Aller au contenu principal

L’heure est grave : tous les indicateurs sont au rouge ! / Bamba-di-Lelo

L’heure est grave : tous les indicateurs sont au rouge !
BAMBADILELO
Bamba-di-Lelo

Honoré Ngbanda est connu de tous les Congolais : en bien ou en mal, peu importe. Ici, j’aimerais revenir à son dernier message sur Youtube. En le suivant de près, on voit bien qu’il maîtrise parfaitement le sujet. Il est, de ceux qui, parmi les quelques rares politiciens ou leaders, ont traversé le temps, et qui peuvent donc relater quelques faits de l’histoire récente de notre pays, le Congo, l’ancien Zaïre de Mobutu.

Le constat est amer : le Congo est tombé très bas, le Congo est en danger de mort, in fine les Congolais sont réduits à un troupeau des moutons qu’on conduit, chaque jour, par notre propre complaisance, à l’abattoir de la mort, par la milice de Joseph Kabila, et depuis longtemps, en se comportant comme des agneaux, qui n’ouvrent même plus la bouche pour bêler ! Mais, cette fois, l’heure est devenue si fatale, la maison Congo étant en feu !

Maintenant, il nous revient à tous, hommes et femmes, jeunes et vieux, de nous rassembler, en laissant de côté, nos divergences et luttes intestines, pour éteindre, en priorité, ce gigantesque incendie allumé volontairement par Joseph Kabila et sa famille politique, dans le but ultime de faire disparaître de la carte du monde, le Congo, notre grand et beau pays, au cœur de l’Afrique.

Par ailleurs, pourquoi l’organisation des élections sensées se tenir à partir du mois d’octobre 2015 à novembre 2016, tarde-t-elle à démarrer ? Et, pour quelle raison fondamentale a-t-on précipité sans politique de moyens nécessaires, le découpage territorial ? Quelle conclusion peut-on tirer de la découverte de la fosse commune de Maluku ? Et que dire sur la réalité d’autres fosses communes, dissimulées à travers la République ?

Est-il vrai que le corps sans vie de notre compatriote Fidèle Bazana a été livré, après son odieux assassinat, dans le parc des chiens d’attaque bougrement affamés, de l’Inspectorat Général de la Police Nationale Congolaise ? Et que les restes de la victime, des os essentiellement, ont été soigneusement emballés dans un sac, pour être jetés discrètement au fleuve Congo ?

En outre, pourquoi, et par qui, l’ordre est-il venu, de massacrer, sans raison compréhensible, nos parents frères et sœurs du Kongo Central, des adeptes, à l’époque des faits, du Mouvement Politico-religieux, Bundu dia Kongo ? Est-il sensé, voir raisonnable de faire disparaître ces milliers des cadavres dans une destination inconnue ? Avez-vous la conscience tranquille, face à l’ampleur de crimes contre l’humanité, ordonnés par le pouvoir d’occupation, contre l’inoffensif et hospitalier peuple mukongo ?

Ce serait intolérable, si on ne se posait pas la question de savoir, pourquoi des mercenaires, très mal identifiés, ont massacré, grâce à un armement très disproportionné, nos vaillants compatriotes Congolais de souche, les Enyele, dans la province de l’Equateur ? Ont-ils été tous enterrés dans une fosse commune et/ou jetés dans le fleuve, selon la pratique devenue courante de ce régime honni ?

Enfin, que pense Joseph Kabila, des massacres récidivants, que subissent les paisibles populations de Beni au Nord-Kivu ? Quel est le type de population qu’occupent actuellement, les localités et les espaces verts désertés maintenant par les anciens autochtones de Beni, désabusé ?
Toutes ces questions méritent des réponses appropriées, qui seraient données par les tenants du pouvoir actuel, afin de permettre à la communauté congolaise, victime d’une dictature féroce, de panser ses plaies, et de saisir les opportunités que lui offre l’alternance démocratique en vue, afin de changer son chemin et de recréer les conditions d’une société apaisée, d’une nature respectée, et d’une humanité retrouvée !

D’où l’obligation impérative pour Joseph Kabila d’ouvrir son cœur et de libérer, après 14 ans de détention en prison, sans justification des preuves matérielles irréfutables, et dans une culpabilité supposée du Colonel Eddy Kapend, et de Georges Leta Mangasa, ancien administrateur général de l’Agence nationale de renseignements, détenu lui aussi, pour le même motif, depuis 14 ans, ayant laissé derrière lui, à l’époque des faits, une jolie fillette de 9 ans, devenue aujourd’hui adulte, sans l’assistance ni l’encadrement et encore moins le suivi paternel !

Il est temps que soit éradiqué, une fois pour toutes, la culture d’empoisonnement comme règlement de compte entre partenaires. Il est aussi temps, que cesse comme mode de gestion politique, l’intimidation, la persécution, le traitement inhumain et dégradant qu’on fait subir aux Députés de l’opposition qui, dans un passé récent, avaient osé braver la peur pour s’opposer, avec raison, au système de prédation, de la dictature et de la terreur, mise en place par Joseph Kabila. Ce dernier s’estime en droit faussement d’être au-dessus des lois de la République, annihilant par le fait même, toute contradiction considérée, hélas, comme un affront, assimilé à un crime de lèse- majesté, voire comme à une offense au chef de l’Etat.

Ceci étant, les raisons évoquées auparavant par la justice congolaise, pour justifier la condamnation et la détention dans des cellules hautement sécurisées, certains ténors de l’opposition ne seraient qu’une mascarade, un maquillage pour museler la voix de l’opposition et la découverte de la vérité. Ainsi, pour des raisons d’équité et de bon sens, s’impose plus que jamais, la libération, sans condition, des honorables Députés ayant marqué l’histoire du Congo, à savoir Eugène Diomi Ndongala, Jean-Claude Muyambo, Vano Kiboko, Ernest Kyaviro, Fred Bauma et Yves Makwambala de la Lucha, et consorts. Il y a donc urgence en la demeure !

Dès lors, est-il encore nécessaire de reconnaître à Joseph Kabila, après tant de dérives et de crimes de sang contre notre peuple, la distinction de sénateur à vie, comme le prévoit la Constitution ? Finalement, Joseph Kabila s’est-t-il déjà posé la question de savoir si la vie humaine a encore de la valeur ?

Honoré N’Gbanda ne s’explique pas trop si on lui pose la question du « comment on en est arrivé là ? » Bien sûr, il y a eu des fautes de notre part à tous, des erreurs d’appréciation, et d’un certain positionnement, comme celui aujourd’hui à notre grande surprise, de l’UDPS d’Etienne Tshisekedi, qui veut bénéficier du gâteau Congo, à l’instar d’autres opportunistes et traîtres, comme Tryphon Kin-Kiey Mulumba, Lambert Mende Omalanga, Gaspard Mugaruka bin Mubibi, Daniel Makila, ainsi que toute la kyrielle des vagabonds politiciens autour de la mangeoire « kabiliste », hélàs !

Aujourd’hui, on n’en est plus là ! La seule et pertinente question à laquelle le peuple congolais doit répondre, sans plus tarder, est celle de savoir : comment arracher notre pays des griffes des occupants et du monde financier sans cœur, et enfin, comment stopper et casser le leadership « tutsi » installé solidement dans les institutions de la République ? Le naufrage du Congo Kinshasa est-il la conséquence d’une vue de l’esprit trop courte de la classe politique congolaise ?

Les Tutsi du Rwanda et de l’Ouganda ont concocté leur plan machiavélique, depuis des lustres. Ils ont été soutenus et aidés, pour cela, par toutes les puissances qui avaient intérêt à puiser, comme bon leur semblait, dans les richesses du Congo. Mobutu a régné, certes, en despote et en monarque absolu ! Ce fut du temps perdu, une chance manquée, pour le Congo, de se hisser parmi les grandes nations de ce monde. Il y a évidemment, de quoi déplorer cette dictature avilissante qui a endormi le peuple congolais, au lieu de faire émerger au cœur de l’Afrique une démocratie digne de ce nom, c’est-à-dire une démocratie considérée comme une tâche, une phase inachevée, une marche vers une plénitude toujours différée.

Et, parmi les enjeux actuels, on peut penser à la sécurité, à la stabilité et à l’intégration dans la communauté internationale. Aussi la démocratisation s’avère-t-elle être, aussi bien une restauration, qu’une instauration continue de nouvelles formes de vie.

Bref, la fin de règne du Maréchal Mobutu et celle plus éphémère de Laurent Désiré Kabila, par qui est entré, hélas, le serpent venimeux du jardin d’Eden, en l’occurrence Joseph Kabila, ont été plutôt malheureusement pour le Congo, l’occasion de mise en place d’une idéologie mortifère, et du pire régime d’asservissement du peuple congolais !

On connaît la suite d’une élection truquée et d’une victoire volée, en fait de conséquences : le vainqueur, « muana mboka » Jean-Pierre Bemba est envoyé en exil, puis en prison à la Cour Pénale Internationale, où il croupit encore jusqu’aujourd’hui. Tout cela, c’est pour laisser les mains libres au « muana ndeke » Joseph Kabila, pour modifier à sa guise, la constitution, bref, pour conduire les affaires de l’Etat en marche arrière, sans qu’il s’en inquiète autrement !

Enfin, des Congolais sont tombés dans le piège de l’argent facile et d’un semblant de pouvoir politique, pendant que tout est dicté d’ailleurs, en dehors du territoire national, le parlement congolais n’étant qu’une chambre d’enregistrement.

Comment la République Démocratique du Congo s’est-elle laissée prendre dans ce piège, dans les filets de l’araignée tutsi ? C’est ce que je viens d’exposer en ce quelques mots. Et, maintenant, comment nous libérer et quand ?

C’est maintenant !

L’heure est grave, sénateurs, députés, professeurs, étudiants, médecins, infirmiers, mécaniciens, chauffeurs, ouvriers, travailleurs, chômeurs, à chacun de prendre ses responsabilités ! Oui, c’est de notre responsabilité collective, celle qui ouvre à la vraie libération de notre peuple !

Choisir son camp, oui ! Parce qu’il est grand temps de retourner les fusils !

Bamba-di-Lelo
Docteur en Sciences Politiques de l’UCL
Analyste des Questions politiques du Congo
E.-mail : jbadil@hotmail.be

http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=10180

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :