans le  préambule de leur déclaration commune, ils rappellent que le chef de l’Etat  avait pris l’engagement lors de l’ouverture des travaux des concertations  nationales, de décrisper l’atmosphère politique au pays. « Je vous annonce, par  ailleurs, qu’une grâce présidentielle est à l’étude en attendant le vote par le  parlement d’une loi d’amnistie », avait-il déclaré.

En outre, les  signataires de la déclaration renseignent qu’une liste de sept personnalités  qui auraient dû être immédiatement libérées, a été rédigée et coulée dans une  résolution des concertations nationales. Celle-ci comprenait les noms de :  Muhindo Nzangi, Eugène Diomi Ndongala, Pierre Jacques Chalupa, Kutino Fernando,  Eric Kikunda, Firmin Yangambi et Patrick Palata.

«  Malheureusement, au regard du constat fait sur le terrain, les organisations de  la société civile de défense et de promotion des droits de l’homme que nous  sommes, nous constatons que le chef de l’Etat, Joseph Kabila, est en train  d’opérer une libération sélective des prisonniers politiques ».

Face à la  situation, et vu l’état de sa santé qui détériore, les signataires demandent à  Joseph Kabila de prendre la décision annonçant la libération d’Eugène Diomi  Ndongala, comme il l’a fait pour d’autres prisonniers.

« Nous  saluons les gestes de magnanimité déjà accomplis. Toutefois nous estimons que  la cohésion nationale ne peut se réaliser que par la libération de tous les  prisonniers politiques, sans discrimination partisane ou sélective de sa part  ».

Après avoir  rappelé les circonstances ayant entouré la double arrestation de Diomi Ndongala  (27 juin 2012 & 8 avril 2013), les 20 ONG rappellent également que les  décisions de la Cour suprême de justice, notamment les trois arrêts assignant  Diomi Ndongala à résidence, n’ont jamais été appliquées.

A l’analyse de  tous ces faits, les responsables des ONG signataires de la déclaration se  disent convaincus que l’arrestation d’Eugène Diomi sort du simple cadre de la justice, pour devenir une affaire  politique dont l’objectif est de réduire au silence les opposant.

« Pour nous,  les ongdh, la détention de Diomi Ndongala est une affaire politique visant à  réduire au silence ce député de l’opposition, à cause de son engagement direct  dans la campagne présidentielle en faveur d’Etienne Tshisekedi »,  affirment-ils. Avant d’ajouter : « Proche d’Etienne Tshisekedi et  chantre frénétique du combat en faveur du triomphe de la vérité des urnes des  scrutins du 28 novembre 2011, Eugène Diomi est, selon notre analyse, victime  d’un harcèlement politico-judiciaire de longue date à cause de ses opinions  politiques ».

Dom Kinshasa, 3/12/2013 (Le Phare

%d blogueurs aiment cette page :