Aller au contenu principal

Clichés entre voisins: DES CONGOLAIS BRÉSILIENS/TAZ DE

Clichés entre voisins
DES CONGOLAIS BRÉSILIENS
========================

Les Brésiliens ont joué en demi-finale contre les Allemands comme des Congolais, dénigrent les voisins ruandais « de l’autre côté ».
C’est ce que raconte un Congolais à Goma, la mégapole de la province orientale du Sud-Kivu, qui fait frontière avec le Ruanda.
Il habite lui-même « là-bas » à Gisenyi, la ville jumelle de Goma.
Dans cette région d’Afrique, ébranlée par les guerres, on sait que les Ruandais se croient, non seulement meilleurs que les Congolais, mais aussi meilleurs que les Allemands.
Celui qui veut du personnel bien formé, qu’il s’agisse de soldats ou d’ouvriers du bâtiment, il l’embauche au Ruanda.

Dès lors, les performances des Congolais sont donc aussi inférieures à celles des Brésiliens.
 Un opposant, Monsieur Vital Kamerhe a souligné, il y a quelques années, dans un de ses livres, que le Brésil et le Congo ont beaucoup en commun:
Les fleuves Amazone et Congo, de vastes forêts, un potentiel économique énorme.
Si j’étais Président, écrivait-il en arrière-pensée, là, je serais Lula et je pourrais sortir le pays de son profond sommeil.

Mais, on ne croit pas en de telles promesses dans une ville comme Goma, qui attend son réveil au milieu d’une région en guerre continuelle.
Chacun est l’artisan de son propre bonheur.
Chaque dollar est inlassablement investi dans la construction en pierre lavique, un plus tape-à-l’oeil que l’autre, beaucoup trop près les uns des autres.
À la fenêtre du restaurant, le serveur montre une des plus grandes et vilaines constructions qui donne directement sur le lac:
Là derrière, c’est le Directeur de l’Administration des Finances qui construit.
Il y a même des immeubles de bureaux avec des façades en verre translucides et des trottoirs propres devant les édifices,comme au Ruanda.

L’investisseuse la plus importante est la Première Dame du Congo, Madame Olive Lembe, l’épouse du Président, Joseph Kabila.
Autrefois, elle était étroitement liée avec Monsieur Vital Kamerhe; quelques-uns disent: trop intime.
C’est la raison pour laquelle Monsieur Kamerhe a dû une fois aller dans l’Opposition.

Madame Olive Lembe fait maintenant le contraire du modèle brésilien.
Elle a acquis la moitié du bord du lac à Goma, en plus des terrains gigantesques dans les montagnes, ainsi que la ferme où le chef des rebelles, Monsieur Laurent Nkunda maintenait sa cour, et plusieurs entreprises dans toute la région environnante.

Madame Olive est ici pratiquement à la maison; elle a grandi dans des conditions de vie normales dans le quartier du Marché Birere, à Goma.
Maintenant, elle est riche et puissante; elle reprend l’économie de Goma.
Cela fait circuler de l’argent dans la région et engendrer la loyauté.
Les groupes de rebelles n’ont jamais été aussi peu attrayants.
Madame Olive fait sortir Goma de son sommeil, les habitants s’en aperçoivent.
Les routes principales de la ville sont réparées, quelques-unes ne le sont pas seulement de façon provisoire.
Alors qu’avant, il fallait cinq ans pour goudronner 1700 mètres de routes, maintenant, les grandes machines de construction jaunes de l’entreprise de construction locale, Traminco, sont presque partout mises en service.

Ce qui est tout à fait inhabituel, c’est que la rue qui longe les terrains au bord du Lac et passe par l’Université pour aboutir à la résidence du gouverneur est remise en état, alors que dernièrement, à certains endroits, on l’aurait plutôt confondue avec une carrière de pierres.
Des bulldozers comblent les trous avec de la terre fraîche qui provient de la carrière du Roi traditionnel, Monsieur Butsitsi, à la périphérie de la ville, pour ensuite les damer et les niveler, pour que Madame Olive puisse aller et venir entre ses propriétés immobilières.
Cela ne tient que jusqu’à la prochaine pluie.
Mais, il ne pleut déjà plus vraiment depuis trois mois.
Pourquoi est-ce que je changerais cela maintenant?

Par Dominic Johnson,
de Goma.

Traduction de Liliane Kongolo

 

********************************************************

KLISCHEES UNTER NACHBARN

 

Brasilianische Kongolesen

 

Die Brasilianer hätten im Halbfinale gegen die Deutschen ja gespielt wie Kongolesen, lästerten « drüben » die benachbarten Ruander. Das erzählt ein Kongolese in Goma, der ostkongolesischen Millionenstadt direkt an der Grenze zu Ruanda. Er wohnt selbst « drüben », in Gomas ruandischer Zwillingsstadt Gisenyi. Dass sich die Ruander nicht nur für die besseren Kongolesen halten, sondern auch für bessere Deutsche, ist in dieser kriegsgeschüttelten Region Afrikas bekannt. Wer im Ostkongo ordentliches Personal will, ob Soldaten oder Bauarbeiter, holt es aus Ruanda.

Jetzt sind die Kongolesen für die Ruander also auch noch die schlechteren Brasilianer. Dass Brasilien und Kongo viel gemein haben, das betonte der wichtigste ostkongolesische Oppositionsführer Vital Kamerhe vor einigen Jahren in einem Buch: die Flüsse Amazonas und Kongo, riesige Regenwälder, großes wirtschaftliches Potenzial. Wäre ich bloß Präsident, schwang da mit, dann wäre ich Lula und könnte das Land wachküssen.

In einer Stadt wie Goma, die mitten im Dauerkriegsgebiet ewig wartet, wachgeküsst zu werden, glaubt man solchen Verheißungen aber nicht. Jeder ist seines eigenen Glückes Schmied. Unverdrossen wird jeder Dollar in Rohbauten aus Lavastein verwandelt, einer protziger als der nächste, viel zu dicht aneinander. Da hinten baut der Direktor des Finanzamts, sagt der Kellner im Restaurant und zeigt aus dem Fenster auf den größten und hässlichsten Rohbau unten am See. Es entstehen aber sogar Bürogebäude mit Spiegelglasfronten und sauberen Bürgersteigen davor, genau wie in Ruanda.

Die wichtigste Investorin ist die First Lady des Kongo, Olive Lembe, Ehefrau von Präsident Joseph Kabila. Sie war in früheren Zeiten einmal eng mit Vital Kamerhe befreundet, manche sagen: zu eng, weswegen Kamerhe irgendwann in die Opposition musste. Olive Lembe macht jetzt das Gegenteil des Modells Brasilien. Sie hat die halbe Seefront in Goma aufgekauft, dazu gigantische Ländereien in den Bergen, auch die Farm, auf der einst Rebellenchef Laurent Nkunda Hof hielt, und diverse Betriebe im ganzen Umland.

Olive ist hier praktisch zu Hause; sie wuchs in eher normalen Verhältnissen in Gomas Marktviertel Birere auf. Jetzt ist sie reich und mächtig und übernimmt Gomas Wirtschaft. Das spült Geld in die Region und erzeugt Loyalität. Nie waren Rebellengruppen hier so unattraktiv. Olive küsst Goma wach, das sehen die Bewohner. Die Hauptstraßen der Stadt werden repariert, manche mehr als nur notdürftig. Nachdem es vorher fünf Jahre gedauert hatte, um 1.700 Meter Straße zu teeren, sind jetzt fast überall die großen gelben Baumaschinen der lokalen Baufirma Traminco am Werk. Besonders ungewohnt: Sogar die Straße, die an den ganzen Seegrundstücken vorbei zur Universität und zum Gouverneurssitz führt, wird instand gesetzt, zuletzt ähnelte sie an manchen Ecken eher einem Steinbruch. Mit Planierraupen wird frische Erde aus dem Steinbruch des traditionellen Königs Butsitsi am Stadtrand in die Schlaglöcher gepresst und plattgewalzt, damit Olive zwischen ihren Immobilien hin- und herfahren kann. Das hält zwar nur bis zum nächsten Regen. Aber es hat ja schon seit einem Vierteljahr nicht mehr richtig geregnet. Wieso sollte sich das jetzt ändern?

STADTGESPRÄCH

DOMINIC JOHNSON

aus Goma

http://www.taz.de/1/archiv/digitaz/artikel/?ressort=a2&dig=2014%2F07%2F12%2Fa0173&cHash=ae738093c5b788e1e886eb1285b83139

Publicités
un commentaire Poster un commentaire
  1. La différence avec la RD CONGO ,c’est que le BRESIL a été plusieurs fois champion du MONDE.et le jour ou KANAMBE Hyppolite sera chassé du pouvoir en RD Congo,on pourra bien apprécier le football ²rwandias qui est seulement connu en RD CONGO .

    J'aime

    23 juillet 2014

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :