Aller au contenu principal

Congo Brazzaville,Fleuve Congo : Vagues d’expulsions vers Kinshasa: »Plus de 8000 personnes expulsées au total »

expulsions2CONGO::ACTUALITES

Congo Brazzaville,Fleuve Congo : Vagues d’expulsions vers Kinshasa :: CONGO

Fleuve Congo:Camer.beLe moins que l’on puisse dire est que le fleuve Congo est actuellement très agité avec ces vagues d’expulsions d’hommes et de femmes de Brazzaville vers Kinshasa. Mardi 08 avril 2014, plus de 400 ressortissants de la RDC étaient ainsi forcés de «rentrer chez eux». Grossissant du même coup le nombre de personnes  ayant dû traverser le fleuve Congo parce qu’indésirables sur l’autre rive.

« Plus de 8000 personnes expulsées au total », affirment certaines sources. Des cohortes d’indésirables, résumerons-nous, qui, comble d’incompréhension, sont arrivées dans un piteux état portant des traces de violences qui montrent le caractère particulièrement musclé de l’opération coup de balai à Brazzaville.

Comment en est-on arrivé là ? Du côté de Brazzavile, l’on rapporte que ces rencontres font suite à une série d’opérations policiers contre des criminels coupables d’actes de viols, d’extorsions et de vols. Vrai ou faux ? En tout cas, l’information n’a pas été confirmée à Kinshasa qui exprime toute sa stupeur pour n’avoir pas été informée au préalable.

«Silence, on expulse», semble être en effet le mot d’ordre du côté du pays de Denis Sassou N’Guesso où le silence radio est jusque-là de mise.

Pour mieux comprendre ce qui se passe, des émissaires de Kabila devraient se rendre hier sur l’autre rive  du fleuve mais jusqu’au moment où nous tracions ces lignes, les questions que l’on peut se poser en pareille circonstance restaient sans réponse :

– Ces expulsés seraient-ce  des clandestins c’est-à-dire des gens qui ne sont pas en règle avec la législation de leur pays d’accueil et, par conséquent, sont  priés de plier bagages manu militari ?

– Ces indésirables seraient-ils simplement des victimes de la politique du bouc émissaire comme on en voit malheureusement très souvent dans nos pays où à la moindre difficulté économique et/ou sociale, l’étranger est tout de suite pointé du doigt si ce ne sont pas les minorités raciales ou ethniques ?

Ou est-ce que cette opération coup  de balai  serait dictée par la peur du Congo, 5 millions d’habitants, d’être submergé par la fourmilière humaine que constitue son voisin qui compte environ 70 millions d’âmes ? Les prochains jours nous situeront davantage. Même si c’est vrai que la décision d’expulser des étrangers relève de la souveraineté de chaque Etat, il n’en demeure pas moins qu’elle doit obéir à des règles internationales. Comme la nécessité d’informer au préalable les autorités du pays d’origine des « intrus » afin qu’elles prennent des mesures d’accueil nécessaires. Tel ne semble pas avoir été le cas entre Brazzaville et Kinshasa, pourtant les deux capitales les proches au monde.

© L’Observateur Paalga : Hyacinthe Sanou
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :