Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘United States’

L’ONU s’inquète de l’échec de la la signature de l’accord de paix entre la RDC et le M23

L’ONU s’inquète de l’échec de la la signature de l’accord de paix entre la RDC et le M23

Posté par Jacques N. Godbout le 12/11/2013 à 0:01
dans la catégorie Afrique, International.                                         Mots-clefs :, , , , , , , , ,

Des Casques bleus de la MONUSCO escortent des combattants du M23 qui se sont rendus dans le Nord-Kivu (MONUSCO)

Des Casques bleus de la MONUSCO escortent des combattants du M23 qui se sont rendus dans le Nord-Kivu (MONUSCO)

L’ONU s’inquète de l’échec de la la signature de l’accord entre la RDC et le M23 qui devait être une une étape très importante» pour ramener la paix dans une région déchirée par un long conflit, estimait son Envoyée spéciale, Mary Robinson.

Les Envoyés des Nations Unies et leurs homologues ont exprimé lundi leurs regrets à l’annonce que les pourparlers de paix entre le groupe rebelle M23 et le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) n’avaient pu être conclus ce soir, tout en soulignant que toute solution à ce conflit devait tenir pour responsables de leurs actes les auteurs de crimes graves, rapporte le service d’information de l’ONU.

La déclaration conjointe a été rendue publique dans la soirée par l’Envoyée spéciale du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs, Mary Robinson, son Représentant spécial pour la RDC, Martin Kobler, l’Envoyé spécial des États-Unis, Russ Feingold, le Représentant spécial de l’Union africaine, Boubacar Diarra, et le Coordonnateur principal de l’Union européenne pour la région des Grands Lacs, Koen Vervaeke.

La déclaration arrive près d’une semaine après que le M23 a déclaré vouloir mettre fin à sa rébellion sanglante contre le gouvernement congolais.

Les pourparlers, qui se sont déroulé lundi dans la capitale ougandaise Kampala, visaient à parvenir à un accord final de principe qui garantisse le désarmement et la démobilisation des soldats du M23 et la reddition de comptes pour les auteurs de violations graves des droits de l’homme.

Les pourparlers ont achoppés, non pas sur un véritable désaccord, mais sur une question…de sémantique.

Le gouvernement de Kinshasa ne voulait pas signer un texte dans lequel le mot «accord» est spécifiquement mentionné, et tenait à ce soit plutît le mot «déclaration» qui soit employé.

«Les Envoyés notent que les parties n’ont exprimé aucune divergence de vue sur les questions fondamentales figurant dans le projet de document.», dit la déclaration conjointe, qui souligne que «En dépit du changement de situation sur le plan militaire, il est important de parvenir à une conclusion politique du dialogue».

«Les Envoyés exhortent à résoudre leur différend relatif au format du document et à rester engagée en faveur d’un règlement pacifique du conflit», poursuit donc le texte conjoint les parties, qui précise en outre «que toute solution doit permettre d’établir les responsabilités des auteurs de crimes de guerre, crimes de génocide, crimes contre l’humanité ainsi que toute autre violation flagrante des droits de l’homme.»

La victoire éclair des Forces congolaises contre la rébellion du M23 tient autant au fait que les pressions diplomatiques ont convaincu le Rwanda de mettre un terme à son soutien à la rébellion qu’à l’efficacité de l’armée congolaise.

Mais, depuis que ses forces, jadis réputées pour leur indiscipline et leur inneffiacité, ont réussi avec l’appui la brigade d’intervention de la MONUSCO à mettre les rebelles en déroute, les autorités de Kinshassa sont peu enclines au compromis et, comme on peut le voir, n’hésitent pas à retarder la signature de l’accord qui doit sceller la paix après la victoire dont le mérite n’appartient pas seulement aux forces congolaises.

http://www.45enord.ca/2013/11/lonu-sinquete-de-lechec-de-la-la-signature-de-laccord-de-paix-entre-la-rdc-et-le-m23/

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :