Aller au contenu principal

CONGOLAIS « indignés » !!!

Les Congolais retrouvent (enfin) la capacité d’indignation

 


La carte de la RD Congo aux couleurs de l’emblème national.

«Indignez-vous !», c’est le titre de l’opuscule à succès écrit par l’ancien diplomate français Stéphane Hessel. Celui-ci y invite les femmes et les hommes de la terre entière à ne pas se taire face à l’inacceptable. Pour lui, le combat doit avoir pour but «l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale» afin que l’intérêt général prime sur l’intérêt particulier. L’ouvrage de l’ambassadeur Hessel est un véritable hymne aux valeurs humanistes. A savoir notamment, la justice, la liberté, l’égalité et la solidarité. Des valeurs censées servir de repères à toute société humaine.

Des événements récents laissent apparaître que les Congolais du Congo démocratique paraissent décidés à rejoindre le camp des «indignés». Ils n’entendent plus «accepter l’inacceptable» en courbant l’échine face aux abus et à l’incompétence de leurs dirigeants. Aussi commencent-ils donner de la voix face à un pouvoir politique qui prétend détenir la vérité.

Le 4 juillet dernier, des militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) ont organisé un sit-in devant le siège de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Le secrétaire général de cette formation politique remettait au Bureau de la Ceni un mémorandum égrenant des irrégularités constatées dans les opérations d’enrôlement des électeurs. Un « combattant » de ce parti, Serge Lukusa, a perdu la vie, par suffocation, lors de cette manifestation réprimée par la police. Cette répression n’a pas découragé les membres de l’UDPS. Bien au contraire. Le vendredi 8 juillet, ils ont manifesté à nouveau devant les bureaux de la Ceni en brandissant la dépouille de leur camarade. Objectif : confondre le ministre de la Communication qui niait l’existence de victime. Il faut saluer le courage des militants de ce groupement politique. Ils ont montré le chemin de la liberté. Un chemin périleux qu’on ne peut emprunter sans risques ni sacrifices.

Le dimanche 21 août, suite à une «initiative citoyenne» de l’association «SOS Kinshasa», les Kinoises et les Kinois ont manifesté «pacifiquement» leur colère face à l’impéritie de la Société nationale d’électricité (SNEL) à assurer à la population la jouissance du courant électrique 24 heures sur 24. A cette occasion, certains avaient allumé des bougies. D’autres, tambourinaient sur des casseroles pour chahuter non seulement l’incompétence de la direction de la SNEL mais aussi l’incapacité des pouvoirs publics à améliorer la qualité de la vie quotidienne.

Au Katanga, les épouses des agents grévistes de la Société nationale des chemins de fer du Congo ont déboulonné la voie ferrée aux environs de la ville de Kamina. La nouvelle a été relayée dimanche 28 août par Radio Okapi. Peu importe que ces « Mamans » aient bénéficié de l’«expertise» de leurs époux qui réclament deux mois de salaires impayés. Elles n’ont pu trouver que ce geste pour exprimer leur désespoir face à un pouvoir autiste. Arrogant.

La semaine dernière des journalistes ont manifesté contre le député national Yves Kisombe. Il est reproché à ce parlementaire d’avoir tenu des propos innommables à l’endroit d’une journaliste. A l’initiative de l’association
«Journalistes en danger» (JED), les «chevaliers de la plume» ont fait une démonstration de force sans précédent en allant crier leur indignation au Parlement où ils ont remis un mémorandum au président de l’Assemblée nationale.

Samedi 27 août, la télévision nationale congolaise (Rtnc) a diffusé l’émission «Fauteuil blanc». Le gouverneur de la province du Bas-Congo, Simon Mbatshi Mbatsha, était l’invité. Plusieurs journalistes se sont succédés pour interroger ce dernier notamment sur le bilan des «Cinq chantiers» dans sa juridiction en soulignant l’intérêt de la population sur les questions relatives à la pénurie d’eau et d’électricité. Le gouverneur a préféré, lui, mettre l’accent sur le secteur «infrastructures». Un secteur dont l’importance n’est certes pas à nier. Sauf que l’eau et l’électricité présentent un intérêt vital pour l’homme. Cette réalité paraît ignorée par les gouvernants.

Depuis l’accession du Congo à l’indépendance, les dirigeants politiques ont la fâcheuse manie de traiter la population avec le plus grand mépris. Les pouvoirs publics ne s’efforcent guère à identifier les problèmes clés pour donner des réponses efficaces. Des réponses conformes aux attentes sociales. Est-ce parce que les faiseurs des rois se trouvent à l’extérieur?

En privilégiant le «volet infrastructure» de «ses» «cinq chantiers», le président sortant «Joseph Kabila» s’est tout simplement trompé de priorités. Il a fait preuve d’ »illétrisme politique » en perdant de vue que l’Etat n’a qu’une seule finalité : l’Homme. Le bien commun. Tout Etat qui ignore cette réalité ne mérite aucun respect.

A la lumière de ce tableau, la tentation est forte de conclure que les résultats des consultations politiques à venir pourraient surprendre. Et ce, aussi bien en ce qui concerne la présidentielle que les législatives. La population congolaise semble faire preuve de conscience politique. Elle est décidée à introduire la culture de rendre compte dans les mœurs politiques du pays. Elle entend le faire savoir en clamant, à l’avenir, son indignation…

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2011

Publicités

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :