Aller au contenu principal

Nouvelle restructuration des FARDC (+ Liste) : Le retour en force de Amisi Tango Four – JJ Wondo

Scoop DESC : Nouvelle restructuration des FARDC (+ Liste) : Le retour en force de Amisi Tango Four – JJ Wondo

Restructuration des FARDC et retour en force du

Général Amisi

Par Jean-Jacques Wondo Omanyundu

NominationFARDC2

Le chef de l’Etat, Joseph Kabila, vient de mettre fin au suspense qui règne dans les FARDC au niveau de la nouvelle mise en place de la hiérarchie militaire.

En effet la loi organique nº 11/012 portant organisation et fonctionnement des FARDC a été promulguée le 11 août 2011. Il a fallu attendre deux ans, après la pression tous azimuts résultant de la prise de Goma par le M23, soit en début juillet 2013, pour que le président publie les ordonnances présidentielles de sa mise en application, soit un mois avant le délai d’expiration juridique de cette loi.

On parle de « grand chambardement au sein des FARDC ». On parle de l’imminence de la publication de ces ordonnances.

Et pour cause ?

Amisi-Gabriel-Kumba-DRCLe très controversé général major Gabriel Amisi Kumba (photo c-contre)dit Tango Four serait nommé le commandant de la zone de défense 1 comprenant la ville-province de Kinshasa ainsi que les provinces du Bas-Congo, de l’Equateur et du Bandundu. Il devrait de ce fait également être élevé au-moins au rang de lieutenant-général (général 3 étoiles). Amisi ne sera pas reconduit à la tête de l’armée de terre mais occupera sans doute une zone militaire très stratégique regroupant 3 régions militaires dont deux provinces très hostiles à Kabila : Kinshasa, Equateur et le Bas-Congo qui ont toujours émis un large vote sanction contre Kabila en 2006 et en 2011 malgré les fraudes massives.

olenga_fracois_13_01L’autre grand changement concerne la nomination du général d’armée François Olenga Tete à la tête de la maison militaire du Chef de l’Etat en tant que Chef d’état-major particulier de Kabila, avec rang de ministre. Ce qui lui permettra d’assister à certaines réunions du conseil des ministres. Il faudrait analyser de très près cette mutation lorsque l’on sait qu’à la tête de l’armée de terre (environ 100.000 hommes), le général Olenga a été l’homme de la montée en puissance des FARDC dans la guerre contre la coalition M23/RDF (l’armée rwandaise). Le retirer d’une fonction opérative stratégique pour une fonction de conseiller militaire privé du chef de l’Etat le prive subtilement du contact et du contrôle direct des troupes. Pourquoi changer une équipe qui gagne ? Qui sont derrière cette nouvelle mise en place ? Le Rwanda qui déteste viscéralement le général Olenga qui été déterminant dans la débâcle du M23? Le fait de l’élever au rang de ministre n’est-ce pas une stratégie insidieuse de gratification qu’utilise Kabila pour apaiser et anéantir des officiers ? A la maison militaire, Olenga remplace le général-major Célestin Mbala Musense qui cumulait également la fonction de chef d’état-major des FARDC chargé de l’administration militaire. Nous reviendrons dans une prochaine publication sur la relation fusionnelle atypique qu’entretiennent Kabila et Olenga.

Le débonnaire général-major mulubakat Dieudonné Banze Lubunji, l’actuel commandant de la Garde républicaine, est élevé au poste de chef d’état-major de l’armée de terre en remplacement du général Olenga. Il devrait également se voir être élevé tout au-moins au rang de lieutenant-général (3 étoiles). Si ce choix se confirme, il s’agirait alors d’une option qui est loin d’être motivée par des raisons d’efficacité lorsqu’on analyse l’inefficacité de la GR face aux Bakata Katanga à Lubumbashi ou aux attaques survenues à Kinshasa en décembre 2013 et juillet 2014, deux villes protégées exclusivement par la GR.

Le général-major mushi (Sud-Kivu) Prospère Nabyolwa, après une période de traversée du désert, devient le chef d’état-major général adjoint chargé des opérations ddes FARDC. Il s’agit là d’une autre surprise, plutôt positive. …

Le général d’armée Didier Etumba Longila conserve son poste d’apparat de chef d’état-major général des FARDC. Une fonction qui, pour des raisons politiciennes et stratégiques à Kabila, devrait revenir à un officier effacé, charismatique et très peu en contact avec les troupes.

Alors que certains officiers de la GR avaient menacé Kabila de le reverser s’il nomme Tango four à un poste de commandement au sein des FARDC, sachant l’inimitié existant entre Amisi et Olenga (écarté d’un poste opérationnel), comment la nouvelle mise en place va s’articuler sur le terrain ? Quelles seront les réactions des uns et des autres ? Dans quel sens va s’orienter le nouveau rapport de forces ? Quid de John Numbi ? Reviendrait-il à la tête de la PNC ? Pas si sûre pour DESC ou retrouvera-t-il son ancienne fonction de chef d’état-major de la force aérienne ? Non parce que c’est le général  Enock Lumbi Ngoy  qui va à la tête de l’armée de l’air. Ou sera-t-il envoyé à la tête de la force navale avec seulement 6700 hommes sous ses ordres ou enfin un autre poste de moindre importance stratégique ? Telle est la grande interrogation de DESC.

Dans la nouvelle mise en place, d’autres généraux peuvent également prétendre à des postes stratégiques au sein des autres composantes de l’armée. Il s’agit notamment des lieutenant-généraux Lukama, Rigobert Massamba ou encore d’un autre officier général contesté, le Lieutenant-général Dieudonné Hamuli Bahigwa (Matricule : 173792036464). C’est un Hima (Hm) qui occupe actuellement la fonction de chef d’état-major chargé des opérations au sein des FARDC.

Comme on peut s’en douter, plutôt que restructurer les FARDC sur base des compétences, de l’expertise et du savoir-faire, tout porte à croire que la prochaine mise en place de la hiérarchie militaire des FARDC serait guidée par des motivations politiciennes. Le président Kabila, dans son projet de se maintenir manu militaire à la tête de la RDC en 2016, tient à resserrer les rangs autour de lui en faisant appel aux plus loyaux officiers qui sont prêts à aller à l’affrontement contre le peuple et la communauté occidentale.

Amisi  tango 4 à la tête d’une zone de défense. C’est quoi une zone de défense ?

La Loi organique portant organisation et fonctionnement des FARDC instaure le principe de commandement intégré sur base d’un document de BES (Bureau d’Etudes Stratégique) basé en Belgique et dont plusieurs membres de DESC ont contribué à son élaboration. Le commandement intégré vise la polyvalence, l’autonomie et la mobilité et subdivise le pays en zones de défense regroupant chacune plusieurs anciennes (onze) provinces.

L’idée, comme nous l’expliquons dans l’ouvrage Les Armées au Congo-Kinshasa (pages 432-433 ; 445-447 ; version avril 2013) est de réduire le nombre de régions militaires suivant un découpage et une articulation des forces qui doivent répondre aux impératifs tactiques et opérationnels liés à la menace, à la nature du terrain et au renforcement de leur capacité opérationnelle et de réaction. Le découpage en zones de défense a l’avantage de ne pas suivre pas une logique aveugle d’alignement avec les 11 provinces administratives actuelles et permet une politique d’armement adaptée au terrain d’opération et à la menace potentielle, en fonction des scenarii préétablis. L’opérabilité des zones de défense doit conférer à chaque région les capacités autonomes nécessaires d’action et de réaction rapide contre toute agression ennemie dans son secteur de défense.

Chaque zone de défense comprend un commandement unique. Ainsi, l’article 97 de la loi susmentionnée divise la RDC en trois zones de défense, constituées de la manière suivante :
– la 1ère zone de défense englobe la ville de Kinshasa et les provinces de Bandundu, du Bas-Congo et de l’Equateur dans leurs limites actuelles ;
– la 2ème zone de défense comprend les provinces du Kasaï-Occidental, du Kasaï-Oriental et du Katanga dans leurs limites actuelles ;
– la 3ème zone de défense comprend la Province Orientale, le Maniema, le Nord-Kivu et le
Sud-Kivu dans leurs limites actuelles.

L’article 98 de la même loi organique précise que la zone de défense est placée sous le commandement d’un Officier Général appelé Commandant de Zone de Défense, assisté de deux Commandants Adjoints, tous Officiers généraux. Pour le cas de Gabriel Amisi, notre source nous dit que ses deux adjoints auront pour mission de le surveiller de très près. C’est juste de la poudre aux yeux.

Enfin, l’article 99 explicite le caractère du commandement unique en stipulant que le commandant de zone de défense assume le Commandement opérationnel de toutes les unités engagées dans sa zone de responsabilité.

Addendum :
Voici la liste de la nouvelle mise en place des FARDC

Nominations Grandes Unités FARDC1_18-09-14

Nominations Grandes Unités FARDC2_18-09-14

Ou uvrir le lien suivant en vert :

20140919_La_liste_des_officiers_généraux_et_supérieu rs nommés à la tête des grandes unités militaires (Forum_des_As,_pp.9,13)

http://desc-wondo.org/scoop-desc-immininence-dune-restructuration-des-fardc-et-retour-en-force-du-general-amisi-jj-wondo/
Publicités
un commentaire Poster un commentaire
  1. C’est NUMBI qui paye l’addition de la nouvelle organisation militaire du plan rwandais cautionné par MATATA PONYIO corrompu

    J'aime

    20 septembre 2014

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :