Aller au contenu principal

RDC: QUI S ‘INTERESSE ENCORE AUX TUERIES DE BENI?

 Depuis 17 mois des massacres sans fin à Beni – Nord Kivu

AFRIKARABIA

 

 

Massacres de Beni

Alors que l’actualité congolaise est vampirisée par la guerre des nerfs entre le président Joseph Kabila et son rival du moment, Moïse Katumbi, les regards se sont détournés des nouveaux massacres commis dans la région de Beni cette semaine.

Deux tueries ont encore ensanglanté la région dans les nuits de mardi à mercredi et jeudi et vendredi. Ce sont d’abord 17 civils qui ont été tués dans un hameau d’Eringeti au Nord-Kivu lors d’une attaque attribuée aux rebelles ougandais des ADF. « L’ennemi a contourné les positions de l’armée pour tuer et égorger de paisibles gens dans leurs maisons » a expliqué à l’AFP un administrateur du territoire de Beni. Dans la nuit de jeudi à vendredi, quatre personnes ont été massacrées à Biane, à la frontière de l’Ituri, toujours au Nord-Kivu. D’après le témoignage de la société civile, « les corps des victimes ont été retrouvés vendredi soir, tous découpés à la manchette. » Une dizaine d’assaillants, munis d’armes blanches, de fusils et habillés en tenues militaires, ont été aperçus par la population dans la brousse non loin de la zone du massacre. Pour le commandant de l’armée congolaise (FARDC) en Ituri, « le passage des ADF a été confirmé dans la zone » rapporte l’agence Xinhua.

17 mois de massacres

Depuis octobre 2014, la région de Beni, au Nord-Kivu, est victime de massacres à répétition. Selon les sources, entre 500 et 1.000 civils ont été tués, le plus souvent à l’arme blanche. Une série de massacres sans fin que les autorités congolaises attribuent régulièrement aux Allied Democratic Forces (ADF), une rébellion ougandaise installée depuis plus de 20 ans dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Mais ce qui révolte le plus la population, c’est l’impuissance de l’armée congolaise et des casques bleus des Nations unies. Alors que pays s’enfonce dans une grave crise politique, alimentée par le psychodrame entre Joseph Kabila et Moïse Katumbi – voir notre article, la situation à Beni ne semble plus guère émouvoir personne. « Kabila envoie des chars à Lubumbashi pour bâillonner son rival Katumbi, alors que l’armée serait bien plus utile ici, à Beni » peut-on entendre dans la région martyre….

Armée et casques bleus impuissants

Pourtant en mars, un rapport du Groupe d’étude sur le Congo (GEC) apportait un nouvel éclairage sur les tueries de Beni, espérant pouvoir faire évoluer la situation sur le terrain. Selon l’enquête, les responsabilités des massacres ne s’arrêteraient au cercle des simples ADF. Des officiers FARDC l’armée régulière, et des anciens rebelles du RCD-KML seraient également impliqués… ce qui expliquerait « l’impuissance » des autorités congolaises – voir notre article. On pouvait espérer que les responsables politiques prendraient alors la mesure des ambiguïtés de l’armée congolaise et réagiraient rapidement. Hélas, rien n’a été fait. Idem pour la Monusco. La mission de l’ONU au Congo est bien présente sur la zone, mais elle ne se limite le plus souvent que par une protection « statique », depuis des bases dont les troupes ne sortent que pour des patrouilles « limitées ». Les pays contributeurs à la mission des casques donnent des consignes pour que ses troupes ne s’engagent pas dans « des opérations risquées. »

Le président et la Monusco y jouent leur crédibilité

Quand les massacres de Beni s’arrêteront-ils ? Ce dimanche 8 mai, le gouverneur du Nord-Kivu a entamé une énième visite aux victimes à Eringeti. Le président Joseph Kabila a même fait le déplacement deux fois dans la région de Beni, promettant une « réorganisation » de l’armée congolaise pour être plus efficace. Peine perdue. La complexité de la structure des groupes armés, leurs accointances avec certains officiers de l’armée régulière et leurs ralliements avec d’autres groupes en fonction des circonstances, feront de cette région une poudrière inextricable tant que l’autorité de l’Etat ne sera pas rétablie. La Monusco, qui va fêter ses 17 ans de présence au Congo et le président congolais, qui tente de s’accrocher à la son fauteuil alors que son mandat touche à sa fin en décembre 2016, auraient pourtant tout intérêt à régler une bonne fois pour toute l’insécurité qui règne au Nord-Kivu. Pour leur crédibilité… mais surtout pour les populations locales qui vivent sous l’emprise des groupes armés.

Christophe RIGAUD – Afrikarabia

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :