Aller au contenu principal

Cabale :L’étrange limogeage d’Ahmed Kalej Nkand, patron de la Gécamines /Congoindependant

Cabale :

 

L’étrange limogeage d’Ahmed Kalej Nkand, patron de la Gécamines


Ahmed Kalej Nkand, ancien Administrateur directeur général de la Gécamines

Limogé par une ordonnance présidentielle – non précédée par une proposition du gouvernement, délibérée en Conseil des ministres (article 81 de la Constitution) – , l’ancien patron de la Gécamines, Ahmed Kalej Nkand aurait été conduit manu militari à Kinshasa. « Il s’agit d’un marché de plusieurs millions de dollars US », a confié lundi soir un observateur des « turpitudes » du régime kabiliste.

C’est par un communiqué sibyllin que l’opinion congolaise a appris, samedi 26 juillet, l’éviction d’Ahmed Kalej Nkand du poste très convoité d’administrateur directeur général de la Gécamines. Il lui est reproché des « manquements graves dans l’exercice de ses fonctions ». On se croirait revenu vingt années en arrière à l’époque où la toute puissante « Commission permanente de discipline » du Comité central du MPR parti-Etat, présidée par Cyprien Rwakabuba Shinga, sanctionnait les « cadres véreux ».

Il est symptomatique de constater que l’acte présidentiel n’a pas été précédé par une délibération en Conseil des ministres, conformément à l’article 81 de la Constitution. Il s’agit donc d’un ukase de « Joseph Kabila ». Que reproche-t-on à Kalej? Mystère. A-t-il présenter ses moyens de défense? A cette dernière question, une source bien informée à Lubumbashi répond par la négative. « La Gécamines est sous la coupe du trio Joseph Kabila, Albert Yuma Mulimbi et Dan Gertler », commente un observateur kinois. « Il s’agit sans doute d’un marché de plusieurs millions de dollars que l’ADG Kalej a fait perdre à cette bande maffieuse ».

Selon des informations encore fragmentaires, il semble que l’ex-boss de la Gécamines aurait été assigné à résidence en attendant d’être conduit dans la capitale sous bonne escorte. Une autre source parle de la tenue imminente d’une réunion extraordinaire du Conseil des ministres à Lubumbashi.

Lundi 28 juillet, « Ahmed » était injoignable au téléphone. Mêmement, par courriel. Coïncidence ou pas, une de ses interventions vidéo sur le site de la Gécamines a été désactivée.

Sans faire l’avocat du diable, aucun observateur sérieux croit franchement que la révocation d’Ahmed Kalej Nkand découle d’un souci de préserver l’intérêt général. C’est un secret de Polichinelle : la fratrie « Kabila » a fait main basse sur le patrimoine minier du pays en général et de la Gécamines en particulier. Cette entreprise paraétatique est devenue – redevenue? – une vache à lait.
Aucun investissement ne peut se faire dans le secteur minier sans l’implication d’un membre de la « famille présidentielle ». « Jaynet » serait le plus en vue. Sans omettre « l’ami Dan Gertler ». Celui-ci a pour spécialité l’achat à vil prix des droits d’exploitation minière avant de les revendre à prix d’or. « Tout le monde trouve son compte », ricane un activiste des droits humains.

La Gécamines avait conclu un contrat de « joint venture » avec un groupe australien sur la mine de « Deziwa », appelée également Kulumaziba. Après des études de prospection financées par la partie australienne, la mine s’est révélée riche en minerais. Contre toute attente, la direction de la Gécamines a refusé de délivrer la licence d’exploitation. Approchée par on ne sait qui, « Jaynet » descend à Lubumbashi à une date non précisée. « Je veux cette mine », dit-elle à Albert Yumba Mulimbi, le président du conseil d’administration, ainsi qu’à Ahmed Kalej Nkand l’administrateur directeur général de la Gécamines. Le problème? Il faut « dédommager » les Australiens. La « sœur du président » trouve une astuce. Elle « demande » à ces derniers de vendre leurs parts. Montant : 187 millions $ US. Qui a déboursé cette somme? D’aucuns voient l’ombre de l’homme d’affaires israélien Dan Gertler qui sert de prête-nom à « Joseph Kabila ». Aux dernières nouvelles, la mine querellée aurait été attribuée à des « investisseurs » libanais représenté par un certain « Monsieur Aza ». Et ce sur décision de « Jaynet ».

Rappelons cette lettre n°SR/001/2014 datée du 13 janvier 2014 adressée à « Joseph Kabila » ainsi qu’au Premier ministre Augustin Matata Ponyo, par des syndicalistes de la Gécamines. Ceux-ci y fustige le « pillage systématique » des ressources minières de cette société au niveau de la mine de Lupoto, en territoire de Kipushi (groupement Inakiluba). « Nous constatons depuis un certain temps, écrivent-ils, l’invasion de cette concession de la Gécamines par des milliers de personnes encadrées par des hommes en uniforme empêchant ainsi l’entreprise Gécamines de mettre en exécution son plan de redressement ». « Nous sollicitons votre implication personnelle pour chasser du lieu les pilleurs de nos ressources minières ». Les hommes en armes dont question appartiennent à la garde prétorienne de « Joseph Kabila » dite « Garde républicaine ». Ils sont au service du « beauf’ » tanzanien Juma Bakari.

En attendant que la « Présidence de la République » fixe les Congolais sur les « fautes de gestion » reprochées à Ahmed Kalej Nkand, des observateurs suspectent une cabale derrière la formule « manquement grave à l’exercice de ses fonctions ». A tort?

Baudouin Amba Wetshi

http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9129

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :