Aller au contenu principal

Cinq questions à Eugène Diomi Ndongala /Le Potentiel, 07/03/2011

Cinq questions à Eugène Diomi Ndongala 
METTING DE LA DC A KIMBANSEKE, FEVRIER 2011

Par BIENVENU MARIE BAKUMANYA

LE POTENTIEL, 07/03/2011

1. L’Opposition se mettra-t-elle d’accord autour d’une candidature unique ?

L’Opposition politique a une chance historique, en tant qu’opposition, de gagner les élections de 2011. je tire cette conviction du fait que le pouvoir Kabila a raté son quinquennat. Alors que ce pouvoir avait la possibilité d’opérer de grandes réalisations. L’environnement lui était favorable. Mais, la gestion des priorités, la mauvaise gouvernance, l’aménagement de grands projets … par rapport aux moyens générés par la cession des gisements miniers par exemple, le travail et le résultat sur le terrain sont ridicules. Les moyens générés par la cession des gisements miniers et l’élan hérité de la transition de 2003, le pouvoir Kabila pouvait marquer l’histoire de ce pays. C’est ici que l’opposition est appelée à s’organiser pour justement peser sur la balance et assurer l’alternance.2. Justement, l’Opposition est divisée. Quelle est la démarche qui convient le mieux ?

Le climat de changement qui prévaut au nord du continent avec les récents événements en Tunisie, en Egypte, en Côte d’ivoire, … il y a une croissance des aspirations au changement de la part des populations africaines. Tous les tableaux indiquent que la population éprouve le besoin d’un changement de gouvernance. Les atouts, l’opposition n’en manque pas. Elle en dispose de tous genres. La question est de savoir comment procéder. D’abord, il faut que les différents partis mettent de l’ordre à l’interne. Les partis doivent désigner leurs candidats, à leur niveau. Des congrès doivent s’organiser afin de voir les différents candidats présentés par les partis de l’Opposition. Tenir compte des partis qui ont réellement pignon sur rue. La DC était la troisième force en 2006 avec 500 candidats. Les partis doivent faire la preuve de leur implantation à travers le pays pour prendre part à la course. Ce ne sont pas les résultats trafiqués qui nous enlèvent notre position d’un parti aux dimensions nationales. Nos adversaires le savent et nous redoutent. C’est d’ailleurs pour cette raison que le pouvoir Kabila a organisé une mascarade, pour nous arrêter. Ils connaissent notre force réelle. A ce stade, il est trop tôt de parler de candidature unique ou de se ranger derrière qui que ce soit. Les nouveaux venus doivent se frotter d’abord aux réalités de l’Opposition avant de prétendre se hisser au sommet.3. La révision constitutionnelle a vécu. Est-ce que vous vous êtes résigné en vous rangeant derrière la position ainsi décidée par la Majorité ?

Nous sommes contre la révision constitutionnelle. Nous lutterons jusqu’au bout. Ce que la Majorité a fait, c’est une mascarade. Présentement, nous nous tenons debout pour veiller sur la loi électorale. Les violations de la Constitution sont régulières. Ils doivent laisser la loi électorale comme telle. Le rapport d’activité de la CEI est-il transmis au parlement comme le veut la loi ? Ce sont des violations flagrantes, mais personne n’en parle. Au lieu de créer des tensions politiques inutiles, en opérant des passages en force, le président Kabila qui totalise déjà dix ans à la tête de l’Etat devra savoir que l’Opposition se prépare à l’affronter lors des élections qu’il va perdre. Tout ce qu’il fait, ce sont des manœuvres qui risquent de perturber le processus. Je lui conseillerai même de ne pas se présenter pour créer des conditions d’une élection démocratique et apaisée.4. Comment pouvez-vous conseiller à Joseph Kabila de ne pas se représenter ? Vous avez donc peur de son bilan qui est largement positif ?

Le bilan des 5 chantiers est là. L’insatisfaction est généralisée : pas d’eau potable, l’électricité est un luxe, le transport en commun est inexistant. Il suffit de longer le boulevard Lumumba pour se rendre compte du calvaire enduré par nos compatriotes pour se rendre aux lieux de travail ou rentrer à domicile. La corruption a atteint des degrés insoupçonnés : où sont les 10 millions USD de l’Okimo, les 26 millions USD du changement Airtel-Zain ? Logés dans des comptes des privés.5. Pourquoi n’avez-vous pas condamné l’attaque de la résidence du président de la République ?

Nous allons condamner quoi ? Nous sommes au courant de rien sur cette attaque de dimanche à GLM. Ce n’est pas avec l’amalgame de Mende que nous allons nous prononcer. Personne ne connaît la vérité sur cette attaque. Avant de condamner, il faut connaître la vérité. Pas celle de la cacophonie de Mende. C’est insensé de cacher la vérité au peuple. Le pays est réduit trop bas. Il faut que ça change.http://www.lepotentiel.com/afficher_article.php?id_article=107433&id_edition=7062

LIRE AUSSI, SUR LE MEME SUJET

DIOMI NDONGALA :« L’Opposition Politique a toutes les chances de gagner les élections »

LA REFERENCE PLUS, 04/03/2011

https://fsddc.wordpress.com/2011/03/06/diomi-ndongala-%c2%ab-l%e2%80%99opposition-politique-a-toutes-les-chances-de-gagner-les-elections-%c2%bb/

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :