Aller au contenu principal

INTERVIEW DU PRESIDENT EUGENE DIOMI NDONGALA AVEC LA RTNC, SUR LE PROGRAMME D’URGENCE DE SEM FELIX TSHISEKEDI TSHILOMBO, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE / QUESTIONNAIRE RTNC ET REPONSES – Emission Infrastructures et Développement du 05/04/2019 / script DC

 

*

RTNC/ PRÉSIDENT EUGENE DIOMI NDONGALA,  QUELLE EST VOTRE LECTURE SUR LE PROGRAMME D’URGENCE  DES 100 JOURS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, SEM FELIX TSHISEKEDI TSHILOMBO?

 

 

*

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bonsoir à tous les téléspectateurs et merci pour votre question.

Je tiens à mettre en exergue une prémisse, si vous le permettez: le Président de la République, SEM Félix Tshisekedi Tshilombo, a été élu par une élection à soufrage universel direct, sur la base de son programme de reconstruction, de reformes de l’Administration de la République Démocratique du Congo. Ce programme, d’ailleurs, il l’a très opportunément centré sur la lutte contre la pauvreté.

Dans un système semi-présidentiel, comme le notre, il ne faut pas oublier que le Chef de l’ Etat étant élu à soufrage universel direct, a le droit d’imposer son programme politique au gouvernement, indépendamment de sa coloration politique dominante.

A cet effet, je trouve qu’il a amplement le droit de commencer à appliquer son programme politique, économique, de réformes de l’administration et de lutte contre la corruption déjà au courant de ses premiers 100 jours de mandat présidentiel. Sa volonté de libéraliser l’espace politique, aussi bien par la libéralisation des manifestations publiques et par la décrispation politique, plus concrètement par la libération des prisonniers politiques, répond à une nécessité de baliser le chemin au développement durable de la RDC et l’instauration d’un véritable état de droit, respectueux des droits civils et politiques des citoyens congolais. Ces deux fondations sont incontournables pour lancer le développement de la RDC, un géant politique, économique et démographique qui est gravement en retard par rapport à l’état de ses infrastructures, en matière de santé publique, éducation  et services de base comme celui de l’électricité et de l’eau.

Le fait d’avoir présenté un programme d’urgence pour ses premiers 100 jours de mandat présidentiel, un programme chiffré, avec un timing précis et surtout très ambitieux, prouve amplement son engagement à œuvrer pour le développement durable de la RDC.

25f1c589-4326-4f61-a080-6dbb07dd0632

RTNC: Étant donné le comportement des hommes politiques congolais, quels sont selon vous, les critères sur lesquels FATSHI doit se baser pour former le gouvernement ?

Je ne doute un instant  que le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo ait le sens de l’histoire et qu’il veuille marquer l’histoire de son pays. Nous devons passer d’un gouvernance fallacieuse, basé sur la patrimonialisation des richesses de l’état congolais, à une gouvernance à l’écoute de la population et de ses exigences fondamentales. pour ce faire, j’estime que le président Félix Tshisekedi prendra en compte les critères d’expérience, capacité de travail et totale abnégation par rapport à l’exécution de sa ligne politique.

RTNC: Le Président de la République FATSHI vient de prendre le pouvoir dans un pays où tout est prioritaire. Par où, pensez vous qu’il devrait commencer ?

Pour mieux répondra à votre question, je voudrais donne l’exemple du « New Deal » (nouveau cours en français) qui constitua le centre névralgique du programme du Président Roosevelt (USA) en 1929, le lendemain de la grave crise économique qui frappa les Etats Unis.

24839825-8707-4d45-9dec-814e8e33e336

Le NEW DEAL était basé sur le lancement de grands travaux de construction d’infrastructures, capables de redynamiser l’économie et donner du travail à la population au chômage.

Le développement durable du Congo-Kinshasa doit commencer par le lancement d’une politique d’infrastructures publiques ( si possible par des sociétés congolaises même si pas exclusivement) qui puissent donner du travail aux congolais, aussi bien pour la dynamisation de l’économie, en général,  mais aussi et surtout pour créer des emplois, afin d’hausser le revenu par habitants en RDC qui est parmi les plus bas au monde (moins de 400$ Revenu national brut par habitant RNB, par an).

Naturellement, les précédents fâcheux des soi-disant contrats chinois sont emblématiques de ce qu’on ne doit pas faire, aussi bien en termes de transparence que d’aliénation de 32 milliards d’actifs miniers en échange d’une liste d’infrastructures inconnues à ce jour….).

2. Le secteur minier a beaucoup à offrir en termes de relance économique:

Les mots clés, dans ce domaine, sont: TRANSPARENCE, INDUSTRIALISATION ET INVESTISSEMENT, naturellement ouvert aux capitaux étrangers, afin que les potentialités énormes de la RDC, en la matière, deviennent des réalité.

3. Il faut impérativement soutenir le développement de l’agriculture, pour atteindre, dans une première phase, l’Autonomie Alimentaire.

Il est absurde que notre agriculture soit encore a l’état embryonnaire et que le pays soit obligé d’importer des produits qui pourraient facilement être cultivés sur place. Cela aurait d’ailleurs un impact immédiat sur notre balance commerciale, actuellement gravement déficitaire et par conséquent, une influence positive sur la monnaie nationale et le pouvoir d’achat du peuple congolais.

2336f55c-4083-4580-baf0-44ef9b1efd75

RTNC: Pour mieux reconstruire la RDC les routes viennent en première position. Mais la RDC est vaste, que faire pour résoudre ce problème sur toute l’étendue du pays ?

La construction des routes est très importante pour le commerce, l’évacuation des produits agricoles mais aussi l’industrialisation, car l’ existence de routes praticables a une incidence directe sur la structure des prix des produits et services.

D’autant plus qu’elle constitue un gage de sécurité pour les contrées les plus éloignés des grandes villes, qui souffrent des attaques meurtriers et pillards de groupes armées.

Mais dans un pays à la dimension d’un continent, la construction de routes doit être associée à la construction et à l’entretien régulier du chemin de fer et la construction de vrais aéroports, dans toutes les provinces.

Avec son programme des 100 jours, le Président Félix Tshisekedi a donné sa vision en termes de création d’infrastructures et il a démontré que des grands pas en avant peuvent être réalisés, en peu de temps, si la volonté politique  vise effectivement le développement et pas l’enrichissement personnel.

RTNCN/ Comment analysez vous, la coalition FCC et CACH ? Pouvez vous rassurer, dans le fonctionnement, l’intérêt du peuple sera privilégié ?

Comme je viens de dire au début de mon interview, c’est le programme sur la base duquel le Président de la République a été élu, à soufrage universel direct, que toute coalition sera appelée à réaliser, selon sa ligne politique.

De plus, j’estime que les hommes et femmes politiques issus du régime sortant devraient assumer toute leur responsabilité dans le retard qui connait la RDC en matière de développement. Donc, le profil bas, devrait être de rigueur

RTNC: Quelle est votre recommandation pour l’unité nationales en RDC

Personnellement, je donne beaucoup d’importance aux équilibres géo-politiques, dans un pays qui compte plus de 400 tribus différentes.

Cela étant, je suis optimiste par rapport à la volonté du peuple congolais de demeurer uni, malgré la persistance de forces centrifuges qui n’ont pas réussi à entraîner ce peuple meurtri, expressément paupérisé, à suivre les chants des sirènes de la partition.

Nulle doute que le peuple congolais ait besoin de PAIX, DÉVELOPPEMENT  et du respect de sa diversité multiculturelle: voilà les trois piliers qui peuvent garantir la stabilité de la République Démocratique du Congo.

Un grand chantier est aussi celui de la reforme de l’administration publique, de l’armée de la Police ainsi que des services de sécurité.

Personnellement, je vois SEM Félix Tshisekedi comme un grand réformateur et pour mieux accomplir sa tâche, sa ligne politique ne doit souffrir d’aucune interférence de la part de ceux qui ont échoué, dans le passé, à lancer la RDC sur la trajectoire de l’état de droit, du respect des droits de l’homme et de la sécurité juridique des investissements et la normalisation du climat des affaires.

Une gouvernance de développement doit être basée sur la force du droit et pas sur la répression politique, la patrimonialisation de l’économie et l’isolement diplomatique.

La vocation de la RDC est celle d’un grand pays d’Afrique qui a toute sa place dans le concert des nations.

je vous remercie.

234b6fcb-7f67-4ec0-b623-6093cf19e5cb

Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :