Aller au contenu principal

RDC: Eugène Diomi saisit la Cour constitutionnelle /LA LIBRE AFRIQUE -MARIE-FRANCE CROS

la libre afrique 140218RDC: Eugène Diomi saisit la Cour constitutionnelle

DIOMI BANDEROLE 2 BIS

Par Marie-France Cros.

Le prisonnier politique Eugène Diomi saisit la Cour constitutionnelle pour qu’elle déclare inconstitutionnel le comportement du gouvernement Tshibala, qui le maintient en détention malgré une décision du Comité des droits de l’Homme de l’Onu – reconnu par Kinshasa – et la Constitution congolaise.

Eugène Diomi Ndongala est président du parti Démocratie Chrétienne (DC). Allié d’Etienne Tshisekedi,

il avait été la cheville ouvrière des protestations contre les fraudes massives qui avaient rendu « non crédibles » les résultats des élections présidentielle et législative de novembre 2011.

Il le paie très cher puisque il avait ensuite été accusé du viol de deux jeunes filles – inculpation largement dénoncée comme fabriquée de toutes pièces – et enlevé par les services de sécurité avant d’être détenu au secret de juin à octobre 2012; un mois d’ hôpital et deux mois de convalescence avaient suivi les mauvais traitements qu’il y avait subis. La plainte qu’il déposera en octobre 2012 auprès de l’Auditorat militaire contre les services de sécurité n’a été ni instruite ni même attribuée à un magistrat.

Procès expéditif

Le 8 avril 2013, il était à nouveau arrêté – de nuit et sans mandat – et, trois jours plus tard accusé d’être à la tête d’un mouvement insurrectionnel baptisé « Imperium » en vue d’assassiner le président Kabila et le Premier ministre de l’époque, Augustin Matata, en complicité avec un proche d’Etienne Tshisekedi. Preuves du complot: des bouteilles en plastique et une machette saisies chez Diomi. Une accusation si fantaisiste que les persécuteurs du député s’étaient repliés sur celle de viol – pour laquelle il avait été condamné à dix ans de prison par la Cour suprême en 2014, après un procès largement jugé expéditif.

Les droits de la défense avaient en effet été grossièrement violés, la défense n’étant pas autorisée à s’exprimer sur certains points, l’accusé et ses témoins n’étant pas entendus et aucun plaidoyer n’ayant été prononcé pour le défendre. En outre, il n’a eu aucun droit de recours.

La composition de la Cour n’était pas régulière non plus: seuls 5 juges étaient présents au lieu des sept requis pour juger un parlementaire. Et elle n’a rien dit de l’inexécution, par le parquet général, de ses propres ordonnances – au nombre de trois – d’assignation de M. Diomi à résidence, alors qu’il était maintenu en prison malgré un état de santé inquiétant.

Les présumées victimes, elles, avaient accumulé les contradictions sans que cela ébranle les juges: elles s’étaient montrées incapables de citer les écoles où elles étaient supposées être allées, de dire le jour et l’heure du présumé viol, avaient varié sur l’endroit où il avait eu lieu – le siège de la DC ou la maison familiale des Diomi – et comparaissaient avec de faux papiers.

« Harcèlement violent »

Les autorités congolaises ont également fait fi des protestations de l’Union interparlementaire contre le « harcèlement violent », de « caractère politique », auquel « Diomi Ndongala est soumis de longue date ».

Elles n’ont pas non plus donné d’autre suite qu’une promesse non tenue du ministre congolais des Droits humains à la décision du 4 novembre 2016 du Comité des droits de l’homme de l’Onu, qui condamnait la RDC dans ce dossier et exigeait la libération immédiate de Diomi. Une attitude qui renforce la conviction que la condamnation du député d’opposition est purement politique.

Eugène Diomi est cité parmi les prisonniers politiques emblématiques dont la libération ferait partie des mesures de « décrispation politique » prévues par l’Accord de la Saint-Sylvestre 2016 – accord dont les kabilistes n’ont jamais accompli leur part.

Marie-France Cros

https://afrique.lalibre.be/15249/rdc-eugene-diomi-saisit-la-cour-constitutionnelle/

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :