Aller au contenu principal

Archives de

La corruption chasse les investisseurs

La corruption chasse les investisseurs

 
 
«Pourquoi les investissements en RDC continuent à piétiner ? » A cette question essentielle, Don DeoGracias Midagu a livré, au cours d’un entretien  mardi 3 mai 2011 avec Le Phare, les pistes de solutions de son organisation pour aider les pouvoirs publics à faire le lit d’un environnement qui soit propice à la pratique des affaires.
 
 D’entrée de jeu, Me Midagu a dénoncé les combines des décideurs politiques qui exigent qu’on leur octroie 20 à 40% du chiffre d’affaires de la nouvelle entreprise qui veut s‘établir. Et cela joue même sur la qualité des employés qui sont plus recommandés par des « parrains » que sélectionnés sur base d’un concours objectif. « C’est dès le premier contact que la corruption commence et on vous fait comprendre que sans nous vous ne pouvez pas vous établir. Ainsi on retrouve aujourd’hui ces gens comme actionnaires dans 5, 10 ou 15 entreprises alors qu’ils n’ont apporté aucun sous, tout simplement parce que le hasard a fait qu’ils se retrouvent à un poste de responsabilité dans le circuit de création de l’entreprise», a martelé Me Don Deo Midagu.

 

 A cela, il ajoute aussi la panoplie de taxes qui inondent notre univers économique. Pour gérer les problèmes liés à la tracasserie, conclut-il, bon nombre d’entrepreneurs ont choisi de se trouver un parapluie afin de les protéger. Des obstacles : trop de délais, de retards, d’intermédiaires, des textes anachroniques, obsolètes etc. « Des documents qui s’obtiennent en 45 minutes, prennent une éternité chez nous », regrette-il.
 Créée depuis septembre 2010, la Ligue pour l’amélioration de l’environnement des affaires( LAEA), s’est fixée, entre autres, comme objectifs de canaliser les actions en faveur de l’instauration d’un environnement des affaires qui soit de nature à imprimer une nouvelle allure à l’économie prospère, porteuse d’espoir et de possibilités pour tous. A sa tête depuis sa création. Don DeoGracias Midagu, croit fermement que le secteur-privé constitue le moteur du développement pour tout pays digne de ce nom, et qu’il y a lieu de soutenir et d’encourager sa croissance.
 A cet effet, souligne-t-il, la première porte officielle pour les investissements dans notre pays est l’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI).

En dehors de cette structure,  il existe des structures privées tenues par des Congolais qui canalisent des informations utiles au business. Cependant, il y a actuellement beaucoup d’obstacles, d’épines qui empêchent un investisseur sérieux de s’installer en RDC. D’où l’intervention de la Ligue pour aider les éventuels investisseurs à  concrétiser leurs volontés de faire des affaires en RDC.

« Nous récoltons les informations, les analysons et mettons en évidence des obstacles qui posent problème à l’environnement des affaires pour aider à la prise des décisions aux décideurs politiques et booster notre économie »

JRT

%d blogueurs aiment cette page :