Aller au contenu principal

Mbata ya Bakolo : Les Ex-Faz, Oudjani, et Munene principaux visés !  »Kabila » principal bénéficiaire…/ROLAND MENA

Mbata ya Bakolo : Les Ex-Faz, Oudjani, et Munene principaux visés !  »Kabila » principal bénéficiaire…


Sur ‘’Mbata ya Bakolo’’, cette opération de police qui a actuellement cours à Brazzaville et qui vise à refouler les étrangers en situation irrégulière en République du Congo, bien des choses ont été dites. 

Des analystes ont tiré dans tous les sens et, à Kinshasa comme à Brazzaville, les journalistes – éthique et déontologie piétinées – s’adonnent depuis, à un vrai concours du journaliste le plus patriote. Horreur !!!

Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose, dit-on. Si, dans les deux capitales les plus rapprochées du monde l’ambiance délétère pousse à la confrontation verbale entre deux peuples qui ont un destin historique commun, dans la diaspora, ce n’est pas le cas. Ici, on tente, depuis le début, de mieux cerner le vrai fond d’un désamour artificiel et commandité en réalité par « Joseph Kabila ». Nous en verrons les raisons !

Selon des informations crédibles, car recoupées et ré-recoupées, cette opération a été minutieusement préparée depuis Kinshasa. 

D’abord, avant sa survenue, Muyez Mangez, ministre de l’Intérieur de Mbandaka, a été vu au bureau de son homologue de Brazzaville, Mboulou, un ancien de Mbandaka. Puis, le très ‘’généralissime’’ Charles Bisengimana lui a succédé pour fignoler le tout. L’opération ‘’Mbata Ya bakolo’’ a donc ainsi été conçu dans ces sillages là pour, en somme, finaliser sinon concrétiser des objectifs propres au ‘’président’’ par défi.

Le 4 avril dernier, lorsque l’opération ‘’Mbata ya Bakola » qui n’est pas sans rappeler ‘’Likofi’’ a démarré, l’autre non moins ‘’généralisme’’ Kanyama, patron de la police de Kinshasa a pris part à la parade. Mieux, il l’a co-présidée avec le général Jean-François Ndenguet, directeur général de la police de la République du Congo. Un élément qui dénote clairement que ‘’Mbata ya Bakolo’’ a été une opération menée conjointement par les polices de Brazzaville et de Kinshasa.

A titre d’illustration, au cours donc de la parade, les policiers de Brazzaville portaient le brassard rouge, tandis que ceux de Kinshasa portaient celui de couleur jaune. Une information que Jean-François Ndenguet a révélé dans un hebdomadaire de la place. Information qui a également été relayé par des jeunes kinois de Brazzaville qui ont reconnu des policiers de Kinshasa en action.

Mais pourquoi un autre coup de poing de Kinshasa à Brazzaville ?

Contrairement à l’abondante littérature et aux déclarations des uns et des autres, cette opération est loin de relever de la routine. Car, selon des officiers de police de Brazzaville hostiles à l’approche du ministère de tutelle, le deal passé entre les envoyés de ‘’Joseph Kabila’’ et leur point focal, Mboulou, concernait en réalité la neutralisation des ex-Faz, ex-Fourmis et ex-Enyele que compte le Congo Brazzaville.

L’objectif secret de ‘’Mbata Ya Bakolo’’ ou ‘’Likofi’’ en terre étrangère était donc de débusquer et de refouler tout ce beau monde afin de permettre à Kinshasa, qui connaît des palpitations à son sujet, de respirer et d’envisager des opérations politiques risquées, dont la colère du peuple est prévisible, en étant sure que les débordements pourraient être contenues et le risque d’immixtion des guerriers en exil étouffé dans l’œuf. L’absence de réaction, puis la réaction timide et timorée de Kinshasa, constituent un aveu notable. 

Aux propos du porte-parole de la Police congolaise qui a révélé que Kinshasa a été associé à cette opération de bout en bout, a occasionné davantage le gêne d’un ‘’Joseph Kabila’’ enfermé dans une aphonie qui traduit bien l’embarras que le débordement de cette opération a provoqué dans toutes les sphères du ‘’pouvoir’’ qu’il incarne. Comme si cet embarras ne suffisait pas, Lushima Ndjate, très gauche, a porté l’estocade à son aphone de président. 

Le 10, mai, alors que plus de 70 000 congolais de Kinshasa ont regagné leur pays, ce thuriféraire du régime, fait la déclaration troublante suivante dans une émission de la radio ‘’Mille collines’’ de Kinshasa – la RTNC si vous le voulez – le samedi 10 Mai : « Nous n’avons pas encore vu les expulsés que nous attendions’’, déclare-t-il. 

Mais de quels expulsés particuliers s’agit-t-il ? 

Une source proche d’un conseiller de ‘’Kabila’’ affirme que Kinshasa s’attendait à réceptionner un autre colis : LES MILITAIRES ET MILICIENS EXILES A BRAZZAVILLE ! 

Mais, à la place, elle a vu défilé une cohorte de kinois et kinoises sans grande importance : des femmes, des enfants voire des vieillards qui ne constituent aucun danger pour la ‘’Kabilie’’.

Pour ‘’Joseph Kabila’’, le prétexte utilisé pour couvrir l’intrigante opération, la chasse aux kuluna, était une autre occasion pour s’attirer la sympathie des kinois, surtout qu’à Brazzaville, l’unanimité autour d’une telle action ne prêtait pas à équivoque. 

Mais seulement, faute d’avoir pris des précautions, s’imaginant en terrain conquis, il s’en mord aujourd’hui les doigts. 

Ses hommes de mains ont ainsi négligé que dans une telle opération il ne fallait pas se mettre en exergue. Il ont oublié de camoufler la présence des policiers de Kinshasa. Mais, comme tout finit par se savoir le professionnalisme de Jean-François Ndenguet et de Charles Bisengimana a vraiment des limites. Plus encore, le crime parfait n’existe pas. Et ce n’est pas ces deux ‘’généraux’’ à l’africaine qui changeront la règle.

Expulsion des ex-militaires congolais et assassinat commandité de Udjani et Munene !

Comme pour confirmer que le but de l’Opération Mbata ya Bakolo n’était pas d’expulser les kulunas, des ex-FAZ bénéficiaires du statut de réfugié, délivré en bonne et due forme par le gouvernement de Brazzaville, ainsi que ceux qui sont encore des demandeurs d’asile n’ont pas été épargnés. 

Trois d’entre eux se sont retrouvés embarqués et emmenés au Beach de Brazzaville, sur le point d’être livrés à Kinshasa. Heureusement que le HCR a fait diligence pour les sortir de là. Le quatrième a dû son salut à la représentante du HCR au Congo, laquelle a néanmoins déboursé de sa poche 43.000 F CFA pour l’extirper des griffes d’un colonel de la Police congolaise qui tenait coûte que coûte à le livrer à Kinshasa.

Il est vrai que la police congolaise s’est conduite d’une façon inadmissible, mais il sied néanmoins de féliciter certains officiers du Congo qui connaissent la valeur du statut de réfugié, ou de demandeur d’asile, car ceux-ci ont refusé toute compromission. Mieux, il a fallu aussi une intervention énergique de l’ambassadeur des USA au Congo, lequel a pressé le HCR à demander au gouvernement de monsieur Sassou de respecter les droits des réfugiés et des demandeurs d’asile, pour que le colis attendu à Kinshasa ne franchisse par le beach Ngobila. Enfin, d’autres officiers congolais, se rappelant volontiers du rôle majeur joué par les ex-FAZ pour sauver le pouvoir de monsieur Sassou en 1997 ,1998 et 1999, ont instruit leurs hommes de pas les mettre en danger. Ils ont donc refusé de se salir les mains en livrant les ex-FAZ qui ont versé de leur sang à Brazzaville.

Contrairement aux affirmations angéliques des congolais de Brazzaville, l’Opération ‘’Mbata ya Bakolo’’ vise une seule communauté : les ressortissants de la RDC. En effet, dans le même laps de temps où on a attribué aux kuluna le crime d’éventrement d’une femme enceinte, des tchadiens avaient commis des crimes au moyen des fusils d’assaut AK-47. Curieusement, personne n’en parle à Brazzaville. Mieux, les tchadiens ne sont nullement inquiétés. Moins encore les centrafricains, autres auteurs des crimes reprochés aux étrangers à Brazzaville, qui ont débarqué dans la capitale congolaise, avec armes et bagages!.

Une autre preuve que cette opération ne visait que les Kinois, les maliens, dont la plupart, ne disposent pas de carte de résident, ne sont nullement concernés. Ces derniers, qui ont même importé leurs mendiants, aveugles et paralytiques, continuent à parader dans les rues de Brazzaville. Une source policière ulcérée par cette injustice, argue que ces maliens sont les protégés de Jean-François Ndenguet qui bénéficie de leur part, de substantiels mabonza (obole).

Sur le terrain, tous les congolais de la RDC sans exception sont visés. Peu importe qu’ils possèdent des documents ou qu’ils soient en règle ou non. « Il faut vivre à Brazzaville pour réaliser la haine et l’expression d’une xénophobie primitive qui caractérisent actuellement les congolais de Brazzaville contre nos compatriotes. Traumatisés, nombreux ont préféré retourner volontairement à Kinshasa pour éviter le pire », renseigne une congolaise de Kinshasa mariée à un cadre de Brazzaville.

Jusqu’au moment où nous vous écrivons cet article, Brazzaville n’a pas encore annoncé la mort d’Udjani et de Munene. C’est Kinshasa qui l’a annoncé et continue d’y revenir avec délectation. Si la mort de Udjani est confirmée, des efforts fournis pour avoir des informations crédibles sur la mort de Munene n’ont pas encore abouti, compte tenu de la panique qui sévit dans les milieux de nos compatriotes exilés en République du Congo qui n’osent pas trop fouiner. Sur la mort de Udjani, on peut donc avancer qu’assigné à résidence à Itoumbi dans le département de la Cuvette Ouest dont Owando est le chef-lieu, il avait fait l’objet d’un traquenard. Il a été tué d’une opération de police, montée de toute pièce, qui lui reprochait d’avoir braqué un véhicule d’un groupe de chinois. Or, lorsque l’on connaît le code secret des guerriers Enyele, celui-ci proscrit le vol, le viol et d’autres actes criminels, sous peine de mort.

Il convient également de relever que dans les affrontements d’Owando qui ont conduit à la mort de Udjani, des camerounais et des centrafricains y ont activement participé. Mais cela n’intéresse personne, seuls les zaïrois constituent les boucs-émissaires idéaux, au demeurant sacrifiés par leur propre gouvernement.

La famille du capitaine mort au cours de l’Opération se proposait même de tuer des zaïrois de Brazzaville pour venger leur frère. Mais, celle-ci, ignore loyalement que leur enfant a été sacrifié par Sassou pour couvrir sa compromission avec Kabila.

Il convient également de rappeler que, pendant longtemps, Sassou a protégé Udjani qui, il faut le souligner, était venu se livrer lui-même aux autorités d’Impfondo. Depuis lors, il a été protégé, quoi qu’officiellement incarcéré à la DGST (l’ANR du Congo). Or, pendant tout ce temps, on le vidait de tous ses secrets mystiques pour finalement l’offrir en holocauste à ‘’Kabila’’.

Dans ce triste deal macabre, dont les congolais paient malheureusement un tribut sans raison, Sassou et ses collaborateurs sont à blâmer pour avoir succombé aux chants de sirène de Kabila. En effet, c’est contre espèces sonnantes et trébuchantes en provenance de Kinshasa que l’Opération ‘’Mbata ya Bakolo’’ a été initiée. Son objectif véritable est aujourd’hui découvert : il visait les ex-Faz, Munene et ses hommes et aussi Udjani et les siens.

Mais le véritable deus ex-machina de cette opération n’est autre que ‘’Joseph Kabila’’. Cet homme qui n’a jamais montré de compassion que pour ses frères tutsis du RCD, CNDP et récemment du M23. Depuis son arrivée sanguinolente à la tête de notre pays, il n’hésite jamais à financer le martyre de nos compatriotes. Un pogrom qui passe pour banal mais qui à la longue amenuise le peuple congolais.

Enfin, compte tenu de l’épée de Damoclès qui demeure suspendue sur la tête de nos compatriotes et ce, malgré la promesse que monsieur Sassou vient de faire à Kengo de suspendre l’opération, je suggère que les congolais, ceux de la diaspora comme les leaders d’opinion de l’intérieur du pays, arrêtent de diaboliser Sassou et Ndenguet, au risque de mettre davantage en danger la vie de nos compatriotes.

En revanche, nous devrions concentrer nos tirs sur alias Kabila qui vient de faire ce qu’aucun chef d’Etat avant lui n’a jamais fait dans l’Histoire du continent : payer de l’argent pour faire expulser, violer, voler, piller ‘’ses’’ supposés compatriotes, et pour faire exécuter ceux d’entre eux qui le gênent tant ! 
 
POUR LISANGA
Rolain MENA
 
__._,_.___
Publicités
2 Commentaires Poster un commentaire
  1. Monsieur tu as bien ecrit domage pour ta suggestion qui est beaucoup trop nulle et que personne alors personne ne s’inscrivera dans ta logique Sassou, Kanambe dit kabila et consorts doivent subir le sort qu’ils merite ici et maintenant. Je rappele a tout mes compatriotes congolais que tout le coup sont permis.

    J'aime

    15 mai 2014
  2. Juste a titre de votre article,Udjani est bel est bien vivant,il a ni gratunir sur lui,ils ont tué une autre personne confondus a Udjani!

    J'aime

    14 mai 2014

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :