Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘United Nations’

LE HARAKIRI DE KABILA FACE A L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’ONU

Kabila considère les congolais – ainsi que  les responsables politiques  de la planète – comme des amnésiques et  des ignares:

Hyppolite Kanambe  était parmi les « agresseurs » qui ont attaqué le Congo avec le « conglomérat d’aventuriers » de l’Afdl (selon l’expression utilisée par Laurent Désiré Kabila lui-même):

nous venons d’apprendre, de la bouche de M. Kabila, qu’il ne s’agissait d’une guerre de « libération » mais bel et bien de la première d’une sérié d’agressions, lancées par « des pays voisins – car le nom du Rwanda n’est même pas cité » pour neutraliser les refugiés hutu installés au Congo-Zaïres.

D’autant plus que  le nom de Hyppolite Kanambe est cité dans une plainte officiellement adressée au Juge Bruguière pour sa responsabilité en tant que  responsable militaire  des massacres de Tingi Tingi, où des milliers  de refugiés rwandais ont été entassés dans des fausses communes, après avoir été massacrés à l’arme blanche…

Et maintenant, le même Kanambe-Kabila, évoque le droit humanitaire alors qu’en RDC les prisonniers politiques Kuthino et Diomi Ndongala croupissent en prison, sans soins, à cause de leurs opinions politiques, après avoir subies de tortures…

Le discours de Kabila II est un énoncé destiné au amnésiques et ceux qui ne connaissent pas l’histoire du Congo.

Kanambe a bel et bien accompagné les « agresseurs rwandais » en tant que membre de l’APR / AFDL en qualité de bras droit de James Kabarebe et il est accusé d’avoir participé au massacre des refugiés rwandais.

Qu’il se cache derrière l’argument « humanitaire » et la défense des « droits des refugiés » est révoltant et cynique, vue son histoire personnelle…

Voir le lien suivant pour plus d’informations sur les massacres de Tingi-Tingi:

http://www.umoya.org/index.php/en-francactualidad-41/1984-masacre-de-tingi-tingi-denuncia-presentada-contra-joseph-kabila-ante-el-juez-brugui-en-par

Celui qui a écrit le discours de Kanambe-Kabila à lire  face à l’Assemblée de l’ONU, il  a oublié l’identité et le passé  » très chargée » de celui qui devait le lire, justement par rapport à la question de l’agression sans fin de pays voisins envers la RDC – depuis 1996/1997   – et la question très sensible, pour lui, des massacres de masse de ces refugies rwandais qu’il a contribué à éliminer.

**************************************************************

RDC: Kabila dénonce « les agressions sans fin » du Rwanda

New York (AFP) – 25.09.2013 16:22

Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila a dénoncé mercredi à la tribune de l’ONU « les agressions sans fin » de son voisin rwandais dans l’Est du pays.

voir le zoom : Le président de RDC Joseph Kabila à la tribune des Nations Unies le 25 septembre 2013
Le président de RDC Joseph Kabila à la tribune des Nations Unies le 25 septembre 2013 afp.com – Stan Honda

Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila a dénoncé mercredi à la tribune de l’ONU « les agressions sans fin » de son voisin rwandais dans l’Est du pays.

afp.com – Stan Honda

Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila a dénoncé mercredi à la tribune de l’ONU « les agressions sans fin » de son voisin rwandais dans l’Est du pays.

Devant l’assemblée générale de l’ONU, M. Kabila a mis en avant ce qu’il a qualifié de « double réalité, souvent méconnue ou occultée ».  « C’est pour avoir posé un acte de solidarité en accueillant sur son territoire des réfugiés originaires du Rwanda, que les populations congolaises de l’Est de mon pays sont privées de la paix », a-t-il lancé.

« II y a lieu de se demander ce qui resterait du droit international humanitaire si accueillir des réfugiés en détresse, acte humanitaire par excellence, devait désormais être considéré suffisant pour justifier des agressions sans fin de la part du pays dont les dits réfugiés sont originaires »,  a-t-il ajouté.

Le président de la RDC a encore souligné « la détermination » de son pays à « s’acquitter de tous les engagements souscrits » dans le cadre de l’ Accord-cadre d’Addis Abeba.

Signé en février, « l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité, et la coopération pour la RDC et la région » contient un engagement des pays voisins à ne soutenir aucun groupe armé dans l’Est de la RDC, et pour le gouvernement de Kinshasa une promesse d’avancer vers des objectifs de réconciliation nationale et de démocratisation.

Le Nord-Kivu, riche province minière de l’Est de la RDC, voit s’affronter depuis un an armée congolaise et rebelles, notamment le mouvement M23. Celui-ci avait pris brièvement le contrôle de Goma, capitale provinciale, en novembre 2012.

L’ONU et Kinshasa accusent le Rwanda et l’Ouganda voisins de le soutenir, ce que ces deux pays démentent.

© 2013 AFP

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :