Aller au contenu principal

LA « MEDIOCRATIE » CONGOLAISE

mediocratie.png

LA « MEDIOCRATIE » CONGOLAISE

Kinshasa et le reste de la RDC ne cessent de compter les morts, ces derniers jours: un douzaine fauchés dans les églises, une quarantaine, au moins, décédés à la suite des inondations causées par des fortes pluies. Cela n’arrive pas par hasard car un fil de sang lie ces événements tragiques:
celui de l’hémorragie déclenchée par la « médiocratie » qui nous gouverne.

La ville de Kinshasa est devenue un dépotoir à ciel ouvert et même la République de la Gombe ne déroge plus à cette réalité nauséabonde.

Les caniveaux de la ville, quand ils sont débouchés, ils se remplissent le lendemain, aux premières pluies, car les immondices et autres déchets sont rempilés juste à coté et il suffit une légère pluie pour que le travail de ceux qui ont nettoyé les sorties d’eau soit réduit à néant: personne ne s’occupe de ramasser ces déchets qui encombrent les routes pendant des semaines et qui retournent vite là où ils ont été retirés la veille, par négligence coupable, causant ainsi des inondations meurtrières.

Les bouteilles en plastique qui pourraient être facilement recyclées, remplissent nos fleuves et nos rivière et les quartiers populaires sont envahis par les immondices qu’aucun service de ramassage des ordures ne s’occupe d’évacuer. Des Ong obscures crées par les membres de famille du gouverneur engagent, à des salaires de faim au dessous du SMIG et sans sécurité sociale, quelques balayeurs voués aux souffrances de Sisyphe, en balayant quelques mètres carrés de routes par jour, avec des balais de maison, le macadam qui entoure encore les nombreux nids de poule des artères de Kinshasa: voilà le seul services public d’assainissement de la mégapole congolaise, qui compte plus de dix millions d’habitants.

Cet environnement crasseux et répressif rendent la vie des citoyens un enfer; pas étonnant que le choléra, la fièvre typhoïde et la malaria soient devenues presque plus meurtrière que les kalachnikovs des mercenaires à la solde du président honoraire qui ne veut pas partir, malgré ait épuisé le nombre et la durée des mandats constitutionnels (en admettant qu’il ait effectivement gagné les dernières élections présidentielles, ce qui reste toujours à prouver…).

Le gouverneur de la ville province de Kinshasa, le plus folklorique que la capitale congolais ait jamais connu, a partagé les services financiers et administratifs de la ville entre les membre de sa famille biologique, au point que pour offrir un minimum de services publics à Kinshasa, il n’ y a plus un seul franc congolais déchiré dans les caisses: l’exemple venant d’en haut, M. Kimbuta copie son chef et s’approprie des finances de la capitale, partageant ce qui reste avec les membres de sa famille biologique: cela ne vous rappelle pas les agissements de quelqu’ un d’autre, décrié par les enquêtes des Agences Bloomberg et Reuters ?
Comment comprendre que la route la plus abîmée de la Gombe soit celle qui abrite l’Hôtel de Ville?
Et qu’est-ce qu’on exige au gouverneur plus crasseux de l’histoire de Kinshasa, en échange de son impunité totale par rapport aux détournements de fonds, aux comptes bancaires parallèles des finances de la ville Province, aux largesses octroyées sans contrôle à femme, enfants et autres membres de famille?
Il lui suffit d’interdire et réprimer dans le sang toute forme de manifestation publique et voilà que son droit de s’approprier les caisses de la ville de Kinshasa est garanti, sans inquiétude et en toute impunité!

Même le conseiller spécial contre la corruption s’y est frotté, sans succès…le « haut sommet » est inamovible et intouchable, quelque soit le niveau de ses malversations et interdictions illégales.

Nous vivons en pleine médiocratie !

Kinshasa et le reste de la RDC continueront à compter leurs morts aussi longtemps que la médiocratie au pouvoir continuera à confisquer le pouvoir d’état par la force.

Disons « Non » à la médiocratie qui endeuille chaque jour des milliers de familles congolaises, en déclarant la guerre au peuple qui veut récupérer ses prérogatives constitutionnelles de souverain primaire, suspendues depuis 2016.

Son éminence le Cardinal Laurent Monsengwo a raison:
les médiocres qui animent notre « médiocratie » doivent partir, car la médiocrité tue en RDC.

Marc Mawete

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :