Aller au contenu principal

Pour la tenue des élections avant la fin de l’année : La MPP/DC mobilise la Tshangu/ LA TEMPETE DES TROPIQUES

TEMPETE DES TROPIQUES 220817

dc-mpp tshangu 4

 En cas d’un autre glissement, « la Nation congolaise comptera ultimement sur la mobilisation populaire »

MPP

Dans le cadre de la mobilisation populaire projetée par la MPP/DC au sein du Rassemblement de l’Opposition, le Bureau politique de cette plate-forme a mobilisé, dimanche 20 août dernier, lors d’une matinée politique, les jeunes du district de la Tshangu afin que ces derniers s’approprient le processus électoral pour la tenue des élections au plus tard le 31 décembre 2017, conformément à l’Accord de la Saint Sylvestre signé au centre interdiocésain sous les auspices des évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo.

Des clauses du compromis du 31 décembre

Aux jeunes de ce district, le Bureau politique de la MPP/DC a d’abord rappelé les contours de ce compromis politique dont les clauses générales sont:

– Le second et dernier mandat de MonsieurKabila s’est terminé le 19 décembre 2016, et ce dernier ne peut plus se représenter à une élection présidentielle en RDC ;

– Il est institué une période pré-électorale et électorale d’un an, allant du 31 décembre 2016 au 31 décembre 2016. Pendant cette période toutes les institutions à mandat électif mais dont les termes ont expiré seront maintenues, y compris le président de la République jusqu’à la tenue des élections prévues au plus tard le 31 décembre 2017;

– Le gouvernement de la République sera dirigé par un premier ministre présenté par le Rassemblement et nommé par le président de la République;

– La mise en place du Conseil National de Suivi de l’Accord et du processus électoral dirigé par le président du Conseil des sages du Rassemblement;

– La décrispation politique, par la libération des prisonniers politiques, le retour au pays des exilés politiques, l’arrêt des poursuites judiciaires dues aux tracasseries judiciaires à l’endroit des membres de l’Opposition;

– La tenue des élections (présidentielles, législatives nationales et provinciales) au plus tard le 31 décembre 2017.

 

L’accord miné

Aujourd’hui, par des subterfuges nébuleux, notamment de débauchage, la corruption et le non respect du principe de bonne foi, « Monsieur Kabila a miné l’accord du 31 décembre en le vidant de toute sa signification sur tous les points plus haut rappelés ».  Par conséquent, « toutes les institutions de la République sont désormais  illégales et illégitimes », estime le Bureau politique de laMPP/DC.

 

Publication urgente du calendrier électoral

Pour cette famille politique à laquelle appartient Eugène Diomi Ndongala, la CENI doit à tout prix publier un calendrier électoral, énumérant toutes les opérations et les dates de leur réalisation, y compris la date de la tenue des élections.  présidentielle et législatives, qui doivent se tenir au plus tard le 31 décembre 2017. Ce, pour des raisons suivantes :

– Le calendrier électoral est un tableau qui comprend les opérations pré-électorales, électorales et post-électorales. Il permet de visualiser l’ensemble du processus électoral et d’en assurer le suivi étape par étape. La publication du calendrier électoral, ne peut,  par conséquent, être liée à l’établissement du fichier électoral qui en fait partie.

– La publication du calendrier électoral par laCENI est un acte d’engagement pour elle d’organiser les élections à date certaine et la garantie que les élections auront bel et bien à la date fixée par l’accord.

– La publication du calendrier électorale est une annonce forte de la date de la fin du règne du kabilisme.

– La publication du calendrier électoral prouve la volonté de la CENI et de Joseph Kabila d’organiser les élections en décembre 2017.

– La publication du calendrier électoral est un instrument de programmation financière pour le gouvernement et de préparation de la campagne électorale pour les candidats et les organisations politiques.

Cela étant, estime la MPP/DC, un processus électoral crédible ne pourra jamais être lancé sans l’application des mesures de confiance et de décrispation politique auxquelles se réfère le ch.5 de l’Accord de la Saint Sylvestre, surtout en ce qui concerne les prisonniers politiques et les leaders de l’opposition comme Eugène Diomi Ndongala et les autres énumérés comme figures emblématiques de la répression politique qui frappe la RDC de nos jours.

Pour toutes les raisons ci-dessus énumérées, la publication du calendrier électoral, la libération des prisonniers politiques, la crédibilité du processus électoral… sont des exigences à la fois techniques et politiques, « faute desquelles la CENI aura prouvé son allégeance à la cause de Joseph Kabila qui ne veut pas quitter le pouvoir et qui aura, sur ce fait, cautionné un coup d’Etat constitutionnel assimilable à une haute trahison ».

Dans tous les cas, pour la MPP et la Démocratie Chrétienne, « élections ou pas, le 31 décembre Joseph Kabila doit quitter même le pouvoir de facto qu’il assume encore aujourd’hui ». Aussi, « la nation congolaise comptera ultimement sur la mobilisation populaire pour enfin justifier les vies humaines arrachées dans la lutte pour la démocratie que le peuple congolais ne saura substituer à aucun compromis politique ».

Par Stone

LA TEMPETE DES TROPIQUES

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :