Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘Paris’

Hollande veut booster Kabila

Hollande veut booster Kabila

27 août, 2012

kabila & hollandeM. François Hollande a annoncé lundi 27 août à Paris sa décision de se rendre à Kinshasa qui accueille le XIVe sommet de la Francophonie du 12 au 14 octobre prochain. C’était lors de son discours de politique étrangère inaugurant la traditionnelle conférence des ambassadeurs Français. La tenue du sommet de la Francophonie à Kinshasa se fait dans un climat de contestation tous azimuts.

Le principal parti politique de la RDC, UDPS, a dénoncé à de multiples reprises la tenue du sommet à Kinshasa, un événement qu’il considère, à juste titre, comme une légitimation inacceptable de Joseph Kabila, qui se considère « président » après l’élection controversée de novembre 2011.

L’association Convergence pour l’Émergence du Congo (CEC), une ONG active dans le développement du Congo, a même engagé à la mi-août une action en référé (procédure d’urgence) au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris. Elle demande à la justice une relocalisation hors de RDC du sommet, comme cela avait été le cas il y a deux ans quand Madagascar plongeait en pleine crise politique. Elle demande aussi « la nomination d’un administrateur judiciaire qui se substituerait à M. Abdou Diouf, visiblement défaillant ». Une audience a été fixée au 6 septembre prochain. « Ce sera très certainement une audience de plaidoirie compte tenu de l’urgence de la situation », selon Me Norbert  Tricaud, conseil de CEC.

La mission d’observation envoyée par l’Union européenne (UE) en République démocratique du Congo (RDC) pour les élections présidentielle et législatives du 28 novembre 2011 avait présenté, jeudi 29 mars denier, son rapport. Le document quoique tardif est accablant pour le régime de Joseph Kabila. La mission européenne conclut à « de nombreuses irrégularités et fraudes » qui font en sorte que « les résultats ne sont pas crédibles ». Le rapport rédigé par l’eurodéputée bulgare Mariya Nedelcheva confirme divers incidents frauduleux, des bourrages d’urnes et un manque général de transparence. Bref, tous les observateurs internationaux et nationaux, notamment l’église catholique congolaise ont la même conclusion. Visiblement le président français s’assied donc sur toutes ces considérations pertinentes.

Présentement, la RDC est plongée dans une spirale des rebellions armées singulièrement dans ses provinces orientales. Le pays qui vit dans l’insécurité généralisée, est marqué par des enlèvements chroniques notamment ceux d’Eugène Diomi Ndongala, ancien ministre et John Mbuy Kabamba, cadre de l’UDPS.

En décidant d’aller à Kinshasa, M. Hollande vole au secours de Kabila, battu à la présidentielle mais s’accrochant au pouvoir par la baïonnette. Le président de la république française choisit le camp des fraudeurs.

Désormais, le schéma est clair pour le peuple congolais : d’un côté, il est seul pour sa lutte d’autodétermination et de l’autre, il doit se battre contre un conglomérat des puissances étrangères avec leurs agents locaux qui dénient la démocratie et persiflent tous les principes de protection des droits humains.

Ali Kalonga

http://www.culturecongolaise.net/

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :