Aller au contenu principal

Archives de

La RDC épinglée par Amnesty international /AFRIKARABIA

28 mai 2013

La RDC épinglée par Amnesty international

Dans son rapport 2013 sur la situation des droits de l’homme dans le monde, Amnesty international n’est pas tendre avec le régime de Kinshasa. Selon l’ONG,  « les groupes armés comme les forces de sécurité gouvernementales ont menacé, harcelé et arrêté arbitrairement des défenseurs des droits humains, des journalistes et des membres de l’opposition politique« .
Image 1.pngLes rapports se suivent… et se ressemblent. Le nouveau rapport 2013 d’Amnesty international (1) sur la République démocratique du Congo observe que le retour du conflit entre les rebelles du M23 et le gouvernement à l’Est du pays a considérablement aggravé la situation des droits de l’homme dans le pays. « Exactions perpétrées par des groupes armés, violences faites aux femmes, enfants soldats, personnes déplacées, torture, procès inéquitables, arrestations et détentions arbitraires, liberté d’expression« … la liste dressée par Amnesty est impressionnante.

Rebelles et armée régulière accusés
Après la réélection contestée de Joseph Kabila en novembre 2011, la RDC a renoué avec ses anciens démons. En avril 2012, un nouveau mouvement rebelle, issu de l’ancienne rébellion du CNDP, a vu le jour, ramenant la guerre dans les Kivus. Le M23 a réussi à s’emparer de la  ville Goma pendant 11 jours, sans rencontrer de résistance de la part de l’armée régulière (FARDC), démotivée et sous-payée. Dans son rapport 2013, Amnesty note que « le redéploiement des soldats des FARDC pour combattre le M23 dans l’Est du pays a créé un vide en matière de sécurité dans d’autres régions« . Car outre le M23, des dizaines d’autres groupes armés se sont « réveillés » et terrorisent les populations civiles : FDLR, Raï Mutomboki, FNL, APCLS, LRA, ADF/NALU, et de nombreux groupes d’autodéfense Maï-Maï… Amnesty note que ce sont les femmes et les jeunes filles qui paient « le terrible prix de l’intensification des hostilités« . « Un grand nombre de femmes ont été victimes de viol et d’autres formes de violences sexuelles imputables aussi bien à des membres des FARDC qu’à des groupes armés » révèle l’ONG. Idem sur les enfants soldats. Amnesty explique que les enfants sont recrutés aussi bien par les groupes armés… que par l’armée régulière.

Le cas DIOMI Ndongala
En dehors des zones de conflits, circonscrites essentiellement à l’Est du pays, Amnesty dresse un portrait peu flatteur de la situation des droits de l’homme en RDC. « La pratique de la torture, et plus généralement des mauvais traitements, est endémique dans tout le pays« , relève l’ONG. La justice congolaise n’est pas épargnée par le rapport : « le manque d’indépendance des tribunaux, les violations des droits des accusés, l’absence d’aide juridique et la corruption figurent au nombre des obstacles à l’équité des procès« .

Amnesty note également que « les arrestations et détentions arbitraires demeurent généralisées dans tout le pays« . Les opposants politiques sont les premières victimes de ces arrestations. Le rapport revient sur la « disparition » de l’opposant Eugène Diomi Ndongala le 27 juin 2012, alors qu’ »il était en chemin pour aller signer une charte de coalition avec d’autres partis politiques ». Amnesty rappelle qu' »il a été remis en liberté 100 jours plus tard, après avoir été détenu au secret par l’Agence nationale de renseignements (ANR), à Kinshasa. Il n’a pas été autorisé durant sa détention à recevoir la visite de ses proches ni à consulter un avocat ou un médecin, malgré les problèmes de santé chroniques dont il souffrait« .

Liberté d’expression minimale
La liberté d’expression a également été sévèrement restreinte, « en particulier pendant la période qui a suivi les élections et alors que le M23 gagnait du terrain dans l’Est du pays« , dénonce Amnesty. « Des stations de radio, des chaînes de télévision et des journaux ont été suspendus arbitrairement par les autorités. Des locaux d’organes de presse ont été la cible d’incendies volontaires, entre autres dégradations. On ignorait l’identité des auteurs de ces attaques« .
Le gouvernement congolais affirme pourtant faire des efforts pour améliorer les droits de l’homme en RDC. Un ministère de la Justice et des Droits humains a d’ailleurs été récemment créé. Amnesty note qu’en février 2012, ce même ministère avait « demandé aux autorités judiciaires civiles et militaires d’ouvrir des enquêtes sur les allégations de violences électorales… mais les investigations ne semblaient guère avoir progressé au cours de l’année ».
Christophe RIGAUD – Afrikarabia
(1) Le rapport complet d’Amnesty est à lire ici.

http://afrikarabia.blogspirit.com/archive/2013/05/28/la-rdc-epinglee-par-amnesty-international.html

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :