Aller au contenu principal

Un plaidoyer bancal pour la révision de la constitution en RDC : La médiocratie étale toutes ses laideurs /TEMPETE DES TROPIQUES

MICHELLE

30 07 14 La Tempête des Tropiques – Un plaidoyer bancal pour la révision de la constitution en RDC : La médiocratie étale toutes ses laideurs.

Il n’y a guère longtemps les apparatchiks du PPRD et leurs alliés de la plateforme MP au pouvoir se gardaient d’avouer qu’ils tenaient absolument à modifier la constitution pour permettre au président Joseph Kabila de se maintenir à l’expiration de son second et dernier mandat en cours, en révisant arbitrairement certaines dispositions constitutionnelles expressément verrouillées.

Ils prenaient toutes les accusations et critiques qu’on leur faisait pour des spéculations infondées, des supputations gratuites, des suppositions ridicules, des imaginations inconsidérées bref, de purs procès d’intention en règle faits par des opposants jaloux de Joseph Kabila !

Le chef de l’Etat passera le témoin de manière civilisée, avait déclaré le porte -parole Lambert Mende Omalanga. Nous sommes encore loin de 2016 et il n’est pas normal d’envisager le départ du président Joseph Kabila qui a son programme à réaliser pour le bonheur du peuple congolais, disait-il.

La constitution sera respectée, semblaient-ils promettre. On a d’autres chats à fouetter en faveur du peuple que de parler constamment de l’échéance de 2016, réagissait-on dans les sphères de l’establishment.

Mais tous ceux qui tenaient ces discours et propos peu convaincants n’ont pas tardé à jeter le masque et à dévoiler leurs batteries. La preuve en est la prise d’assaut des chaînes de tv locales par des officiels et des nomenklaturistes du pouvoir actuellement, avouant clairement qu’ils vont réviser certaines dispositions de la constitution.

Peu avant que le parlement n’aille en vacances le 15 juin dernier, le gouvernement a déposé au bureau de l’Assemblée nationale, une série de projets de loi de révision des articles bien déterminés de la constitution, l’essentiel étant la modification du mode d’élection des députés provinciaux qui passe du suffrage universel direct au suffrage indirect par des élus locaux (municipaux, communaux) et de fil en aiguille l’élection indirecte du président de la République par les députés nationaux, au lieu que ce soit directement par le peuple dans l’ensemble du territoire national.

Le ministre de l’intérieur Muyej déclare ouvertement devant la presse que la révision de la constitution est officiellement à l’ordre du jour. Le président de l’Assemblée nationale et secrétaire général de la mouvance présidentielle (MP) Aubin Minaku tient une conférence de presse au cours de laquelle il souligne la nécessité de révision de la constitution à laquelle le gouvernement tient beaucoup et qui doit absolument avoir lieu.

Assemblage de mots et propos creux 

Cette conférence de presse est actuellement balancée à plusieurs reprises par nombre de chaînes de tv émettant à Kinshasa. D’autres cadres obscurs du PPRD et de la MP qui ne sont jamais en reste, rivalisent aussi de zèle pour s’ériger en propagandistes de la révision de la constitution. Il y a même un personnage drolatique qui fait particulièrement du zèle et prétend avoir déjà réuni des milliers de signatures favorables à la révision de la constitution. Ils montrent tous clairement aujourd’hui qu’il n’y avait pas de spéculations infondées, de supputations gratuites, de suppositions ridicules, d’imaginations inconsidérées : bref de procès d’intention en règle faits par des opposants jaloux de Joseph Kabila.

Mais quel genre de plaidoyer développent-ils pour étayer la révision de la constitution ?

Un plaidoyer bancal, minable, un assemblage de mots et propos creux débités dans un raisonnement incohérent et absurde, truffés de contradictions et de paradoxes. Par ignorance pour les cadres obscurs, ou par malhonnêteté intellectuelles pour les officiels instruits, ils confondent la constitution actuelle de février 2006 votée par référendum, avec la constitution de la transition d’avril 2003 votée par la plénière du dialogue inter congolais à Sun city en Afrique reposant  sur l’Accord global et inclusif.

La constitution actuelle de février 2006 n’est pas celle de belligérants, comme ils cherchent vainement à le faire accroire, prétendant qu’elle doit être réadaptée au contexte actuel qui n’est plus celui de belligérance. Qu’ils se montrent quand même un peu sérieux et réfléchis.

La constitution de la transitoire du temps de belligérance était révolue dès la fin de la transition de la formule 1+4 et remplacée par la constitution actuelle de la République de février 2006.

On ne peut pas ne pas être écœuré par la médiocratie dans les sphères officielles, qui étale publiquement sans gène et sans pudeur toutes ses laideurs dont elle se prévaut en matière de stratagèmes politiques !

Le livre du bonze Evariste Boshab n’était pas une réflexion personnelle d’un intellectuel comme disaient les kabilistes coincés par des critiques des observateurs avertis, mais un travail commandé et financé par le pouvoir. Ce que le ministre de l’intérieur Richard Muyej et le président de l’assemblée nationale Aubin Minaku développent dans leurs points de presse n’est rien d’autre que la quintessence même du livre du bonze Evariste Boshab, à savoir la préoccupation de révision de la constitution. Quid alors d’une réflexion d’un intellectuel qui n’engageait pas le pouvoir ? 

Des révisions sur mesure 

Des révisions constitutionnelles sur mesure et sur commande, envisagées et opérées arbitrairement toujours à la veille d’un scrutin présidentiel. En 2006, l’âge majeur requis pour toute candidature à la magistrature suprême constitutionnellement fixé à 40 ans a été ramené à 30 ans pour faciliter l’éligibilité de Joseph Kabila qui était alors légalement hors concours. 

En 2011, on a réduit le scrutin présidentiel de deux tours à un seul tour parce que la recomposition du paysage politique avec le retour inattendu du leader charismatique de l’UDPS Etienne Tshisekedi bouleversait tous les calculs, il fallait miser sur un seul tour, réussir à manœuvrer bien pour des tripatouillages électoraux au profit du candidat du pouvoir.

Pour 2016, on remue ciel et terre pour que le mode d’élection du président passe du suffrage universel direct (par l’ensemble du peuple congolais) au suffrage indirect par les députés nationaux, un raccourci plus facile pour des raisons évidentes en faveur de Joseph Kabila.

Le plaidoyer développé pour la révision en 2006, 2011 et pour 2016 ne montre concrètement aucune inadaptation de la constitution au contexte de toutes ces étapes, si ce n’est l’adaptation arbitraire et illégale à l’éligibilité d’un candidat. 

Par JEAN N’SAKA WA N’SAKA

 

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :