Aller au contenu principal

Joseph Kabila n’a pas renoncé à l’idée d’organiser un référendum constitutionnel /c-news

le budget pour elections et referendum

Joseph Kabila n’a pas renoncé à l’idée d’organiser un référendum constitutionnel.

Certains croyaient qu’il avait reculé à la suite de la vive polémique née sur la toile d’une fuite sur une proposition de loi référendaire soumise à l’examen du Premier ministre Augustin Matata Ponyo.

Que non! Le voilà qui revient avec la même pensée conflictogène de manière subreptice pour la glisser dans le projet du budget 2016 dans la rubrique liée à l’organisation des élections.

Allez-y au «Document n°5» intitulé «Annexe explicative d’analyse des prévisions des dépenses de l’exercice 2016» pour découvrir le pot aux roses. Il y est prévu un montant de 518 millions de dollars pour la tenue des élections en 2016. Là n’est pas le problème.

Le problème c’est l’affectation prévisionnelle libellée sous la rubrique «Justifications». Il est écrit noir sur blanc que les 518 millions de dollars sont à affecter à «la location des satellites, à l’organisation des élections et du référendum, la sécurisation des élections».

Presque tous sur le banc de l’opposition à l’Assemblée nationale ne l’ont pas remarqué, sauf Franck Diongo qui en a fait état dans son intervention à la tribune lors du débat sur la recevabilité du projet de loi budgétaire 2016 avant de mettre la puce à l’oreille de «C-NEWS». Brazzaville a donc fait des émules à Kinshasa avec son référendum passé en force sur des cadavres de manifestations anti-Sassou.

Ici comme là-bas, la France de François Hollande est mise à contribution. Chez Denis Sassou N’Guesso, l’Hexagone a fermé les yeux en raison des gros intérêts pétroliers de sa multinationale Total. Chez Joseph Kabila Kabange, des stratèges du régime envisagent de l’appâter avec les deux ports maritimes de la RD-Congo, Matadi-Boma, et le chemin de fer Kinshasa-Matadi, les seules et dernières sources de revenus de l’ex-ONATRA que la multinationale française Bolloré convoite de longue date.

Le processus de cession est même déjà amorcé, processus auquel s’opposent vigoureusement les agents de l’ex-office transformé en société commerciale pour un capital inexistant tenu à 99 pc par l’Etat congolais.

Kabila cherche à charmer aussi les Américains intraitables sur la fin de mandat du Chef d’Etat de la RD-Congo.

En tout cas, l’action de son conseiller spécial anti-corruption, Luzolo Bambi, contre des hommes d’affaires libanais présumés coupables de blanchiment d’argent mêlé au terrorisme était interprétée comme faire du genou à Washington.

Mike Mukebayi, In C-News 28.10.2015

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :