Aller au contenu principal

COMMUNIQUE DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE, DC, DU 01/01/2018: LES MARTYRS CHRETIENS NE SONT PAS MORTS EN VAIN

 

communique 010118 dccommunique du 010118 dc

logo dc
DEMOCRATIE CHRETIENNE, DC
Avenue Kasavubu, 7205 – Kinshasa-Bandalungwa- R.D.Congo
http://democratiechretienne.orgcontact@democratiechretienne.org


COMMUNIQUE DE LA DEMOCRATIE CHRETIENNE, DC, DU 01/01/2018:

LES MARTYRS CHRETIENS NE SONT PAS MORTS EN VAIN

Le Bureau Politique de la Démocratie Chrétienne, DC en sigle, tient à présenter ses condoléances les plus attristées aux martyrs de la répression militaire contre la marche pacifique organisée par le Coordination des Laïcs de l’Église Catholique le 31 décembre 2017.

Nos militants ont été aussi victimes de cette violence injustifiée: à l’Église St. Adrien, à Ngaba, à Binza UPN, à l’église St. Alphonse de Matete et d’autres paroisses dans la ville de Kinshasa.

L’action militaire menée contre les fidèles chrétiens a porté atteinte à leurs symboles sacrés avec le lancement de gaz lacrymogènes dans les églises et l’ l’occupation militaire des enceintes des lieux sacrés, qui ont fait croire aux victimes de ces actes de violence gratuite, que l’état congolais avait déclaré la guerre contre son peuple.

Le bureau politique de la Démocratie Chrétienne estime que l’interdiction de toute manifestation en RDC est contraire aussi bien à la Constitution de la RDC qu’aux traités internationaux souscrits par la RDC, comme le Pacte International Relatif aux droits civils et politiques.

Nous continueront à nous battre pour le respect des droits des citoyens congolais et pour qu’ils jouissent de toutes les libertés sanctionnées par la Constituions actuellement en vigueur en RDC.

La Démocratie Chrétienne félicite les Laïc Catholique pour leur engagement aux côtés de la population meurtrie par la privation de ses droits civils et politiques ainsi que pour avoir eu le courage de mettre la revendication de la décrispation politique au centre de leur action de la journée de la Saint-Sylvestre. A cet effet la DC rappelle à l’exécutif congolais en place son obligation à libérer les prisonniers politiques et d’arrêter de priver de liberté les citoyens congolais à cause de leur opinions politiques. Particulièrement, il lui incombe de libérer sans délai, le président national de la Démocratie Chrétienne, L’Honorable Eugène Diomi Ndongala, en application de la décision contraignante du Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies n° 2465/2014, qui l’a blanchi de toute accusation fantaisiste.

La Démocratie Chrétienne invite le peuple congolais à ne pas désespérer car nos martyrs ne sont pas morts en vain; nos prisonniers politiques ne sont pas privés de liberté en vain; les abbés, les religieuses arrêtés, tabassés ne se sont pas sacrifiés en vain.

Également, saluons-nous le courage des chrétiens qui ont bravé la peur et les chars de combat alignées devant leurs paroisses, marchant nombreux avec les symboles sacrés entre leurs mains, pour revendiquer le respect des engagements librement souscrits par le régime Kabila en décembre 2016, sous la médiation des Évêques de l’Église Catholiques, sollicités pour assumer la tache des bons offices par M. Kabila lui-même.

La Démocratie Chrétienne rappelle que la publication d’un calendrier électoral par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) ne constitue pas de garantie d’un processus électoral crédible, libre et démocratique sans le respect des libertés fondamentales des congolais. En effet, les graves faiblesses actuelles de l’état de droit en République Démocratique du Congo, le détournement des forces armées congolaises lourdement armées pour des prétendus actions de maintien de l’ordre publique, à l’occasion de manifestations pacifiques de chrétiens, prouvent qu’il n y a pas de processus de démocratisation en cours en RDC et que les pouvoirs d’état sont en train de basculer entre les mains d’un petit groupes d’individus qui gèrent les affaires de l’état sans se référer ni à la Constitution actuellement en vigueur, ni au respect des droits inaliénables des citoyens congolais.

Cela étant, nous rappelons à la majorité au pouvoir, qu’elle assume la pleine responsabilité des actes posés par les FARDC contre les citoyens congolais et que la l’interruption totale de l’ internet ou les sms, en RDC, montre clairement que le régime de M. Kabila veut réprimer militairement, à « huis clos », les droits fondamentaux du peuple congolais.

Jusqu’à quand les congolais doivent-ils continuer à vivre dans un état de siège permanent et non déclaré?

Vérité et Justice pour la R.D.Congo,

Pour la Démocratie Chrétienne, DC

Le Porte-parole,
Marc Mawete

 

 

 

 

 

Publicités
Aucun commentaire pour le moment

Commentaire :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :