Aller au contenu principal

Arrêt sur image : L’arrivée de l’ex-seigneur de guerre « Gédéon » au bâtiment du 30 juin/ Congoindependant

Arrêt sur image : L’arrivée de l’ex-seigneur de guerre « Gédéon » au bâtiment du 30 juin


De dos (chapeau) Kyungu Mutanga alias « Gédéon ». A droite, l’ADG de l’ANR Kalev Mutondo. Capture d’écran RTNC 11.10.2016

La présence de l’administrateur général de l’ANR (Agence nationale de renseignements), Kalev Mutondo, lors de la « reddition » de l’ex-chef milicien « Gédéon » et ses hommes illustre bien que la « cérémonie » a été montée par « Joseph Kabila ». En personne. Premier magistrat du pays, le locataire du palais de la nation a raté l’occasion de prêcher par l’exemplarité. Il vient de faire triompher l’impunité en se rendant complice de recel d’un dangereux malfaiteurs. En 2007, « Gédéon » a été jugé par le tribunal militaire de garnison de Kipushi (Katanga) pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité, mouvement insurrectionnel et terrorisme. L’ex-seigneur de guerre a semé la mort et la terreur sur l’axe Mitwaba-Manono-Pweto. Il a été arrêté en 2006 suite aux pressions de la Monusco, alors Monuc. Dans un rapport publié en juin 2006, l’association de défense des droits de l’homme (Asadho) ne cachait pas son étonnement face au « traitement privilégié » dont bénéficiait le prévenu « Gédéon ». Celui-ci était « gardé à vue » au messe des officiers à Lubumbashi. Il y logeait avec sa famille et ses garde du corps. Le viatique était assuré par le gouverneur du Katanga d’alors, le Maï Maï Urbain Kisula Ngoy. « Le manque de volonté de poursuivre ce criminel et la preuve de la complicité de certaines autorités ont été manifestés par l’Auditeur Général (Ndlr : le général Ponde) qui a déclaré lors d’une interview sur la radio télévision Mwangaza, que ’nous allons traiter Gédéon en frère’, lit-on. L’Asadho d’ajouter :

« Il ressort des recoupements de nos enquêtes que certaines personnalités de la famille politique du chef de l’Etat qui seraient impliquées dans le soutien financier et en armement des milices au Nord Katanga, se dresseraient contre les poursuites à l’encontre de Gédéon Kyungu Kasongo Mutanga, dont les aveux risqueraient de ressortir leur implication dans la poursuite de la guerre au Nord Katanga ».

Qui sont ces personnalités? Condamné en 2007, « Gédéon » s’évadera le 7 septembre 2011 – à deux mois de l’élection présidentielle – de la prison de « haute sécurité » de Kasapa en plein jour. Qui sont les complices de cette évasion, Des sources militaires indiquaient que le fugitif était en contact permanent avec John Numbi Banza. Pire, il détenait un walkie-talkie branché sur la fréquence des FARDC. Pour la petite histoire, Numbi et Kyungu Mutanga se sont connus en 1998 lors de la création de la FAP (Forces d’autodéfense populaire) par le président LD Kabila. Le général major « Joseph Kabila » était à l’époque à la tête des forces terrestres.

Questions : les « faits » reprochés aux personnalités de l’opposition détenues à Makala seraient-ils plus abjects que les crimes contre l’humanité (meurtres, mutilations, viols, pillages, incendies des villages, tortures, déplacements forcés de la population etc.) imputés à Kyungu Mutanga et ses miliciens? L’Etat congolais serait-il devenu le bien personnel du « raïs » et son clan?

Info Congo Indépendant
© Congoindépendant 2003-2016

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :