Aller au contenu principal

« THE GUARDIAN » DENONCE LES CONNIVENCES ENTRE LE MILICIEN MORGAN ET L’ARMEE EN PROVINCE ORIENTALE, OU ONT ETE RECENSEES 229 VICTIMES D’ATROCITES DES MAI MAI MORGAN

République démocratique du Congo de la faune du braconnageRangers du parc Benjamin Kalimutima Lulimba trouve le crâne d’un éléphant tué pour son ivoire dans la forêt tropicale de l’Ituri, en République démocratique du Congo. Photo: Francesca Tosarelli

La maison de gardien

traduction libre  via google translator

L’or et le braconnage apportent la mort  et l’extinction de la faune protégée dans les reserves naturelle

De puissants appuis au sein des forces de sécurité accusés de complicité dans les attaques brutales des milices en République démocratique du Congo

Tôt un dimanche matin, l’été dernier, les villageois de Epulu se sont réveillés au son des coups de feu et des cris. Dans la partie orientale de la République démocratique du Congo , un autre cycle de la violence et assassinats ethniques est en cours. Mais cette fois-ci, cependant, quelque chose d’encore plus horrible était en train de se tramer.

Le village a été attaqué par une milice redoutée. Dans ce cas, les hommes armés étaient motivés non par des rivalités tribales, mais par la convoitse de la  terre, de l’or et de l’ivoire. Le village est situé à l’intérieur d’une réserve naturelle dans la forêt d’Ituri, une région couvrant 5,000 miles carrés qui est censé être hors de portée des chasseurs et des chercheurs d’or. La milice, dirigée par un braconnier d’éléphants ancien appelé Paul Sadala (alias Morgan), a terrorisé les communautés à l’intérieur de la réserve depuis 2012, en employant des méthodes brutales même selon les normes macabres de cette partie du monde.

« Les attaques étaient absolument terrifiant », a déclaré Justin Oganda, un représentant des résidents de Epulu qui restent déplacées à Mambasa, à environ 50 miles de là. À la fin de ce jour de Juin, les miliciens avaient tué, violé, brûlé les gens en vie et même mangé la chair et le cœur de l’une de leurs victimes. « Pour avoir tué tant de gens, de les brûler vifs, le cannibalisme … Mentalement ils ne peuvent pas être normaux, » Oganda ajouté.

Comme toujours avec le Congo, ce n’est pas seulement une simple histoire de victimes et les méchants. Sadala, qui porte le nom de guerre de Morgan, et ses «Maï Maï Morgan »  sont des hommes armés censés avoir des puissants appuis au sein des forces de sécurité qui permettent à leur commerce lucratif illégal de l’ivoire et de l’or en contrebande. Certaines personnes locales qui s’occupent de trafiques de l’or tacitement soutiennent Morgan, qui a également  aime se faire appeler « Chuck Norris ».

« Il ya une complicité entre [Morgan] et certains éléments au sein de l’armée », a déclaré Jefferson Abdallah Pene Mbaka, le député de Mambasa. «Avec le soutien des autorités militaires de certains [Maï Maï Morgan] ont intensifié leurs activités de braconnage. La vente de l’ivoire est organisée en gros dans l’armée. » Beaucoup de gens dans la région estiment que les soldats ont l’ordre de ne pas arrêter Morgan.

Objectifs principaux de Morgan sont ceux qui exploitent et surveillent le site érigé par l’Unesco au rang de patrimoine mondial reconnu connu sous le nom Okapi Wildlife Reserve, ou par son acronyme français, RFO. Les lois de la réserve interdisents la chasse des espèces en voie de disparition , notamment éléphants et les okapis ainsi que l’exploitation de ses réserves d’or.

Le siège de rangers du parc est à Epulu, le village ciblé dans la dernière attaque . « Leur but était de tuer tous les gardes, mais la plupart d’entre nous se sont échappés», a déclaré le capitaine Benjamin Kalimutima Lulimba, un  gardien de parc à Epulu. « Ils ont assassiné deux gardes, Fiston et Badus, et la femme d’un garde appelé Amisi. Ils ont ligoté Badus et la femme Amisi,ils les ont mis à l’intérieur d’un pneu et brûlés vifs. Ensuite, ils ont coupé et mangé une partie de la jambe de Fiston, et ils ont coupé  son cœur et ils l’ont mangé. « 

Un groupe de miliciens s’est dirigé vers le zoo okapi dans les zone de résidence des  rangers. Le zoo a été créé il y a 25 ans pour abriter un petit nombre des timides okapis , des animaux  menacés qui sont d’ailleurs l’image familière de  la faune diversifiée du Congo. Les hommes de Morgan ont abattu  13 des 14 okapisdu zoo et blessé le 14ème si gravement qu’il est décédé plus tard de ses blessures. Pour Rosmarie Ruf, un écologiste avec Gilman International Conservation (GIC) et co-fondateur du zoo, ce fut la fin brutale d’une vie de travail. «Vingt-cinq ans de travail se sont évanouis », a déclaré Ruf, assis à quelques mètres de la cloture  vide  des okapi situé pres de  la rivière Epulu . « Tous ces efforts, tout cet argent. C’est ma vie qui a été aneantie… Je ne veux pas dire que nous sommes en ruine, mais ici, maintenant, je suis debout devant le vide. »

Certaines personnes soupçonnent Morgan d’avoir vendu le butin de sa barbarie à  280 miles  au sud-ouest d’Epulu à l’armée congolaise. À la fin de 2012, le groupe d’experts des Nations Unies sur le Congo a publié un rapport qui accuse général congolais, Jean-Claude Kifwa, ( un proche de Kabila) et positioné dans la capitale provinciale, Kisangani, de donner «armes, de munitions, des uniformes et des équipements de communication aux Maï Maï Morgan en échange d’ivoire » .

Kifwa a vigoureusement nié tout lien avec la milice, mais l’un des combattants de Morgan, capturé et détenu dans la prison de la capitale du district, Bunia, a confirmé le commerce avec  Kisangani. « Morgan a envoyé or et d’ivoire à Kisangani et nos armes venaient de là », a déclaré Basomaka Abundu, qui ont participé à l’attaque de Morgan sur Mambasa en Janvier.

Malgré la brutalité de ces attaques, certains habitants des réserves expriment une certaines sympathie pour Morgan, et certains sont même avouer le soutenir. «Je suis derrière Morgan », a déclaré un jeune de 18 ans dans un petit village non loin de Epulu qui a refusé de donner son nom. «Grâce à la présence de  Morgan ici les gardes ne peuvent pas patrouiller et nous sommes libres de creuser pour chercher l’or. Mais je ne soutiendrait plus s’il venait ici pour  brûler nos maisons. »

La plupart des gens, cependant, ont une position plus nuancée, en disant que, bien que révolté par ses méthodes, ils soutiennent sa volonté affirmée de voir la taille de la réserve réduite afin de donner davantage de droits accordés aux habitants pour  chasser et creuser comme ils veulent.

«La forêt est l’endroit où nous trouvons ce dont nous avons besoin pour survivre», a déclaré Matope Mapilanga, le chef d’une communauté pygmée sur le bord de la réserve. «[Les autorités du parc] ont réduit notre terre, il y a maintenant une partie de nos terres où nous  ne pouvons pas accéder.Cela s’est aggravé au cours des dernières années, depuis la RFO  (le parc des Okapi) est devenu plus grand. Nous aurions préféré que les gens de l’OCR ne s’installent pas dans notre forêt. Nous nous sentons peu considérés par les grandes organisations non gouvernementales et les gardes forestiers, quant à eux,  ont privilégié les animaux sur le peuple.  »

Les écologistes ne sont pas convaincus, cependant. «Les gens qui se disent être en faveur Morgan sont tout simplement ceux qui veulent creuser l’or et exploiter le bois», a déclaré Robert Mwinyihali, le chef de projet pour la Wildlife Conservation Society (WCS) travaillent dans la forêt d’Ituri. WCS a apporté un soutien financier pour les gardes du parc et l’action de l’Autorité de la faune congolaise dans la réserve. « Il y a des lois au Congo sur l’exploitation des ressources», a déclaré Mwinyihali. «Ces gens peuvent respecter ces lois, ou ils peuvent les ignorer en commettant  des actes criminels. »

Le soutien WCS et GIC pour les gardes du parc a mené aux accusations selon lesquelles ils sont aussi responsables de la militarisation du conflit. Cependant, Mwinyihali dit que le plus gros problème était l’absence d’intervention efficace de l’État congolais, ce qui veut dire les ONG et les gardes du parc ont dû remplir des rôles qui devraient être la responsabilité du gouvernement: par exemple, la nécessité objective pour les gardes armés de poursuivre Morgan. Bernard Iyomi Iyatshi, le directeur des gardes du parc, se plaint d’un manque de fonds publics pour ses opérations anti-braconnage.

Mwinyihali a également accusé le gouvernement congolais de faire peu pour de concilier les autorités du parc et les communautés locales. Comme le  ressentiment mutuel et l’incompréhension grandit, Morgan et d’autres groupes armés sont en mesure d’exploiter l’atmosphère toxique et poursuivre leur braconnage, l’exploitation illégale de l’or  et les attaques sauvages.

« Il n’y a pas d’emplois créés par les investissements du gouvernement ici», a déclaré Mwinyihali. « Cela a conduit à cette crise, où les gens n’ont pas d’autre choix que la recherche de l’or. Cela conduit au conflit avec les autorités du parc et de cela il y a  seulement un petit pas  à parcourir pour  pousser les personnes qui prennent les armes  à rejoindre les milices. »

En dépit d’être un membre du parti au pouvoir, Mbaka est un critique virulent de la politique du gouvernement, ou l’absence de celui-ci, dans la région. « Certes zones du parc sont inaccessibles, il n’y a tout simplement pas des infrastructures», at-il dit. «C’est un véritable scandale, il y a là une véritable  richesse potentielle inexploitée ici. A cause de cette absence de l’Etat il est difficile de suivre et d’arrêter des hommes comme Morgan. »

Même si Morgan est arreté, les gens craignent que ses soutiens puissants dans l’armée puissent trouver une autre milice instrumentalisée pour  poursuivre le braconnage et l’exploitation abusive  de l’or.

De retour à Mambasa, Justin Oganda reflechit profondement lorsqu’on lui a demandé ce qui pourrait résoudre la crise. « Vraiment, nous devons faire tout pour  décourager les marchés internationaux de l’ivoire et de l’or de contrebande», at-il dit. « Ce serait utile. Faute de quoi, ces groupes armés continueront à venir à tuer les animaux et de prendre les minéraux. »

Braconnage

La croissance du commerce mondial de l’ivoire a eu un impact dévastateur sur la population d’éléphants d’Afrique. Une estimation 17.000 éléphants ont été tués pour leur ivoire par des braconniers en 2011, et bien qu’il n’existe pas de statistiques définitives pour 2012, le braconnage est  éstimé à la hausse.

Le 14 Mars dernier,  la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (Cites)  a émis un avertissement aux huit pays les plus fortement impliqués dans le commerce de l’ivoire; ils ont jusqu’en Juillet 2014 pour formuler et mettre en œuvre des plans visant à réduire le commerce de l’ivoire sous peine de sanctions.

Les pays fournisseurs désignés sont l’Ouganda, le Kenya et la Tanzanie, mais le problème en République démocratique du Congo est plus grave. La population d’éléphants dans l’est du Congo a diminué d’environ 50% au cours de la dernière décennie en raison du braconnage et les conflits dans la région.

Environ 70% pour cent de l’ivoire d’éléphants d’Afrique abattus va en Chine, un autre des pays mis en garde par la CITES. Le prix de l’ivoire a explosé. Cites indiqué que le prix a plus que doublé entre 2004 et 2010, passant d’environ 300 $ à 700 $ (198 £ à £ 462) le kilo. Une enquête de l’Associated Press en 2010 a révélé que l’ivoire était vendu en Chine au prix de  1800 $ le kilo.

L’okapi,  en voie de disparition et protégé,  est également chassé dans la forêt d’Ituri. Rosmarie Ruf, de Gilman International Conservation, estime que dans les années 1990, il y avait 5,000 okapis dans la forêt tropicale. Dix ans plus tard, ce chiffre était tombé à 3.400. La population actuelle n’est pas connue mais une baisse similaire dans les 10 prochaines années serait désastreuse pour la survie de l’espèce.

Recherche pour cet article a été financée par le Centre Pulitzer

***********************

SUR LE MEME SUJET, RADIO OKAPI DENONCE CECI:

RDC: 229 victimes d’atrocités de la milice de Morgan identifiées à Mambasa

publié il y a 20 heures, 32 minutes, |  Denière mise à jour le 1 avril, 2013 à 11:13    |   sous Actualité, La Une, Province Orientale, Sécurité. Mots clés: , , ,

<!–

Tweet
!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0];if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src= »https://platform.twitter.com/widgets.js &raquo;;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, »script », »twitter-wjs »);

window.___gcfg = {lang: ‘fr’};
(function() {
var po = document.createElement(‘script’); po.type = ‘text/javascript’; po.async = true;
po.src = ‘https://apis.google.com/js/plusone.js&rsquo;;
var s = document.getElementsByTagName(‘script’)[0]; s.parentNode.insertBefore(po, s);
})();

–>

 
Un milicien dans l'Est de la RDC.Un milicien dans l’Est de la RDC.

Un milicien dans l’Est de la RDC.

Des enquêteurs judiciaires venus de Bunia ont recensé deux cent vingt-neuf victimes de viols, tortures, meurtres et pillages à Mambasa, territoire situé à plus de 160 km au Sud-Ouest de Bunia, dans la Province Orientale. Les enquêtes visaient à connaitre les atrocités commises par le chef milicien Paul Sadala alias Morgan et ses hommes qui attaquent, depuis le 12 mars 2012, la population civile lors de différentes incursions à Mambasa-centre et dans plusieurs localités de ce territoire.

D’après l’auditeur de garnison militaire de l’Ituri, Kumbo Ngoma, les auditions de 229 victimes confirment 168 cas de pillages, 36 cas de viols, 12 cas de meurtres et 13 cas de tortures.

Ces enquêtes judiciaires, menées par une commission mixte composée des auditeurs militaires et de la police, ont été dirigées par l’auditeur militaire de garnison de l’Ituri avec l’appui du bureau de la Monusco à Bunia.

Les enquêteurs se sont rendus sur les différents lieux de crimes, notamment à Mambasa-centre, Nia Nia, Mabukusi, Epulu, Biakato et autres. Deux femmes violées ont été confiées à l’ONG Sofepadi basée à Bunia pour des soins médicaux, a indiqué Kumbo Ngoma. Il a promis que des juges se déplaceraient de Bunia pour Mambasa afin d’organiser des audiences sur ces allégations.

Cette initiative a été saluée et encouragée par la société civile et les opérateurs économiques locaux. Ces derniers ont sensibilisé la population pour livrer leurs témoignages à cette commission d’enquête.

Les hommes fidèles à Morgan avaient occupé, dimanche 6 janvier matin, la cité de Mambasa avant d’être délogés par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC)  aux termes de violents affrontements. Quatorze personnes avaient été tuées et une  trentaine autres, blessées. Ces combats avaient occasionné des pillages et des milliers des déplacés.

Lire aussi sur radiookapi.net

http://www.guardian.co.uk/world/2013/mar/31/gold-poaching-murder-congo-wildlife

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :