Aller au contenu principal

Congo-Kinshasa : Justice à trois vitesses / CONGOINDEPENDANT

Congo-Kinshasa : Justice à trois vitesses

Des magistrats congolais

Répondant à la question d’une journaliste de RFI de savoir s’il n’y avait pas de contradiction entre la libération des militants pro-démocraties sénégalais et burkinabés et le maintien en détention de leurs camarades congolais, le ministre de la Communication et médias et porte-parole de « Joseph Kabila », a donné une réponse d’une légèreté navrante :  » Il n’y a pas de contradiction madame. C’est la volonté de l’autorité judiciaire qui compte ! C’est comme cela que cela se passe dans le monde entier ».

Lambert Mende Omalanga – c’est de lui qu’il s’agit -, en servile zélateur du kabilisme finissant, trouve normal que le chef de l’Etat qui représente dans une certaine mesure l’image d’un « père de famille » décide de « sauver » les étrangers tout en abandonnant ses concitoyens à leur triste sort.

Pire, Mende a menti. D’abord, parce que depuis leur arrestation le dimanche 15 mars, les activistes précités n’ont pas été présentés devant un magistrat. Leur droit de la défense a été méconnu. Ensuite, jusqu’au moment de leur expulsion, les Sénégalais et les Burkinabés ont été gardés, durant plus de 72 heures, dans un cachot de l’Agence nationale de renseignements (ANR). Le délai légal de 48 heures a été violé.

A un journaliste qui l’interrogeait sur le rôle prééminent joué par l’ANR en lieu et place du Parquet, Mende de rétorquer que « les agents de l’ANR sont des officiers de police judiciaire à compétence générale » (OPJ). Une réponse pour le moins discutable. Et ce pour la simple raison qu’un OPJ a pour mission de constater l’infraction et d’identifier l’auteur.

Compétence générale ou pas, tout OPJ, fût-il agent des services secrets, exerce ses fonctions sous l’autorité du ministère public (Parquet). Ce n’est pas un carriériste du genre Flory Kabange Numbi, l’actuel procureur général de la République, qui oserait rappeler ces règles élémentaires en matière de compétence au tout-puissant patron de l’ANR, Kalev Mutond.

Au-delà du charivari provoqué par cette affaire qualifiée pompeusement de « tentative de déstabilisation », il est un enseignement qu’il importe de retenir. A savoir que le Congo démocratique de « Joseph Kabila » a désormais une justice à trois vitesses.

La « première vitesse » est réservée aux membres de l’oligarchie au pouvoir. Des « intouchables ». Le cas du « général » John Numbi Banza, ancien chef de la police nationale, est le plus symptomatique. Suspect numéro un dans l’affaire de l’assassinat du défenseur des droits humains Floribert Chebeya Bahizire et de la « disparition » de son collaborateur Fidèle Bazana Edadi, cet « officier » bénéficie de la protection de « Joseph Kabila ». La Haute cour militaire argue qu’elle ne peut l’auditionner qu’en tant que « témoin » et non comme « prévenu ».

La « seconde vitesse » est pour les étrangers. Dès le lendemain de l’arrestation des militants pro-démocratie, les Occidentaux ont été les premiers à retrouver l’air libre. Il va sans dire que le pouvoir kabiliste a subi des pressions diplomatiques américaines, européennes et onusiennes.

En ce qui concerne les Sénégalais et les Burkinabés, Mende a reconnu que « Joseph Kabila » a décidé d’ordonner l’arrêt des poursuites contre ceux-ci suite à un « vœu » exprimé par le président sénégalais Macky Sall et dans un « souci de consolider l’unité et la cohésion du continent ».

La « dernière vitesse » est celle réservée à la grande majorité de citoyens congolais en général et aux contradicteurs du pouvoir kabiliste en particulier. Ici, le « raïs » découvre comme par enchantement qu’il importe de respecter l’indépendance de la justice.

Depuis le 15 mars, plusieurs activistes congolais ont été libérés. D’autres manquent à l’appel. Ils sont toujours écroués dans un cachot miteux de l’ANR. Leur crime est de militer pour l’alternance démocratique. Des artistes et des musiciens seraient parmi eux.

Plusieurs acteurs politiques et de la société civile sont privés de liberté à la prison de Makala ou à l’ANR tout simplement pour avoir dit « Non » à la révision constitutionnelle et « Non » à un troisième mandat pour « Joseph Kabila » en dépit de l’interdit constitutionnel. Eugène Diomi Ndongala (Démocratie Chrétienne et MPP) Jean Bertrand Ewanga Is’Ewanga (UNC), Jean-Claude Muyambo (SCODE), Bruno Kabatshi (UDPS), l’activiste de la société civile Christopher Ngoyi sont les quelques noms bien connus.

En libérant les étrangers tout en maintenant en détention des Congolais « impliqués » dans une même affaire, « Joseph Kabila » s’est disqualifié. Il donne raison à ceux qui l’ont toujours suspecté d’être un cheval de Troie au service des intérêts d’un « pouvoir d’occupation », estampillé « AFDL » (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo). Un pouvoir d’occupation qui n’a jamais fait mystère de sa volonté d’éliminer tout ce que ce grand pays compte comme élite intellectuelle.

Depuis la publication, en juin 2013, de l’ouvrage « Entre la révision de la Constitution et l’inanition de la nation » d’Evariste Boshab, « Joseph Kabila » a multiplié des messages non-verbaux sans équivoques. Des messages qui attestent que l’homme n’entend en aucun cas quitter le pouvoir par la voie des urnes. Il incombe aux Congolais de les décrypter et d’en tirer les conséquences qui s’imposent.

Dans une interview accordée à « Jeune Afrique », le même « Kabila » avait déclaré: « Nous avons combattu Mobutu les armes à la main en prenant des risques pour nos vies ». Le « raïs » et ses parrains bien connus considèrent-ils le Congo-Kinshasa comme un butin de guerre?

Baudouin Amba Wetshi

Publicités

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :