Aller au contenu principal

JADIS POUMON DE L’ECONOMIE NATIONALE, LE BAS-CONGO EST EN MAINTENANT EN FAILLITE: ENCORE UNE PREUVE DE L’ASSERVISSEMENT DES NEKONGO AU SEIN DE LA « KABILIE »

BAS CONGO

Sevré de ses teufs-teufs -aux- bilokos : Le Bas-Congo en voie de faillite

 


Les ports de Boma et de Matadi sont en voie de se noyer…financièrement. L’effet d’entraînement sur le Bas-Congo est inévitable. Le S.O.S vient cette fois de la FEC, principal patronat de la RDC.

Le Gouv du Bas-Congo, Jacques Mbadu, ne cache plus son ras-le-bol. Après les inquiétudes exprimées, quelques semaines plutôt, par le Gouv de la BCC. « L’interdiction d’importer des véhicules de plus de dix ans affecte les activités des banques… » avait déploré Deo Gratias Mutombo, qui s’est engagé, début mars 2014, à en faire part à la Troïka économique du gouvernement.
Des mois se sont écoulés. Jamais le sujet, si l’on s’en tient au compte-rendu fait à la presse au sortir des réunions hebdomadaires de la Troïka- n’a été abordé. D’ailleurs fin mars 2014, une vingtaine des véhicules présumés vieux de plus de 10 ans saisis aux postes frontaliers du territoire de Luozi, ont été immobilisés dans la cour du parquet général près la Cour d’appel de Matadi. Ces véhicules étaient en effet en attente soit d’être renvoyés au pays d’embarquement soit d’être expédiés à la casse. Une mesure que n’aurait vraisemblablement pas l’autorité provinciale. A Boma, les déclarants en douane ont encore en mémoire l’intervention énergique du Gouv dans l’affaire « Euro Cargo ». Ce navire qui, fin avril 2013, a, d’abord, été refoulé avec de centaines de véhicules, puis, rappelé pour accoster au port de Boma et y décharger ses véhicules d’occases.

Dans les rues cahoteuses de Matadi, l’homme de la rue croit ferme que le Bas-Congo paierait cash son choix politique. Ici Joseph Kabila n’a jamais recueilli plus de 20% des suffrages lors de deux derniers scrutins présidentiels.

Il y a peu, à la suite d’un nième anniversaire de Mme Olive Lembe, quidam, Ne kengo – que personne, en tout cas pas le Gouv ni l’assemblée provinciale du Bas-Congo n’a délégué- a présenté « des excuses du Bas-Congo au Chef de l’Etat ». Sur terrain, les récentes statistiques renseignent qu’avant la mesure d’interdiction, des gros navires ramenaient jusqu’à 1.400 véhicules dans les 45 jours à Boma. A ce jour, les bateaux n’amènent plus que 100 véhicules le trimestre. Pour la FEC/Bas-Congo, l’Etat ferait mieux de redynamiser le contrôle technique au niveau des postes frontaliers et abroger le décret du 2 octobre 2012 portant interdiction d’importer des véhicules ayant déjà roulé plus de 10 ans. D’ailleurs en marge de la dernière visite à Paris (France) de Joseph Kabila, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, avait laissé entendre, que le gouvernement reverrait le dit décret au regard de la mise en place des unités de contrôle technique notamment à Kinshasa. Hélas. Depuis mi-2013 que le décret est entré en vigueur, après un moratoire de deux mois, du 17 avril au 17 juin 2013, des importateurs, parfois depuis l’Europe, ont mûri des stratagèmes pour contourner le dispositif de contrôle mis en place au port Boma, principal port de débarquement des véhicules dans la partie Ouest du pays. La méthode d’importation du véhicule en pièces détachées dans des caisses pour être remontés par la suite étant complexe, la pratique de plus en plus en vogue consiste à dédouaner des véhicules d’occase à problème au port de Pointe-Noire au Congo-Brazzaville avant de les faire entrer au pays à partir des postes frontaliers du territoire de Luozi. Mais là aussi, le contour est laborieux. Et voilà qu’on revient au principal débarcadère d’Etat des véhicules. A Boma, au port, la corruption, est devenue compréhensible…salutaire pour la province. Car un teuf-teuf déchargé contient des « bill of cost »- des Bilokos en parler zaïrois-, des appareils électroménagers et autres biens dont la vente alimente le circuit économique du Bas-Congo. Il appert qu’à chaque guimbarde débarquée frauduleusement, agents DGDA et OCC recevraient un pourboire de 1.000 USD. Ce laxisme se fonde également sur un sentiment de «laisser-compte » qui monte dans la province. Sur les 1.795.040.756.577 FC des recettes à caractère national allouées aux provinces dans le budget 2014, le Bas-Congo a juste droit à 187.043.246.835 FC, soit 10,42%.
Contre par exemple 281. 821. 398. 783FC, soit 15,70% de l’allocation des provinces, accordés à Kinshasa. Pourtant la quasi-totalité des revenus des pétroliers producteurs prévus dans le budget de l’Etat en 2014, provient du Bas-Congo, soit 410,4 milliards de Fc, nettement 410.435 000 000FC. Et malgré son pétrole, Muanda ne compte que deux stations d’essence privées qui ferme dès 20 heures.

La population se ravitaille bien souvent dans les cités frontalières angolaises. Les produits pétroliers venus de Soyo angolais s’achètent d’ailleurs chez les revendeurs à la sauvette (Kadhaffi) moins chers, un peu plus de 1.000FC le litre contre près de 1500 FC à la pompe. Ici, COHYDRO, SNEL, REGIDESO connaît pas.

 

Quant aux recettes non fiscales encadrées par la DGRAD qui sont de l’ordre de 654,7milliards de FC (654 717 096 144FC), les assignations de la DGRAD/Bas-Congo, sont établies à 26.374.574.107,72 FC. En outre, sur les 2.456,6 milliards de FC précisément 2 456 599 330 291FC assignés à la DGDA, le Bas-Congo contribue pour près de 40%. La contribution de la province portuaire est cependant d’une proportion moindre pour la DGI dont les assignations 2014 sont de 1.958,6 milliards de FC, nettement 1 958 643 743 484FC. Le Bas-Congo ne perçoit pas des rétrocessions à la mesure de ses capacités de mobilisation des recettes d’Etat. Et ce, alors même que le pays Ne kongo va de mal en pis en dépit des projets porteurs de développement durable qui sont, ça et là, en cours. Notamment des cimenteries, des abattoirs ou encore des investissements de la firme chinoise basée à Hong Kong, Mesodi International Limited de quelque USD 2 milliards. Voici par ailleurs le check-up de la province brossée récemment, personnellement par le Gouv Mbadu. Plus ou moins 70%de la population ont un revenu annuel estimé à 138,6 USD (soit 11,55 USD par mois et 0,39 USD par jour), le taux moyen d’analphabétisme est de 29,5% soit 17% pour les hommes et 42% pour les femmes, l’espérance de vie à la naissance est de 50 ans pour les hommes et 52 pour les femmes. de manière spécifique, le taux de desserte électrique provinciale est de 12% tandis que celui de l’eau potable est de 36,5%. Le taux de couverture sanitaire est de 1 médecin pour 17.356 habitants ! 1 pharmacien pour 131.069 habitants ! Le pourcentage des ménages sans accès à l’eau potable est en moyenne de 68,5% dont 52% en milieu urbain et 85% en milieu rural. 90% de ménages occupent des maisons avec toiture en végétaux (surtout dans les Territoires de Kimvula, de Muanda et de Luozi). 90,3% de ménage occupent des maisons avec pavement en terre battue. Plus ou moins 2.000 km sur 13.474 km des routes de desserte agricole (soit14, 84%) sont praticables.
Le Bas-Congo ne vivote plus que grâce aux recettes de REPERE, équivalent de la DGRK de Kimbuta. Dont la nomenclature des redevances, droits et taxes tiennent à du menu fretin : impôt sur la superficie des propriétés bâties et non bâties, impôt sur les véhicules automoteurs, impôt sur les revenus locatifs, impôt personnel minimum et les taxes d’intérêt commun comme la taxe spéciale de circulation routière;- la taxe annuelle pour la délivrance de la patente; – la taxe de consommation sur la bière, l’alcool, le spiritueux et le tabac. Pour certains analystes, le Bas-Congo rappelle Detroit, cet Etat étasunien, qui a fait faillite.

pold levi

 

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :