Aller au contenu principal

RDC : « Joseph KABILA » referme son système sur Diomi NDONGALA pour le détruire /KONGOTIMES

RDC : « Joseph KABILA » referme son système sur Diomi NDONGALA pour le détruire

Font size: Decrease font Enlarge font
 page1 flyer diomi
Eugène DIOMI NDONGALA NZOMAMBU

C’est nouvelle expression de répression ou du matraquage des membres de l’opposition et des défenseurs des droits de l’homme qui s’installe au sein du système « tout pourri » de Mr Joseph Kabila. La judiciarisation des opposants et des activistes congolais devient de plus en plus comme une machine infernale que rien ne peut  arrêter et voire même comme  une  meute où les chiens sont lâchés pour déchiquiter leurs proies . Aujourd’hui on se sent bien meurtri par l’instrumentalisation de l’appareil judiciaire en Rdc et par  la politique incarnant  Joseph Kabila qui n’est que de la violence pour détruire les congolais. Nous assistons à une grande tragédie dans laquelle se  retrouvent les opposants et les membres de la société civile et le système se referme sur tous  ceux qui n’épousent pas la pensé  unique.

Cette judiciarisation à outrance contre Diomi Ndongala frise la cruauté , le désir d’anéantir quelqu’un jusqu’à l’enterrer. Jamais dans l’histoire du pays même si Mobutu était un dictateur, un président de la République comme Joseph Kabila  qui ne se reconnaît pas par essence d’  » Être  » un congolais jette en pâture avec cette façon qui porte gravement atteinte aux  droits de l’homme les gens qui osent le défier .Nombreux sont des congolais  présumés innocents sont considérés coupables avant d’être même jugé pour des affaires qui n’ont aucun rapport avec l’objet de  leur arrestation.

 Certes, Diomi Ndongala demeure  une victime d’une tentative  de judiciarisation ou d’instrumentalisation  de la justice à des fins politiques de Mr Joseph Kabila. Cette expression devient trop malsaine , voire nauséabonde quand on voit se réajuster une autre accusation judiciaire  dont la procédure n’ a pas été respectée.C’est une triste nouvelle , car Joseph Kabila joue un double rôle dans ce processus abracadabrant : il est le procureur  et le juge clandestin. Purgeant une peine de dix ans de prison déjà, des agents envoyés par le parquet ont tenté d’extraire 7 avril du centre pénitentiaire de Makala à Kinshasa Mr Diomi Ndongala  pour lui délivrer un mandat pour une seconde affaire .Son avocat , Maître  Patrick Mutombo  qui s’est rendu sur place a donc fait constater  la mauvaise santé de son client .Ironie du sort lui-même a été arrêté , mais relâché une heure après. Dans un pays qui est la jungle, tout est permis même si cela peut porter atteinte à la jurisprudence universelle. Maître Patrick Mutombo a d’ailleurs souligné qu’il aurait dû être notifié en tant qu’ avocat de Mr Diomi Ndongala pour préparer sa défense.

Nous sommes dans un système finissant qui recourt au harcèlement  judiciaire pour anéantir les membres de l’opposition et de la société civile . En dehors du Bâtonnier Jean Claude Muyambo déféré au Parquet Général de Kinshasa/Gombe au lendemain des manifestations organisées par l’opposition et la société civile contre la loi électorale subordonnant l’organisation des élections par le recensement de la population congolaise, il sera inculpé pour autre affaire datant de 2002 alors que le plaignant avait déjà retiré la plainte.

Il y a beaucoup de cas qui illustrent la judiciarisation en Rdc et des ONG congolaises telle l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice ( ACAJ ) ont dénoncé à  maintes reprises cette instrumentalisation de la justice par le pouvoir en place pour traquer les opposants et les défenseurs des droits de l’homme . Il est évident dans ce contexte que l’appareil judicaire ne devienne qu’un rouleau oppresseur pour écraser ceux déniant un pouvoir des salauds .Joseph Kabila veut donc décapiter l’opposition et les activistes afin d’annihiler toute dynamique d’alternance politique au Congo. Le temps montre aujourd’hui que le processus de changement des régimes corrompus et tyranniques est irrémédiable, désormais rien n’arrêtera la dynamique d’alternance politique qui renverra dans la poubelle de l’histoire tout appareil judiciaire au rabais.

[Professeur Florent Kaniki]

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 11 927 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :