Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘AU CONGO’

LE PROCES POLITIQUE DE L’HONORABLE DIOMI NDONGALA ENCORE RENVOYE A TROIS MOIS POUR VICE DE PROCEDURE

 

Communiqué de la Démocratie Chrétienne 027/13

PROCES POLITIQUE DU PRESIDENT EUGENE DIOMI NDONGALA : ENCORE DES VICES DE PROCEDURE ET UN RENVOIE A TROIS MOIS POUR LA PROCHAINE AUDIENCE ALORS QUE LE PRESIDENT DE LA DC EST GRAVEMENT MALADE ET IL CONTINUE A ETRE DETENU ILLEGALEMENT EN VIOLATION DE TROIS ORDONNANCES DE LA COURS SUPREME DE JUSTICE L’ASSIGNANT A RESIDENCE!

Malgré le nom du Président Diomi Ndongala soit repris dans la liste nominative adoptée par les Concertations nationales, en tant que prisonniers politique qui doit être libéré dans l’immédiat, une énième audience de son procès politique vient de se tenir aujourd’hui.

Encore une fois, un vice de saisie a amené la Cours Suprême de Justice à se déclarer non saisie et à renvoyer l’affaire à trois mois, plus exactement à février 2014 !

La Démocratie Chrétienne souligne que la procédure judiciaire dont est victime le Président de la Démocratie Chrétienne est entachée par un enchainement sans fin de vices et violations de procédure, au point que la défense a déjà demandé la récusation de deux juges, manifestement soumis à des dictats politiques.

La situation reste grave dans la mesure où l’Honorable Diomi Ndongala, Président national de la Démocratie Chrétienne, est gravement malade et privé de soins depuis plusieurs mois.

Sa détention illégale est désormais prolongée depuis 7 mois, alors que la Cours Suprême de Justice avait à trois reprises ordonné son assignation en résidence.

Vu l’incapacité de la justice de dire le droit, à cause de l’infaisabilité de l’instruction de cette affaire montée de toute pièce pour régler les comptes à un opposant politique, la Démocratie Chrétienne demande la libération immédiate de son président afin de lui permettre de se faire soigner.

Il sied de souligner qu’après une détention au secret de trois mois, une arrestation illégale et violente et une détention non conforme à trois décisions de la cours suprême de justice, depuis presque deux ans Eugène Diomi Ndongala subit un harcèlement politique violent visant sa neutralisation politique.

 Son mandat en tant qu’élu de la ville de Kinshasa a été invalidé irrégulièrement, au cours de sa détention illégale et aucun moyen de défense ne lui a été accordé.

Soumis à des tortures physiques et psychologiques depuis plus de 18 mois, il a déjà subi une intervention chirurgicale en urgence just’ après sa détention au secret et il continue à être détenu illégalement, malgré l’aggravation sérieuse de son état de santé..

Le concertations nationales ayant demandé sa libération en tant que prisonnier politique, il revient a Joseph Kabila d’appliquer la résolution des concertations à ce sujet, conformément à son engagement solennel déclaré au cours du dernier discours à la Nation.

Libérez le prisonnier politique Eugène Diomi Ndongala.

Fait à Kinshasa, le 28/10/2013

Vérité et Justice pour le Congo,

Marc  Mawete,

Démocratie chrétienne, DC

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :