Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘KONGO CENTRAL’

COMMUNIQUE DU 15/07/22: MISE AU POINT DE LA CODER PAR RAPPORT AUX FAUSSES INFORMATIONS RELATEES EN VUE DE DIFFAMER LES DIRIGEANTS DE LA CODER

 

COMMUNIQUE DU 15/07/22: MISE AU POINT DE LA CODER PAR RAPPORT AUX FAUSSES INFORMATIONS RELATEES EN VUE DE DIFFAMER LES DIRIGEANTS DE LA CODER
La Direction de la Soc . Coder Sarl tient à rendre publique cette mise au point en ce qui concerne les informations fausses, diffamatoires et infondées faites circuler par voie de presse par des personnes mal intentionnées, concernant le Partenariat public Privé (PPP) Coder Sarl et la soc. Cinat SA.
En effet, le 17/02/2011 les deux sociétés ont signé, en bonne et due forme, un contrat de partenariat public – privé qui a été confirmé et amendé le 03/02/2022, par un avenant souscrit par le Ministère du Portefeuille et celui de l’ Industrie, après avoir été autorisé en conseil des Ministres.

Alors que la Coder s’attelle à relancer l’activité de production du ciment, par la commande des engins et la reconstruction du site de l’usine, la direction de la Cinat, sans en prévenir la Coder selon les formes du droit et les dispositions de résiliation du contrat signé avec Coder, s’est permise de signer un nouveau contrat avec une société de nom Cico, gérée par des sujets indiens, qui se sont établis sur le site de Kimpese, en violation du droit et avec des attitudes violentes envers les travailleurs intimidés par la sécurité armés de cette société indienne.
Une plainte en bonne et due forme a été déposée par la Coder auprès du Tribunal de Commerce de Kinshasa Matete, à cause de la perturbation du bon déroulement du contrat de partenariat avec la Cinat et le Tribunal de Commerce de Kinshasa/ Matete, jugeant sous RCE 1979, à donné raison à la Coder, tout en confirmant la pleine validité du contrat signé entre la Coder et la Cinat et ne reconnaissant aucune validité au prétendu contrat signé entre la société Cico et la Cinat, considéré comme illégal et non valable pour l’état congolais, car ne respectant aucune disposition légale en la matière. A cause des agissements graves et perturbateurs de l’ actuel PDG de la Cinat, le Tribunal a condamnée celle-ci au paiement de 200.000 dollars en dommages et intérêts en faveur de la Coder, pour la perturbation de son travail sur le site de Kimpese.
La soc. Cico a été déguerpie par un huissier de justice, en présence de la DEMIAP, qui a été appelé sur les lieux, à Kimpese, par la Justice après que la sécurité de la société indienne Cico aient menacé, avec des armes, les travailleurs du PPP Cinat – Coder.

En effet, la DEMIAP a récupéré des mains des agents de sécurité de cette curieuse société indiennes 9 fusils de pointe, détenus par les agents de Cico sans aucune autorisation préalable des autorités congolaises ou un quelconque port d’arme.
De plus, jusqu’ à présent, le direction de la Cinat ne fournit pas, jusqu’à présent, à la Coder des documents indispensables pour aussi bien ouvrir un compte où déposer l’argent du PPP Coder Cinat et elle continue à entraver, par tous les moyens, la mise en place du contrat de partenariat signé, comme a été relevé par la justice congolaise.

En plus de cela, il s’ ajoute une campagne de diffamation, lancée par la presse au solde de mains obscures, pour salir le noms de dirigeants de la Coder, dont l’Hon. Eugène Diomi Ndongala, signataire, pour Coder, du contrat de partenariat. En effet, il sied de souligner que l’ actuel staff dirigeant de la Cinat n’a jamais produit « un seul gramme de ciment » depuis son installation qui remonte à une décennie et cherche, par tous les moyens, à multiplier les contrats au nom de la Cinat, en toute illégalité, afin de pérenniser la non productivité du site qui est complètement détruit et pillé depuis des années et utilisé par l’actuel staff, comme « carrière privée » plutôt que comme site de production industrielle.

La vérité est que la Soc. Cinat a été condamnée, dans cette affaire, en dommages et intérêts, par le tribunal e commerce de Kinshasa/ Matete , le 18/05/2022, en guise de réparation de tous les préjudices subis par Coder. De plus, les personnel de la Soc Indienne Cico, quant à lui, fait l’objet d’une plainte auprès de l’auditorat militaire, pour avoir constitué une cache d’armes illégale sur le site de Kimpese, et pour avoir menacé le personnel de la Coder, empêchant ainsi la reprise de la production.

C’est paradoxale que tous les offerts de dignes fils de la RDC pour la reprise de la production à la Cinat soient perturbés par ces agissements criminels qui sont doublement en contradiction avec la politique du développement industriel de la RDC et avec l’état de droit, si des criminels économiques et armés osent poser des tels actes de provocation et diffamation, après avoir été sanctionnés par la justice la RDCongo.

Le développement et la reconstruction économique prônées par le Chef de l’Etat ne pourront se faire avec la corruption, la violence et la tentative de s’opposer aux décision de justice de la RDC.

Voilà pourquoi, des plaintes en diffamation ont été aussi déposées contre les media qui, en violation de leur déontologie et de la vérification des faits, ont voulu diffamer l’Honorable Eugène Diomi Ndongala, en tant que signataire du seul contrat valable entre la Cinat et la Soc. Coder, conformément à l’art33 du CCCL III qui dispose: «  Les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites ».

Kinshasa, 15/07/2022

Annie Fuala,

Porte-parole de la CODER SARL et du PPP Coder-Cinat

%d blogueurs aiment cette page :