Aller au contenu principal

Discours de Barack OBAMA : Une arme pour l’alternance politique en Afrique

Discours de Barack OBAMA : Une arme pour l’alternance politique en Afrique

Font size: Decrease font Enlarge font
image Barack HUSSEIN OBAMA

 

Nous saluons le discours du président américain Barack Obama prononcé ce lundi 28 juillet devant cinq cent jeunes entrepreneurs africains ayant achevé pendant un mois un programme de formation rebaptisé  » Mandela Washington Fellowship for young African Leaders « . Le président américain a saisi les principaux enjeux du continent africain. Certes ce discours se situe dans la continuité du rôle de leadership américain qui souhaite inscrire son aide, son partenariat avec l’Afrique dans un contexte de bonne gouvernance démocratique. Ce speech perçoit le continent africain tel qu’il devrait être, un monde où les espoirs sont permis, les aspirations des peuples doivent compter, et faire l’objet des préoccupations des dirigeants africains. C’est vrai, ce discours est Agir par les effets que produisent les faits langagiers. Le président Barack Obama a demandé aux jeunes africains de lutter contre les travers de certains dirigeants africains. 

Certes l’Afrique se trouve plongé aujourd’hui dans des remous de tripatouillage constitutionnel. D’ici 2017, beaucoup de pays africains auront des élections présidentielles : Namibie en novembre 2014, Burundi en juin 2015, Tanzanie en octobre 2015, Burkina Faso en novembre 2015, Benin en mars 2016, Congo Brazzaville en juillet 2016, Rdc en décembre 2016, Rwanda en juillet 2017, Liberia en novembre 2017. Dans les pays suivants : Burundi, Burkina Faso ,Bénin, Congo Brazzaville , Rdc, Rwanda, les dirigeants se mobilisent pour déverrouiller le verrou qui les oblige à respecter le nombre de leurs mandats. Le discours de Barack Obama est porteur d’une nécessité pour les jeunes africains à s ‘ engager. Le président américain redonne aux jeunes entrepreneurs africains responsabilité de la charge de mandat de leurs dirigeants. Il repartit les tâches sur leurs épaules.

L’alternance politique

 » …un dirigeant qui s’accroche longtemps au pouvoir ,à la fin le dirigeant agit pour durer et non pour ce qui concerne le pays. Et ne vous laissez pas duper par la notion selon laquelle il y aurait une voie africaine.Faire les choses à l’africaine ce n’est pas arriver au pouvoir et d ‘ un coup avoir deux milliards de dollars sur un compte en banque en Suisse « .

Depuis plus de vingt ans nous faisons du thème de l’alternance politique notre cheval de bataille. Souvent on dit il n’y a pas de démocratie sans alternance politique. Aujourd’hui quelle est l’importance que revêt cette expression? L’alternance politique est une indispensable réalité politique parce qu’elle évite le retour à la personnalisation du pouvoir. Or nous ne cessons d’étayer que l’alternance politique permet d’intégrer deux conditions nécessaires à la consolidation de la démocratie :

1. le renouvellement des élites au pouvoir,

2. la continuité des institutions et politiques publiques.

Mais dans le cas de la Rdc , les élites au pouvoir participent largement au discrédit du pays. Et dans la société congolaise il y a souvent un grand rejet des élites et vous entendrez des gens dire : « ce sont les élites qui ont détruit ce pays « . Des faits illustrent leurs conduites des affaires en menant des politiques contraires aux intérêts du peuple. Raison pour laquelle dans mon ouvrage publié en 1994, l’accent a été mis sur la nouvelle génération politique. La clé de la réussite de l’alternance politique réside en l’Etat d’esprit des nouveaux dirigeants. Sinon on ne réussit pas le décollage, c ‘ est comme on  » déshabille Pierre pour habiller Paul « . Pierre Mendes disait :  » La démocratie est d’abord un état d’esprit. En vérité il n’y a pas de démocratie sans démocrates. De quoi est fait cet état d’esprit? Avant tout d ‘ un intérêt profonf pour le destin de la communauté à laquelle on appartient.  »

De la bonne gouvernance

Le président Barack Obama est revenu sur ce thème porteur des valeurs qui circulent dans le monde d’aujourd’hui sans distinction des races ou des peuples voire des continents.

 » Sans bonne gouvernance on ne peut réussir. On ne peut pas faire des affaires sans être le fils de tel président…  »

Selon l’IT Governance institute ,il y a quatre principes fondamentaux sur lesquels repose la bonne gouvernance : la responsabilité, la transparence, l’Etat de droit et la participation. La bonne gouvernance veille donc au respect des intérêts des  » ayants droits  » à savoir les citoyens ,les pouvoirs publics, les partenaires et les actionnaires.

Enfin le discours de Barack Obama est un message fort lancé contre les dirigeants africains qui gardent le pouvoir éternellement et en font d’une chasse gardée. C’est vrai que ces résistances à l’alternance politique effective par une nouvelle génération politique démontrent un ensemble des déficits politiques des présidents africains et une obsession aveugle d’enrichissement sans oublier la peur du juge. Pour les jeunes congolais, le discours du président américain leur redonne la responsabilité de prendre en main leur destin.Le glas a sonné. Il nous appartient somme toute de nous engager pour en finir avec Mr Joseph Kabila.

[Professeur Florent Kaniki]

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :