Aller au contenu principal

Processus électoral bidon: Cinq générations de nouveaux majeurs exclus du fichier électoral

 17 février 2015

CENI : le droit de vote chahuté

CENI : le droit de vote chahuté

 

Cinq générations de nouveaux majeurs exclus du fichier électoral

Le calendrier électoral global publié par la CENI le jeudi 12 février 2015 continue de susciter un tollé de protestations dans plusieurs états-majors politiques ainsi que chez l’homme de la rue. Si la plupart d’acteurs politiques déplorent le manque de concertation préalable entre cette institution d’appui à la démocratie et ses partenaires tant politiques que sociaux, des organisations de jeunes dénoncent l’exclusion de plusieurs générations de nouveaux majeurs du fichier électoral.

En effet, de 2011 à 2015, cela fait cinq ans que des millions de jeunes Congolaises et Congolais ayant atteint 18 ans révolus sont toujours inconnus de l’administration de la CENI. Or, l’article 5 de la Constitution, alinéa 5, stipule que « Sans préjudices des dispositions des articles 72, 102 et 106 de la Présente Constitution, sont électeurs et éligibles, dans les conditions déterminées par loi, tous les Congolais de deux sexes, âgés de dix-huit ans révolus et jouissant de leurs droits civils et politiques ».

En revisitant le chronogramme des élections locales, municipales, urbaines, sénatoriales, législatives et présidentielles, nombre de compatriotes ont noté l’absence de nouvelles opérations d’enrôlement. Cela est d’autant inquiétant que lors des séquences d’actualisation du fichier électoral organisées à Kinshasa, au Bandundu et dans d’autres provinces du pays, il a été constaté que la CENI n’a affiché que les listes reprenant les détenteurs des cartes d’électeurs délivrés en 2011 ou ceux les ayant perdus, lesquels étaient invités à se faire délivrer des duplicata.

Il s’agit là d’une indication explicite quant à l’exclusion des jeunes garçons et filles nés entre 1988 (mineurs d’âge en 2005 lors du référendum constitutionnel) et 1994 (mineurs d’âge en 2011 lors des élections législatives et présidentielle). Privés de leur droit constitutionnel d’être électeurs ou candidats à un mandat électif, ils demandent à la CENI de les intégrer dans le fichier électoral devant servir de soubassement aux élections des conseillers de secteur et chefferie, des conseillers communaux, des bourgmestres et bourgmestres adjoints, des conseillers urbains, des maires et maires adjoints, des députés provinciaux, des gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces, des sénateurs, des députés nationaux et du président de la République.

Ignorer cinq générations de Congolaises et Congolais dans le processus électoral de 2015 à 2016 apparaît comme une intolérable violation de la Constitution et une grave entorse à la recherche de la vérité des urnes, qui ne peut éclater de façon indiscutable que si tous les citoyens ayant le droit de vote et qui n’y renoncent pour des raisons diverses participent effectivement aux scrutins. Si la CENI ne répare pas la fracture qu’elle est en train de créer au sein de la communauté nationale, des millions de nouveaux majeurs auraient le plein droit de ne pas se reconnaître dans les élus qui sortiront des urnes entre 2015 et 2016.
Kimp

 

PS: Il faut aussi ajouter que selon les témoignages de beaucoup de congolais qui ont essayé de se procurer une nouvelle carte d’électeur après avoir égaré l’ancienne, tous confirment de ne pas avoir obtenu la nouvelle carte, malgré avoir suivi la procédure prévue et avoir du payer des taxes « invisibles » à chaque étape: plainte à la police, cachet de l’Hôtel de ville, etc.

Cela veut dire que pas seulement les jeunes de 5 générations sont privé illégalement du droit de vote mais aussi tous ceux qui ont le malheur d’avoir égaré leur carte d’électeur.

DC

Publicités
2 Commentaires Poster un commentaire
  1. A reblogué ceci sur becdecane's blog.

    J'aime

    17 février 2015
  2. Africa in Pain and DRC

    Any civic electoral postponement in DRC will be a most sad reflection on the status of pluralist civics in this potential economic social colossus in Africa. DRC has the civic social potential to become an economic and political exemplar in African civic social leadership but the political and economic class have elected not to share this civic social wealth among all DRC citizens. There exists in DRC a vast profound civic social gulf between the extravagant elites who control the levers of both economics and governance excluding the vast majority of Congolese who live from day to day existing only on subsistent wages. This is only a prescription to internal civil strife pitting the ‘haves’ against the ‘have nots’. The ISIS and Boko Haram radical violent incursions in the Middle East and in parts of Western Africa is the ‘civic social canary’ expressing alarm in the utter lack of civic social cohesion which all African governments have elected to ignore until prodded by base electoral considerations. DRC as with many other African nations is in desperate acute need of prescriptive responsible leadership dedicated to the proposition that to govern is to serve, not to fulfill personal private crass egoist wants. Africa including DRC cries and thirsts for civic responsible governance managers who have both ‘heart’ and ‘soul’ grounded within strict ‘caritas’. The most good people of Africa who only desire personal security and safety embedded within a pluralist state promoting education and health delivery as a fundamental civic social right deserve nothing less!

    J'aime

    17 février 2015

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :