Aller au contenu principal

RDC : des règlements des comptes digne de la gestapo

RDC : Un règlement des comptes digne de la gestapo
Saturday, January 24, 2015

image Laurent-Desire KABILA

Face au doute et à l’insensibilité pétrifiante de Joseph Kabila de prendre des mesures de suspension des peines appliquées à Georges Leta Mangasa, à Eddy Kapend, Nono Lutula et consorts, pour le motif de vice de procédure dans le dossier qui concerne l’assassinat de feu Laurent Désiré Kabila, j’ai donc tenu pour ce 16 janvier 2015, date anniversaire de ce meurtre tragique, de revenir une fois de plus sur cette affaire, en suite de mon intervention antérieure, pour cette fois, alerter l’opinion tant nationale qu’internationale de s’y investir à fond, pour obtenir la libération immédiate et sans condition de ces pères de familles innocents dont la détention prolongée, depuis maintenant 14 ans, à la prison centrale de Makala, ne repose sur aucune base juridique, mais bien plus par un règlement des comptes digne de la gestapo.

En effet, la requête en libération s’est justifiée par le fait que l’énoncé de l’acte de condamnation du Général Nawele Bakongo, président de la défunte Cour d’ordre militaire n’a pas suivi de procédure légale. Flou et superficiel, ce dernier aurait déclaré qu’au vu des éléments d’enquête en sa possession, rien n’indiquait que les accusés à la barre étaient les véritables commanditaires et/ou exécutants de cet odieux assassinat. N’a-t-il pas dit ensuite de son argumentation que le dossier «restait ouvert» pour permettre donc à l’enquête de se poursuivre pour, au besoin de parvenir à faire éclater la vérité ?

Pris dans ce contexte, l’énoncé du jugement de la Cour d’Ordre Militaire dans sa sentence, avait tout simplement émis des doutes sur ce dossier, en invoquant donc une insuffisance des preuves matérielles, étant pourtant probantes. En reconnaissant ainsi que certaines questions posées aux anciens collaborateurs de Laurent Désiré Kabila, demeuraient sans réponse jusqu’à présent, se réalisa la mise en place d’un doute permanent.

Or, il est un principe général de droit, disent les latinistes, « dubio pro reo », qui veut dire « le doute bénéficie à l’accusé ». C’est un principe universel. Malheureusement, la Cour d’Ordre Militaire congolaise en charge de la procédure a dérogé à cette tradition universelle en niant l’évidence même du bénéfice de doute. Et, il est à parier, que les professionnels du droit pénal ne seront pas d’avis contraire. Par la suite, il reste utile de signaler que dans ce dossier de condamnation de nos compatriotes, Georges Leta Mangasa, Eddy Kapend et consorts, se dégage de manière évidente un vice de procédure flagrant. Je l’ai déjà dit et je répète que lors de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila, Joseph Kabila assumait les fonctions de Chef d’Etat Major des Forces Terrestres.

Or, la Garde de Corps qui a exécuté l’ordre de mettre fin à la vie de Laurent Désiré Kabila, dépendait de l’autorité de Joseph Kabila. Dans un pays où l’appareil judiciaire fonctionne normalement, Joseph Kabila aurait dû s’asseoir sur le banc des accusés, ou, à tout le moins, être cité comme témoin à charge ou à décharge. Il se fait, curieusement, que l’actuel chef de l’Etat, ne fut pas cité à comparaître, dans la juridiction compétente. Cette absence et cette omission paraissent d’autant inacceptables pour la suite de la procédure, qu’elle a permis d’une part l’accession au pouvoir de Joseph Kabila et d’autre part, la condamnation d’innocents, voulue par les stratèges de la théorie du complot.

En effet, il est à noter que, dans toutes les procédures policières et judiciaires, pratiquées dans le monde, l’identification d’un meurtrier passe toujours par la très opportune réponse à la question suivante : à qui le crime profite-t-il ?

Une troisième raison et non des moindres, explique ma démarche de pensée. Par deux fois, au vu et au su de l’opinion nationale et internationale, les dirigeants du mouvement rebelle du M23, ont bénéficié, sans vergogne, d’une loi d’amnistie. Alors que ces derniers n’étaient ni accusés, ni encore moins condamnés, par la justice. Cela reste sans explication !

En effet, c’est la première fois qu’on assiste au Congo Kinshasa à une amnistie à deux vitesses! En d’autres termes, Joseph Kabila a accordé à ses anciens compagnons de l’AFDL, divisés pour raison d’intérêt certes, une espèce de permis permanent de tuer sur le sol congolais, pour les officiers et dirigeants politiques du M23, qui ont pourtant semé sans discontinuité, le désastre, à l’Est du Congo.

Pendant qu’Eugène Diomi Ndongala, fils du pays, croupit dans un enfer à ciel ouvert, à Makala, et que, bien qu’il n’ait rien fait à Joseph Kabila, peine à obtenir une amnistie et/ou la libération conditionnelle. Son bourreau le pousse donc vers la mort. C’est cela que je nomme un « génocide sélectif », du personnel politique et de l’élite congolaise, livré à disparaître à petit feu, si on n’y prend garde.

Il faut rappeler enfin, la durée de l’incarcération des détenus qui à l’approche de l’anniversaire le 26 janvier 2015, de l’accession de l’actuel chef de l’Etat, à la magistrature suprême, pourrait donc fonder son privilège à savoir, prendre des mesures d’élargissement à l’endroit de Georges Leta Mangasa, Eddy Kapend, Nono Lutula et consorts, par suite du respect d’un principe universel de droit, qui évoque que le doute devrait profiter à l’accusé ! …. En l’absence de toute autre considération !

Ce serait une façon, pour Joseph Kabila, de sortir « grandi » dans ce dossier où la justice a été bien incapable de faire éclater la vérité. « Il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent », a pu dire Voltaire.

[Bamba-di-Lelo]

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :