Aller au contenu principal

Audit du fichier électoral : l opposition dite « parlementaire » claque la porte !

Audit du fichier électoral : l opposition dite « parlementaire » claque la porte !

Posté le juillet 28, 2015

L’Opposition parlementaire conduite par Samy Badibanga a décidé de suspendre sa participation aux travaux de la Commission ad hoc (OIF, Union Européenne, Monusco, CENI, Société civile, Majorité, Indépendants, Opposition parlementaire et Extraparlementaire) instituée dans le cadre de l’audit international du fichier électoral. Il semble que l’Opposition extraparlementaire serait sur la même ligne. La deuxième séance thématique, tenue lundi 27 juillet, a failli tourner au vinaigre. La méthodologie de travail en deux points divise.

L’analyse du cadre juridique n’a vraiment pas posé problème. Mais, la dimension informatique a laissé les participants dubitatifs. Après avoir analysé environ 15% du fichier électoral stabilisé, ils ont constaté la présence des doublons. Pour procéder à une analyse biométrique du fichier électoral, l’Opposition parlementaire et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) ont demandé à la CENI de mettre sur la table, la base de données du fichier 2010 non dédoublonné, la base de données du fichier 2011 dédoublonné, la base de données de AFIS ZTES, ainsi que la base de données du fichier 2015 dit stabilisé.

En l’absence de tous ces éléments, il est difficile de faire une étude comparative des chiffres, ni de réaliser un croisement des données. A la séance du lundi 27 juillet, la CENI n’a présenté que le fichier 2015 et quelques données de 2010. L’OIF, a-t-on appris, fixe deux critères d’audit du fichier électoral : la transparence et l’inclusivité. Sans les documents exigés, on ne peut pas parler d’une opération transparente. Et si l’Opposition ne participe pas à la Commission ad hoc, l’inclusivité ne sera pas au rendez-vous.  Voici un dilemme.

Nouvelle promesse de la CENI

Le Vice-Président de la CENI, André  Mpungwe, a promis, pourtant, de faciliter l’accès à toutes les données et informations nécessaires. Si la simple analyse textuelle portant sur 15% du fichier électoral a permis de dénicher des doublons, à combien plus forte raison l’intégration de la biométrie informatique ?  En attendant, on annonce que le rapport d’étape de la mission d’audit  devrait tomber, le jeudi 30 juillet 2015. L’OIF rendra son rapport final, le 15 septembre prochain. Quoi qu’on dise, la décision de l’Opposition parlementaire arrive à un moment où l’opinion est captivée par les péripéties liées à l’adoption du projet de loi électorale assortie de l’annexe sur la répartition des sièges pour les élections locales, municipales et urbaines au niveau du Parlement.

http://paparazzi-infordcongo.fr/audit-du-fichier-electoral-samy-badibanga-claque-la-porte/

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :